Le parlement hongrois annule la fermeture obligatoire le dimanche

share on:

Hongrie, Budapest – Le parlement a mis fin à l’interdiction d’ouvrir le dimanche pour la plupart des commerces. Les deux-tiers des Hongrois étaient opposés à cette loi. Cependant, appliquée durant un peu plus d’un an, cette loi a rendu possible une augmentation des ventes dans les petits commerces de 5,6% en 2015.

Le mardi 12 avril, le parlement hongrois a voté la fin de la loi interdisant aux grands commerces d’ouvrir le dimanche. Depuis le 15 mars 2015, la législation ne permettait d’ouvrir le dimanche qu’aux commerces de moins de 200m² et à la condition d’être tenu par leur propriétaire ou un membre de sa famille proche. Les deux-tiers de la société hongroise étaient opposés à la loi, cependant la coalition au pouvoir Fidesz-KDNP avait souligné en 2015 que cette loi aiderait les commerces familiaux dans la concurrence face aux multinationales d’hypermarchés. Avant cette loi, les heures d’ouverture des magasins n’étaient pas régulées.

Le parti socialiste hongrois, le MSZP, a initié une procédure pour un référendum sur la question. Le parti au pouvoir Fidesz, pour éviter un autre référendum en sus du sien sur la question des quotas migratoire, prévu pour cet automne, a finalement décidé de mettre fin à la loi qu’ils avaient votée il y a un peu plus d’un an. Des partis libéraux-libertaires de gauche (DK, MSZP, LMP) jusqu’au parti de droite radicale Jobbik, en passant aussi par des membres du Fidesz, la plupart des députés étaient opposés à cette loi. L’annulation de la fermeture du dimanche est accueillie positivement par la plupart des politiciens et par les grandes compagnies.

Cependant, selon hungarytoday.hu, la plupart des objectifs de cette loi ont été atteints : augmentation des ventes dans les petits commerces de 5,6% en 2015 et aucun employé du secteur contraint à travailler le dimanche l’année passée. De plus, le nombre d’employés dans les petits commerces a augmenté de plus de 3.000 l’an passé. Un syndicat local de petits détaillants a dénoncé le manque de consultation concernant l’abrogation de la loi. Enfin, cette loi garantissant le dimanche comme jour de repos, est également regrettée par les conservateurs, la voyant comme un symbole d’un mode de vie, liée à une approche civilisationnelle.

Répondre :