Viktor Orbán : c’est à la frontière bulgaro-turque que va se décider l’avenir de l’Europe

share on:

Bulgarie, Lesovo – Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán s’est rendu ce mercredi 13 à la frontière bulgaro-turque où il était attendu par son homologue bulgare Boyko Borissov, pour rejoindre ensemble la clôture de barbelés qui couvrira bientôt les 259 kilomètres de frontière avec la Turquie.

lesovo

Le Premier ministre bulgare avait demandé à la Commission européenne une aide d’urgence de 160 M d’euros, afin de protéger la frontière. Boyko Borissov souhaiterait avoir une réponse positive de la part de la Commission d’ici ce vendredi 16, jour du sommet des 27 à Bratislava. M. Orbán a ajouté que si l’Union européenne pouvait trouver 3 milliards d’euros afin de s’assurer l’aide de la Turquie dans la gestion de la crise migratoire, elle pourrait peut-être en donner un peu à la Bulgarie…

Environ 13.000 migrants ont été enregistrés en Bulgarie depuis le début de l’année, 4.000 migrants illégaux ont été arrêtés, avec un flux qui a doublé en août. Régulièrement des migrants illégaux traversent la Bulgarie, sans être arrêtés. Le Premier ministre Hongrois n’a pas manqué de rappeler avec quelle “naïveté” l’UE de Bruxelles veut accueillir les migrants.

orban-borissov1

Aussi, M. Borissov a jouté que la clôture n’est pas une protection contre la Turquie, dont les hommes se montrent coopératifs sur le terrain et font face aux mêmes problèmes, mais contre les migrants illégaux, et qu’aucune solution sur le long terme ne pouvait être envisagée sans les efforts communs de tous les membres de l’UE. M. Orbán a assuré : “Borissov peut compter sur nous à Bratislava. L’avenir de l’Europe ne se décide pas à Bruxelles, mais ici.”