Viktor Orbán : “l’Europe centrale vit une Renaissance”

share on:

Pologne, Cracovie – Le premier ministre hongrois Viktor Orbán s’est rendu à Cracovie, en Pologne, pour une visite de deux jours. Il a discuté avec le premier ministre polonais Beata Szydło sur la migration et a fait vendredi 9 décembre un discours où il a parlé d’une «Renaissance de l’Europe centrale».

Le premier ministre polonais Beata Szydło a invité son homologue hongrois, Viktor Orbán, à discuter au château de Wawel, à Cracovie, du prochain sommet européen du 15 décembre sur l’économie et l’avenir de l’UE. Les deux dirigeants ont parlé de la politique de l’Union européenne en matière de sécurité, d’économie et de migration. Viktor Orbán a également rencontré le leader du parti au pouvoir PiS, Jarosław Kaczyński.

Vendredi 9 décembre, Viktor Orbán a fait un discours à l’Université Jagellonne pour commémorer l’historien polonais Wacław Felczak. Selon Viktor Orbán, l’Europe centrale vit sa Renaissance, avec un développement et un renforcement dynamiques.

L’Europe centrale connaît une Renaissance

Le premier ministre hongrois a souligné pendant son discours que les Hongrois et les Polonais ont compris qu’ils doivent prendre leur destin entre leurs mains et qu’ils ont l’occasion historique de faire de l’Europe centrale la région la plus prospère d’Europe et du monde.

Voilà ce sur quoi travaille le V4, a déclaré le dirigeant conservateur hongrois, avant d’ajouter que les Européens centraux «ne doivent pas viser plus bas».

M. Orbán a ajouté que dans le passé, les Habsbourg, les Allemands et les Soviétiques ont essayé d’organiser l’Europe centrale, et de nos jours, c’est l’Union européenne, qui est pour Viktor Orbán, une meilleure option que ce qui a précédé. “Nous ne permettrons pas à nos critiques de brouiller notre position”, a déclaré M. Orbán.

Le premier ministre hongrois a également déclaré qu’il pense que les Polonais et les Hongrois ont un destin commun, se rappelant qu’après la Seconde Guerre mondiale, les Hongrois étaient “du côté des perdants et des coupables”, alors que les Polonais étaient “du côté des gagnants et des sacrificiables” , mais que tous deux ont eu le même sort ; les Hongrois comme une punition, les Polonais comme récompense : l’occupation des Soviets et le communisme.