Bulgarie : l’influence étrangère au travers de la religion bientôt interdite

share on:

Bulgarie – Le Front patriotique a déposé jeudi une demande de modification à la Loi sur les Dominations religieuses. Selon ces changements, les citoyens étrangers seront interdits de prêcher en Bulgarie, ainsi que la prédication dans toute autre langue que le bulgare.

Les projets d’amendement prévoient également l’interdiction aux organisations étrangères, aux entreprises et aux citoyens de fournir des fonds ou des dons à des confessions religieuses bulgares. Krasimir Karakachanov, l’un des leaders du Front patriotique, a déclaré que ces changements “visent à mettre un terme aux tentatives de la part de la Turquie d’interférer dans les affaires souveraines de la Bulgarie grâce à des institutions religieuses musulmanes”. Il faisait référence à un accord entre la Bulgarie et la Turquie par laquelle la Diyanet, la Présidence turque des affaires religieuses, finance les écoles religieuses musulmanes de Bulgarie.

“Toutes les confessions religieuses en Bulgarie seront tenues d’accomplir leurs sermons, les rituels et leurs déclarations uniquement en bulgare,” a déclaré jeudiValeri Simeonov, deuxième chef de file du Front. Les religions auront une année pour traduire leurs textes en Bulgare.

Financièrement, le projet de loi interidrait non seulement les entités physiques et morales étrangères de financer des institutions religieuses bulgares, mais aussi les sociétés avec participation étrangère enregistrées en Bulgarie. Aussi, utilisant le financement de l’Etat pour “activités illégales” par les confessions religieuses sera sanctionné par des peines de prison de trois à six ans.

Le 23 Juin, la majorité des députés a donné son feu vert pour une première lecture des modifications du code pénal qui criminalisent la prédication de “l’Islam radical”.