“Kaliningrad : retenez ce nom. Danger de guerre en Europe”

share on:

Cet article nous a été suggéré par plusieurs de nos lecteurs et nous avons décidé de le publier. Il ne reflète cependant que l’avis de son auteur, écrivain polémique.

Article du 3 mai 2016, par Guillaume Faye, publié originellement sur gfaye.com.


Il existe un risque d’affrontement militaire préoccupant entre l’Otan et la Russie à propos de l’enclave russe de Kaliningrad, coincée entre les pays baltes et la Pologne, tous membres récents de l’UE et de l’Otan. La tension militaire ne cesse de monter dans cette région baltique. La situation est beaucoup plus dangereuse que lors de la crise de l’est ukrainien et de la Crimée, parce que Kaliningrad est une enclave russe au cœur de l’UE et de l’Otan.

Les officiels et les médias occidentaux, ainsi que les gouvernements polonais et des trois pays baltes – et évidemment les autorités de Washington– accusent le gouvernement de Vladimir Poutine de machiavélisme et de « provocation », en cherchant un casus belli à partir de Kaliningrad. Au contraire, ce sont les Russes qui sont victimes d’une provocation : l’Otan cherche un affrontement armé, si possible limité, avec l’Otan, afin de pouvoir renverser le ”régime de Poutine” tant détesté. Kaliningrad en sera-t-il le prétexte ?

Peurs feintes des gouvernants baltes et polonais

Le département de Kaliningrad (Kaliningradskaïa Oblast), dépendant du District fédéral du Nord–Ouest, est une petite enclave russe de 215 km2 entre la Lituanie et la Pologne. La ville principale, Kaliningrad, anciennement Königsberg, ville autrefois allemande de Prusse orientale (patrie de Kant), compte 450.000 habitants et constitue une destination touristique et culturelle intéressante.

À Vilnius et à Varsovie, les autorités se disent inquiètes des « provocations militaires russes » qui se concrétisent, selon elles, par la militarisation de l’enclave de Kaliningrad et des manœuvres de l’armée russe. Andrius Kubilius, ancien Premier ministre lituanien, politicien actif, s’est déclaré « très inquiet par les manœuvres militaires russes, si près de nos frontières ».

En Lituanie, où passe un couloir ferroviaire protégé reliant l’enclave de Kaliningrad à la Biélorussie puis à la Russie, les autorités craignent une « provocation russe ». Le même Andrius Kubilius, qui dirige aussi l’Union patriotique lituanienne (centre droit), a déclaré début avril : « nous avons peur d’une provocation russe sur le couloir routier et ferroviaire ou sur les pipe lines et lignes à haute tension ». Et, pour dissuader cette prétendue menace russe, dont la peur factice est soigneusement entretenue dans les opinions publiques des pays concernés, les trois gouvernements baltes ont officiellement demandé un accroissement de la présence militaire de l’Otan sur leur sol. Ce qui est en train de se réaliser.

L’ambassadeur de la Fédération de Russie auprès de l’Union européenne, M. Vladimir Chizhov a ainsi jugé les souhaits des gouvernants baltes : « cette demande est motivée par des calculs politiques intérieurs plus que par des raisons sincères. » Le chef de la diplomatie polonaise, Witold Waszczykowski, a déclaré en avril 2016 lors d’un débat sur l’Otan à la conférence Globsec à Bratislava : « la Russie est plus dangereuse que l’EI » (État islamique, Dae’ch). Ce genre de propos, tenu par le représentant de la politique extérieure polonaise, est une provocation, de la part d’un haut dirigeant qui obéit à des ordres (1).

Le contenu de la propagande anti–russe

Ces ordres proviennent des réseaux politiques et économiques qui innervent les dirigeants des USA et de l’UE. Il s’agit de présenter la Russie comme une menace.

Dmitri Gorenburg, expert militaire auprès de CNA Corporation, think tank basé à Arlington (Virginie), expliquait sur Radio Free Europe (la station de propagande de la CIA depuis des décennies) : « étant donné que la tension avec l’Ouest s’aggrave, la Russie a trouvé en Kaliningrad l’endroit idéal et évident pour déployer des forces militaires ; à partir de Kaliningrad vous pouvez menacer les voisins, la Suède, la Pologne, l’Allemagne, qui ne sont pas très loin ; Kaliningrad est une base d’opération militaire russe en plein territoire européen ». Gorenburg s’inquiète du « renforcement des activités de la flotte de la Baltique basée à Kaliningrad » et suggère qu’une agression russe est en préparation. C’est du grand n’importe quoi.

Un enfant de douze ans qui regarderait une carte de la région comprendrait cette évidence : si la Russie de Poutine voulait agresser les Baltes, les Polonais, etc. elle ne le ferait pas à partir de la petite enclave de Kaliningrad, éloignée du territoire continental russe, vulnérable et indéfendable. Elle lancerait une attaque à partir de sa frontière commune avec la Lettonie et l’Estonie ! C’est une banalité géopolitique.

La thèse de Washington, de l’Otan et des dirigeants européens – surtout polonais et baltes – est que Vladimir Poutine, en proie à des difficultés économiques intérieures, est un nationaliste fanatique qui cherche par tous les moyens à : 1) provoquer un conflit armé avec l’Otan 2) retrouver, comme du temps de l’URSS, une domination sur l’Europe de l’Est (Ukraine, pays baltes, Pologne, etc.). Mais cette propagande sur le danger russe se double aussi de deux éléments : les Russes feraient déjà des provocations militaires et prépareraient une agression. Pour cela, la CIA a fabriqué un montage astucieux digne de Hollywood : la menace militaire russe en Europe du Nord

La fabrication de la menace militaire russe

La flotte russe de la Baltique, basée dans le port de Baltiysk, dans l’enclave de Kaliningrad, se renforcerait, selon l’Otan. Et les avions décollant des bases aériennes de l’enclave – Chernyakhovsk et Donskoye – violeraient les espaces aériens des pays voisins et simuleraient des attaques en rase-mottes contre des navires américains dans la Baltique. Les Russes auraient aussi augmenté leurs forces terrestres dans l’enclave.

En avril 2016, un chasseur-bombardier russe se serait approché d’une frégate américaine, l’USS Donald Cook et des avions de reconnaissance américains auraient été frôlés par des chasseurs russes. Les autorités américaines et l’Otan ont parlé d’ ”agression russe” ! Ces allégations font suite à toute une série de cas semblables depuis 2014. Les médias relatent des incidents concernant des avions militaires russes violant les espaces aériens des pays d’Europe notamment scandinaves. Aucune preuve sérieuse de ces actes d’intimidation n’a été apportée. Ce sont les services de presse de l’Otan qui l’affirment. Cette source est-elle très fiable ? Les journalistes occidentaux ont diffusé sur Internet des vidéos douteuses d’attaques” d’avions russes. La CIA ou d’autres agences sont derrière ces désinformations.

Washington et l’Otan se sont aussi inquiétés de la présence (supposée) de missiles Iskander installés dans l’enclave de Kaliningrad. Ce sont des vecteurs mobiles de courte portée (400km) pouvant lancer des charges classiques ou nucléaires. Ils pourraient atteindre Varsovie ou Berlin. De fait en 2008, le Kremlin avait menacé de déployer ces engins si Washington persistait à vouloir installer en Pologne et en République tchèque son bouclier anti–missiles.

Ce raisonnement est spécieux : en quoi la Russie, qui dispose de missiles de toutes portées pouvant atteindre le monde entier, terrestres ou sous-marins, aurait besoin de fusées de courte portée basées dans l’Oblast de Kaliningrad pour attaquer ses voisins européens ? Stupidité géopolitique.  Si l’on voit mal l’intérêt de la Russie à s’en prendre aux pays européens, on comprend mieux l’intérêt de Washington à provoquer la Russie puisque cette dernière retrouve un statut de puissance concurrente, en plus de la Chine. Ce qui exaspère les idéologues de l’unilatéralisme et de la superpuissance des USA qui sont derrière Hillary Clinton, mais qui n’aiment pas Donald Trump, parce qu’il est isolationniste. (2)

Les manœuvres et provocations militaires contre la Russie

Les provocations militaires contre la Russie ont pour objectif de créer un incident qui dégénérerait. Le gouvernement de Varsovie, très anti-russe, compte s’équiper de vecteurs anti-missiles américains Patriot, en cas d’une imaginaire attaque russe…En mars 2016, il a décidé d’acheter des missiles de croisière américains Tomahawk qui, eux, ne sont pas du tout défensifs…

Un convoi militaire américain avec matériel lourd a fait une démonstration de force en Europe centrale et orientale pour ”rassurer” contre une éventuelle agression russe. Des avions de l’Otan , y compris français, ont été envoyés dans las pays baltes et en Pologne.

D’après le New-York Times, les autorités américaines veulent positionner du matériel lourd (chars, artillerie) en Europe de l’Est et dans les pays baltes. Sous prétexte de protéger la région contre une agression russe. Le même quotidien note la réaction d’un membre du ministère russe de la Défense, sans révéler son nom : « cette action américaine est le pas le plus agressif franchi par le Pentagone depuis la guerre froide ». Accuser sans preuve les autres de desseins d’agression armée est, on le sait, depuis l’Antiquité, un moyen classique de provoquer une guerre souhaitée.

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, explique (Le Figaro ; 02/ 04/2016) que l’Alliance va déployer quatre bataillons (4.000 hommes environ), voire plus, dans les pays baltes et en Pologne, au nord et au sud de Kaliningrad. Cela pour prévenir une attaque russe, sous prétexte que le Kremlin a triplé ses dépenses militaires depuis 2000 (faux) et « a violé la souveraineté de l’Ukraine » (faux). Stoltenberg explique que cette initiative « ne viole pas » l’accord Otan-Russie signé à Paris en 1997, interdisant de faire stationner des « forces combattantes substantielles » en Europe de l’Est. M. Serguei Lavrov et la diplomatie russe pensent probablement le contraire et toute personne de bon sens aussi.

Le refus d’une Russie comme grande puissance

Ce qui inquiète Washington comme tous les milieux atlantistes qui gouvernent l’UE, ce n’est pas la menace militaire russe (hypothèse invraisemblable) mais c’est le fait que la Russie redevienne une grande puissance stratégique qui puisse concurrencer les USA.

La Russie traverse une déprime économique due à l’effondrement du prix des hydrocarbures et aux sanctions de l’Occident après la crise ukrainienne, illégales au regard du droit international. Mais cette crise économique est beaucoup moins forte que ce que prétendent les médias occidentaux.

La Russie a réussi à rétablir son poids stratégique et militaire, après la transition post soviétique, ce qui constitue un grand motif d’inquiétude pour les dirigeants de Washington. En Syrie et au Nagorny–Karabakh, les interventions militaires russes ont été très efficaces. Plus que les interventions occidentales. Le niveau d’efficacité de l’armée russe, terrestre et aérien, est supérieur – on l’a vu en Syrie – à celui des pays de l’Otan. On avait dit que la ”coalition” menée par les USA était la seule capable de faire reculer Dae’ch. Or L’état islamique ne recule sur le terrain que grâce aux forces russes qui appuient celles de Bachar el–Assad. Ce qui inquiète le Pentagone, et surtout l’humilie.

Le budget de la défense russe a progressé de 70 à 92 milliards d’euros depuis 2011. Il atteint 4% du PIB, plus du double des budgets des membres européens de l’Otan. Depuis la fin de l’ère Eltsine, l’armée russe s’est fortement améliorée : réduction des effectifs inutiles, professionnalisation, rénovation des équipements (avion furtif Sukhoï T50, char lourd T14, flotte de 45 sous-marins d’attaque), modernisation des moyens nucléaires, etc.

Plus de 40 nouveaux missiles intercontinentaux à tête nucléaire vont rejoindre l’arsenal russe. Poutine n’est pas ”agressif” mais il obéit à une logique qui avait été parfaitement comprise par De Gaulle : pour être crédible et respecté (diplomatiquement, économiquement, etc.) un grand pays doit disposer d’une puissance militaire dissuasive. Mais le ”militarisme” russe est une plaisanterie quand on pense que le budget militaire des USA représente près de 50% des dépenses de défense mondiales. La Russie ne menace absolument personne.

Contrairement à d’autres secteurs économiques insuffisamment développés, l’industrie d’armements russe est, avec les hydrocarbures, le spatial et l’énergie atomique (Rosatom), au meilleur niveau mondial. « Sur le plan stratégique, l’intervention russe s’est révélée plus efficace que celle de la coalition occidentale […] Sur le plan diplomatique, la Russie s’est imposée comme une puissance incontournable en Europe comme au Moyen–Orient » écrit Nicolas Baverez, un analyste pourtant très opposé à Poutine (Le Figaro, 25/04/2016). En Syrie, la stratégie russe est dix fois plus habile et efficace que celle des Occidentaux. Tout cela n’est vraiment pas supportable pour Washington et les milieux atlantistes.

L’hostilité antirusse est une stupidité géopolitique

Washington cherche une confrontation militaire avec la Russie. Si possible limitée. Au moyen des provocations les plus diverses. Le but est de renverser Poutine et de stopper la possible montée en puissance de la Russie et d’empêcher une alliance euro-russe. Bien sûr, c’est une stratégie stupide et contre productive, mais de la part des bellicistes gouvernants de Washington on y est habitué : voir les catastrophes provoquées par les interventions militaires américaines depuis plusieurs décennies. (3)

Alors que rigoureusement aucun signe d’hostilité russe n’existe contre les pays baltes ou la Pologne, l’Otan renforce son dispositif militaire dans la région, sous prétexte d’une attaque russe, totalement imaginaire. Depuis que les tensions se sont (relativement) calmées en Ukraine, on essaie de créer des provocations, des incidents, des occasions de casus belli autour de l’enclave russe de Kaliningrad.

Faire croire à une menace militaire russe inexistante, provoquer un affrontement armé direct avec la Russie, même limité, est un objectif de puissants lobbies à Washington, dans l’Otan et dans l’UE. Ils n’ont pas réussi avec l’est de l’Ukraine et la Crimée. Ils cherchent maintenant à provoquer un affrontement armé dans la zone Baltique. C’est géopolitiquement logique.

À six reprises, les Occidentaux, menés par les Américains, ont violé la Charte de l’Onu par des interventions militaires illégales en droit international et catastrophiques par leurs résultats : dans les Balkans contre les Serbes, – où l’Otan s’est substituée à l’Onu– , en Afghanistan, deux fois en Irak, en Libye et en Syrie contre Bachar el–Assad. Il ne serait pas étonnant que, sous prétexte de se défendre contre une menace russe à partir de l’enclave de Kaliningrad, des ”incidents” soient créés dans le but de créer un conflit, aux conséquences désastreuses…

Au moment où l’Europe est menacée par une invasion migratoire massive majoritairement musulmane et par le terrorisme islamique, les gouvernants occidentaux ne trouvent rien de mieux que de désigner la Russie comme ennemi principal et menace urgente ! Alors qu’elle est notre seule alliée…

(1).M. Waszczykowski, ministre des Affaires étrangères polonais, déteste la Russie mais adore la Turquie. Il a décidé que la Pologne allait soutenir l’abolition des visas pour les ressortissants turcs dans l’Union européenne.

(2) Donald Trump défend une position abhorrée par les élites de Washington : isolationnisme et refus de la russophobie. Son slogan « America First » ne signifie pas ” l’Amérique d’abord, dominant les autres” mais ”l’Amérique qui s’occupe prioritairement d’elle même” sans chercher à dominer ni à aider quiconque. Un égoïsme de bon aloi.

(3) Les lobbies industriels américains, très impliqués dans l’industrie de l’armement – par exemple Boeing– ont toujours poussé les gouvernements à entretenir en permanence des guerres ”périphériques”  pour vendre au Pentagone leurs productions. Le bellicisme américain est économique, plus que politique ou ”militariste”. Je dis cela tout en détestant l’américanophobie , aussi stupide que la russophobie.

7 Comments

  1. « Washington cherche une confrontation militaire avec la Russie ».
    Encore un bon petit soldat zélé, au service de la propagande de l’empire russe du tsar Poutine. Ces admirateurs, soumis et naïfs, nous expliquent que le mal absolu c’est l’OTAN et que la Russie est blanche comme neige.
    Il ne faudrait aussi nous expliquer l’annexion rampante de la Biélorussie par la Russie, malgré la résistance de son président Loukachenko.
    Il y a deux menaces sur l’Europe : l’invasion migratoire africaine et musulmane et les appétits grandissants de la Russie.
    Oui à une Europe des nations !
    Non à la bien-pensance multiculturelle et mondialiste de l’Union européenne bruxelloise mais non aussi au nouvel empire russe !

    1. On peut faire remonter sa révélation poutinienne à l’année 2007, année de son voyage à Moscou. Pour vous faire une idée de la versatilité du bonhomme, en plus de mon précédent lien en voici un autre qui complètera sa biographie jusqu’à ce fameux voyage de 2007, la suite restant à écrire :
      http://fr.metapedia.org/wiki/Guillaume_Faye
      On peut toujours considérer ces deux liens comme des sources extrémistes. Oui mais ce sont des sources précises et documentées qui en valent bien d’autres de la presse “mainstream” car elles sont tout aussi légitimes en ce domaine précis, et de plus, la réalité est que rien n’y est faux ou mensonger.

  2. L’empire américain est très pressé d’imposer les “droits LGBT” au monde entier. The Atlantic Council est un think-tank de l’OTAN et l’on y discute de choses essentielles.
    « LGBT Rights at the Core of US Human Rights Agenda, says US Special Envoy Berry », Atlantic Council, 16/03/16.
    http://www.atlanticcouncil.org/blogs/new-atlanticist/lgbt-rights-at-the-core-of-us-human-rights-agenda-says-us-special-envoy-berry

    Dans l’Ukraine otanisée, on s’affaire à préparer la Gay Pride.
    “International LGBT Forum KyivPride-2016”
    http://www.kyivpride.org/en/

  3. Cadeau plus haut pour vous, monsieur l’obsessionnel malsain pourtant bien entouré d’homosexuels décomplexés au niveau politique … 🙂

Répondre :