Les députés hongrois politiquement incorrects

share on:

Hongrie – Un député du Fidesz, parti de centre-droit au pouvoir, s’exprime en faveur de “l’Europe aux Européens” et se félicite du travail des médias alternatifs. Pendant ce temps, un euro-député du même parti plaisante sur la défense de la barrière en ne tenant pas compte du politiquement correct.

Le 20 août, lors de la fête nationale, le député Fidesz (parti de centre-droit de Viktor Orbán) László B. Nagy s’est exprimé au micro de TV Libertés. Il assistait à une cérémonie de remise de citoyenneté d’honneur à Philippe Gibelin, président de l’association française NCI – La France Rebelle qui était l’an dernier venu en aide aux habitants d’Ásotthalom pour acheter un tout-terrain afin de sécuriser au mieux la frontière.

Le député Fidesz a alors témoigné de sa joie de voir une aide française arriver dans cette petite commune frontalière de la Hongrie qui subit l’immigration illégale depuis 2013. Le député B. Nagy a alors fait l’éloge des médias alternatifs qui ont d’après lui permis la réussite de cette opération d’aide européenne. Il a ensuite ajouté que “cela menait vers la solution qui nous conduira à la fin de cette invasion et à une Europe aux Européens”.

Un député fait de l’humour sur les migrants et l’Islam

En parallèle, un autre élu du Fidesz a fait parler de lui. L’eurodéputé György Schöpflin s’est illustré une fois de plus par son humour acerbe. Euractiv écrit que le 19 août, Andrew Stroehlein, directeur des médias européens de l’organisation Human Rights Watch, a partagé sur Twitter un article du Washington Post et des photos montrant des légumes taillés en forme de visages humains et disséminés le long de la frontière hongroise.

Ces images avaient été publiées sur une page Facebook en faveur des troupes postées à la frontière, accompagnée d’un commentaire : «Des épouvantails en betterave pour effrayer les humains. Apparemment ça marche, personne n’est passé par ici depuis quatre semaines».

betteraves

Euractiv cite la suite de l’échange : «Les réfugiés fuient la guerre et la torture, Hongrie, vos têtes de betteraves ne les en dissuaderont pas», avait répliqué Andrew Stroehlein.
«Ça pourrait marcher. Les représentations humaines sont haram», a répondu l’eurodéputé György Schöpflin, faisant référence aux interdits de l’Islam. «Mais je suis d’accord, des têtes de cochons seraient plus efficaces».