Hongrie : Eldorado pour Occidentaux ?

share on:

Hongrie – L’Europe change et l’arrivée de migrants provoque le départ d’autochtones vers une partie de l’Europe qui correspond plus à l’image traditionnelle du vieux continent. Est-ce que l’Europe centrale pourrait devenir prochainement un Eldorado pour les Occidentaux voulant vivre à l’européenne ? Par Marie Fouque.

Depuis quelques années, des Européens de l’ouest et du nord choisissent de migrer vers la Hongrie. Bien loin de l’image de pays sous-développé que certains voudraient lui donner, elle se distingue notamment par sa politique en faveur du peuple et un climat ambiant de sécurité, qui séduit les populations occidentales délaissées par leur gouvernement.

Les Belges et les Allemands l’ont compris : après avoir passé leurs étés dans les campings grouillants près du lac Balaton, nombreux sont ceux qui ont fait de leur destination touristique de prédilection leur lieu de vie, où il est possible d’acheter une maison de village à 300 euros le mètre carré, de quoi couler des jours paisibles les pieds bien au chaud dans leur combo chaussettes-sandalettes, et où les moins vaillants créent de vraies communautés où ils ne souffrent pas de la solitude si la langue les effraie. Entre 2011 et 2015, le nombre de Belges inscrits à l’ambassade belge en Hongrie est passé de 463 à presque 900.

Et si le prix de l’immobilier et de la vie quotidienne est alléchant pour une Européen de l’ouest ou du nord, le climat ambiant peut l’être encore davantage. La Hongrie chérit sa tradition européenne et contrairement à ce qu’on peut voir ailleurs, elle prône son identité et sa culture. Les habitants s’y épanouissent sans craindre une attaque terroriste, une norme qui en est venue à faire rêver.

Dans les années à venir, l’Europe centrale devra gérer intelligemment ces migrations, les Occidentaux étant souvent convaincus que leur pensée bobo doive se propager, avec tous les effets néfastes qui la talonnent, au risque de détruire l’âme de toute chose pour le prix d’un mode de vie où le plaisir immédiat est roi et l’avenir insignifiant.

3 Comments

  1. Muito interessante, caros Amigos, o seu boletim eletrônico. Quero acompanhar sempre as discussões, os artigos, os temas importantíssimos que vocês dão a conhecer ao mundo. Sou sociólogo e para mim o Visegrad Post é maravilhosa fonte de informação e ótimo meio de trabalho.

    Melhor ainda do que isso, é a perspectiva tão livre e tão crítica com que vocês denunciam e combatem a política e os problemas da invasão estrangeira que ameaçam destruir a Europa. Ao confrontarem a censura politicamente correta vocês prestam um grande serviço à causa do saber, da liberdade e da consciência patriótica de todo o mundo.

    Tudo segue sendo degradado num mundo sem fronteiras, mas resta ainda uma esperança, a qual depende do resultado vitorioso de sua luta. Com Visegrad, a face europeia da Europa, seu corpo, sua alma, suas conquistas não se perderão. E todo o mundo ganhará com isso.

    Parabéns!

    Saudações do Brasil!

  2. Article un peu bébête …
    Je n’ai jamais lu aucun article de la presse mainstream cherchant à faire de la Hongrie un “pays sous-développé”. Tout le monde sait que le retard économiques des pays d’Europe centrale et leur haut niveau de corruptibilité sont essentiellement dus au seul joug russo-soviétique qui a zombifié leur politique économique.
    Le tout est du même tonneau même si le sujet reste intéressant.
    D’une manière générale, tant que le Visegrad Post ne sera pas capable de livrer plus de VRAIS articles de fond – comme ceux d’Olivier Bault sur la Pologne – et se contentera de ce qu’on peut appeler des “brèves de permanence politique”, plus destinées à flatter le lecteur visé que réellement l’informer, il ne faudra pas s’étonner du faible niveau de fréquentation de son site.
    Le journalisme, même lorsqu’il est dévoyé pour faire de la manipulation partisane comme c’est le cas de la majeure partie de la presse mainstream reste un VRAI métier tout de même. A fortiori lorsqu’on prétend faire un travail de “réinformation”.

Répondre :