Le nouveau premier ministre de Roumanie devrait être une musulmane

share on:

Roumanie – Après les élections qui ont eu lieu il y a deux semaines, la Roumanie devrait avoir bientôt un nouveau premier ministre, qui se trouve être une femme musulmane.

Le nouveau premier ministre de Roumanie devrait être Sevil Shhaideh, née Sevil Cambek. Elle deviendrait à la fois la première femme et la première personne de confession musulmane à être premier ministre de ce pays balkanique pieusement chrétien. Elle est économiste et a été ministre du développement régional et de l’administration publique pendant six mois en 2015.

La mère de Mme Shhaideh est membre de la vieille communauté des Tatares de Crimée de Roumanie, qui est installée en Roumanie depuis le 13ème siècle ; son père cependant est Turc. Son deuxième et actuel mari, Akram Shhaideh, est un homme d’affaires syrien proche du régime Assad, possédant plusieurs propriétés à Latakia en Syrie.

L’opposition de droite affirme qu’elle est une marionnette de Dragnea

Liviu Dragnea, le chef du PSD – le parti social-démocrate – et actuel président de la chambre des députés, aurait dû être premier ministre. Mais puisqu’il a été condamné pour tentative de fraude à un référendum en 2012, la loi roumaine lui interdit de tenir un poste au gouvernement, et cela a été appuyé par le président libéral de droite Klaus Iohannis. Cependant, certains commentateurs politiques se sont élevés pour dénoncer un acte politique anticonstitutionnel de la part du Président. «Une sentence injuste et une loi inconstitutionnelle ne m’ont pas permis de demander le bureau du Premier ministre. Pour l’instant,” a déclaré Dragnea.

Liviu Dragnea a également dit à la presse qu’il garderait la responsabilité politique globale sur le gouvernement Shhaideh. Par conséquent, de nombreuses voix de l’opposition se plaignent que Shhaideh ne soit qu’une marionnette utilisée par Dragnea pour gouverner indirectement. Mais le président Iohannis refuse pour l’instant de validée la nomination de Sevil Shhaideh, arguant que son mariage avec un citoyen syrien pose problème en vue de ses fonctions au sein de l’OTAN.