VIDÉO – La Hongrie et la Pologne sont des pays autoritaires, selon Bill Clinton

share on:

États-Unis, New Jersey – L’ancien président Bill Clinton a déclaré lors d’un événement de campagne pour soutenir son épouse Hillary, le vendredi 13 mai, que «la Hongrie et la Pologne ont décidé que la démocratie représentait trop de soucis, et donc ils veulent un régime à la Poutine”. Les diplomaties hongroise et polonaise ont condamné cette phrase.

Le vendredi 13 mai, l’ancien président américain Bill Clinton est intervenu lors d’une réunion de campagne en faveur de son épouse Hillary Clinton. En parlant de l’Europe centrale pour faire une comparaison avec Donald Trump, l’ancien président américain a dit : “Donnez-moi une dictature autoritaire et gardons les étrangers dehors, ça sonne  familier?”. La Hongrie et la Pologne ne serait pas libres aujourd’hui sans les États-Unis et la longue guerre froide, a-t-il insisté, en oubliant que les USA ont signé le traité de Yalta. “Il faut avoir avoir quelqu’un qui dès le début sait faire en sorte que les mauvaises choses ne se produisent pas, et qui fassent en sorte que les bonnes choses aient se réalisent», a souligné Clinton, parlant de l’expérience de la politique étrangère de son épouse.

Budapest et Varsovie ont réagi avec indignation aux commentaires de Clinton

“La Hongrie et la Pologne ont décidé que la démocratie représentait trop de soucis, et donc ils veulent un régime à la Poutine“, a déclaré Clinton. Le Ministre des Affaires étrangères hongrois Péter Szijjártó a fait une déclaration à la presse en réponse aux déclarations de Bill Clinton. M. Szijjártó a écrit que contrairement aux affirmations de Bill Clinton, la liberté de la Hongrie a été acquise par les Hongrois et non grâce aux États-Unis, avec des dizaines de milliers de Hongrois ayant sacrifié leurs vies pour la liberté hongroise. “Sous-estimer la lutte pour la liberté du peuple hongrois de telle manière est inacceptable», a déclaré le ministre des Affaires étrangères. “La décision du peuple hongrois peut ne pas plaire à Bill Clinton, mais cela ne justifie pas que l’ancien président des États-Unis ne les insulte de cette façon”, a écrit Szijjártó.

La diplomatie polonaise a réagi également à ces déclarations. Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que ces propos étaient injustes. Le Premier ministre polonais Beata Szydło a demandé que Bill Clinton présente des excuses aux Polonais pour ses paroles. Jarosław Kaczyński, dirigeant du parti au pouvoir Droit et Justice (PiS) et plus puissant homme politique de Pologne, a déclaré aux journalistes mardi après-midi: “Si quelqu’un estime qu’il n’y a pas de démocratie en Pologne, il devrait subir un examen médical.”

Hungary Today note que la campagne de Mme Clinton est soutenue par George Soros, le financier milliardaire d’origine hongroise et fondateur de l’Open Society Foundation, et qui est un fervent partisan de l’immigration de masse vers les pays occidentaux et un critique de longue date du gouvernement du Premier ministre hongrois Viktor Orbán.

2 Comments

  1. De quoi se mele cette ordure de Clinton ?!
    Les Hongrois qui se sont révoltés lors du soulèvement de Budapest ont attendu en vain l’appuie de l’Occident, USA compris…
    Yalta : le partage de l’Europe entre domination soviétique à l’Est, et américaine à l’Ouest. Collusion entre l’URSS et les USA pour dominer l’Europe et l’asservir !
    Clinton, l’interventionniste belliqueux qui a soutenu les islamistes bosniaques et kosovars dans les Balkans; de grands “démocrates” selon lui ?

    1. Je considère que historiquement parlant, parler de “partage de l’Europe” à Yalta est une surinterprétation de la réalité : ce qui avait été défini, ce sont au plus des zones d’influence économique, certainement pas un blanc-seing laissé à la Russie soviétique pour zombifier l’Europe centrale.
      Pour simplifier, recours à la source wikipedia :
      ” La « Déclaration sur l’Europe libérée » affirmait conformément à la charte de l’Atlantique, le « droit de tous les peuples à choisir leur mode de gouvernement ». Elle accordait son aide indifféremment aux États satellites de l’Axe comme aux États libérés d’Europe.
      La division de l’Europe ne résulte pas directement des accords de Yalta mais elle a été entérinée lors de la guerre froide qui a suivi, lorsque Staline, dès 1945, imposa aux pays d’Europe orientale occupés par l’Armée rouge des pouvoirs à structures « socialistes » pour ne pas dire totalitaires, faisant fi du principe d’auto-détermination prévu dans les accords de Yalta. ”

      Sinon, entièrement d’accord sur le fait que la saillie du dépravé Clinton est un non-événement.

Répondre :