Les pays baltes sont-ils toujours des “Tigres économiques” ?

share on:

Par Michał Kowalczyk.

Pays baltes – Plus de 25 ans se sont écoulés depuis l’effondrement de l’Union soviétique. La Lituanie, la Lettonie et l’Estonie ont la réputation indiscutable d’être les républiques les plus développées d’ex-URSS.

Ces pays ont souvent été appelés «États baltes» ou «Tigres de la Baltique» – en raison de leurs réformes économiques, de leurs investissements étrangers et de leur croissance rapide, en particulier entre 2004 et 2007. Malgré la crise en 2008-2009, entraînant une récession profonde , le dernier quart de siècle peut certainement être considéré comme réussi pour la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie. Mais le succès est-il complet par rapport à d’autres États de l’Europe centrale et du Sud-Est (ECSE)?

PIB dans les pays baltes. En bleu, le PIB (nominal) par tête, en euros, en 2016. En rouge, la PPA (parité de pouvoir d’achat) par tête, en euros, en 2016.

“Tigre de la Baltique” est un terme utilisé pour désigner en particulier l’Estonie, en tant que pays le plus riche et le mieux développé parmi les trois pays baltes. Selon les données du Fonds monétaire international à partir de 2016, l’Estonie possède le produit intérieur brut le plus élevé par habitant (nominal). Le PIB par habitant en Lituanie est visiblement inférieur à celui de l’Estonie, mais le PIB par habitant est étonnamment plus élevé. Les deux indicateurs sont les plus bas en Lettonie.

Depuis que les États baltes sont devenus membres de l’Union européenne en 2004, trois périodes différentes peuvent être distinguées dans les développements de leurs économies:

  1. Jusqu’en 2007, la croissance était stable et rapide, la Lettonie atteignant la plus forte croissance de 11,9% en 2006;
  2. Entre 2008-2009, les Tigres de la Baltique ont connu une crise économique et une profonde récession – en 2009, les trois États ont connu une récession de plus de 14 pour cent;
  3. Après 2010, ces pays, en particulier l’Estonie, ont connu une croissance stable mais relativement lente grâce à la mise en œuvre de politiques d’austérité difficiles pendant la crise. De nos jours, les États baltes disposent d’économies stables à faible déficit public et niveaux d’endettement.
Croissance réelle du PIB dans les pays baltes (de haut en bas, Estonie, Lettonie, Lithuanie).

Indice de développement humain (IDH) dans les pays baltes

Selon l’indice de développement humain (IDH), les trois États baltes sont classés comme très développés. Avec l’indice 0.865, l’Estonie est classée au 30ème rang, aux côtés de Brunei Darussalam. Parmi les États post-communistes, ou les pays faisant partie des États communistes dans le passé, seuls la Slovénie et la République tchèque sont classés plus haut, respectivement 25e et 28e. La Lituanie est classée au 37ème rang, avec l’indice 0.848, juste après la Pologne (0.855), le Qatar, Malte et Chypre (0.856 pour chacun des trois). Pendant ce temps, la Lettonie est classée au 44ème rang (0.830), juste après la Hongrie (0.836), mais devant l’Argentine et la Croatie (les deux ont 0.827).

Les États baltes sont classés en avance sur d’autres États qui faisaient autrefois partie de l’Union soviétique. Par exemple, la Fédération de Russie est classée 49e (0.804), la Biélorussie 52e (0.796), le Kazakhstan le 56e (0.794), l’Ukraine 84e (0.743), alors que la Moldavie est le 107e (0.699). L’indice de développement humain est basé sur l’espérance de vie et les indicateurs économiques, et représente le progrès humain. Grâce à l’IDH, nous pouvons conclure qu’il existe d’énormes différences entre les anciennes républiques de l’Union soviétique selon le niveau de vie, l’économie et le “progrès humain”. Sans aucun doute, dans ces domaines, les États baltes peuvent être considérés comme ayant effet eu du succès par rapport à des États tels que l’Ukraine ou la Moldavie.

Taux de chômage

Selon Eurostat, le taux de chômage moyen dans l’Union européenne en 2017 est estimé à 7,8 pour cent (cependant, dans les États EA19, appartenant à la zone euro, il est de 9,3 pour cent). L’Estonie a le taux de chômage le plus bas parmi les États baltes (6,2 pour cent), alors qu’il est de 7,3 pour cent en Lituanie et de 8,3 pour cent en Lettonie. En ce qui concerne le chômage, ces pays ne se distinguent pas des autres membres de l’UE. De plus, dans les pays post-communistes, les taux de chômage sont inférieurs à ceux de la République tchèque (3,0% – le plus bas de l’UE), la Hongrie (4,3%), la Pologne (4,8%), la Roumanie (5,4%) Et la Bulgarie (6,0 %). Parmi les États post-communistes, seule la Croatie affiche un taux de chômage plus élevé que la Lettonie (10,7%). Les taux de chômage les plus élevés dans l’UE sont en Grèce (22,5%) et en Espagne (17,7%).

De tels résultats des États baltes ne semblent pas être très impressionnants. En outre, il convient de souligner que les populations d’Estonie, de Lituanie et de Lettonie ont visiblement diminué depuis 1990 et de nombreux membres de la jeune génération ont émigré vers l’Ouest et vers la Scandinavie. La population de la Lituanie en 1990 a été estimée à 3,7 millions, en Lettonie à 2,66 millions, tandis que celle de l’Estonie était d’environ 1,57 million, tandis qu’en 2015, la population lituanienne n’était estimée qu’à 2,91 millions, en Lettonie à 1,98 million et en Estonie À 1,31 million. Conscients de ces baisses de population, il convient de souligner que l’émigration de masse a évidemment contribué à réduire les taux de chômage, en particulier dans le cas de la Lituanie, où près de ¼ de la population a quitté le pays.

Salaires et dépenses

Sans aucun doute, les salaires les plus élevés parmi les États baltes sont ceux d’Estonie. Le salaire net mensuel moyen (après impôt) en Estonie est estimé à 871 EUR. C’est plus qu’en République tchèque (849 euros), au Portugal (814 euros), en Slovaquie (777 euros) ou en Pologne (763 euros). Cependant, il est inférieur à celui de la Slovénie (1012 euros), donc parmi les pays de l’ECSE, l’Estonie est le deuxième pays avec les salaires les plus élevés. En Lituanie, il est de 643 euros, alors qu’en Lettonie il est de 605 EUR. Au sein des membres de l’UE, seuls trois pays ont des salaires plus bas : la Roumanie (561 euros), la Hongrie (507 euros) et la Bulgarie (465 euros).

Les prix des appartements semblent très élevés en Lituanie, plus élevés qu’en Estonie et beaucoup plus élevés qu’en Lettonie. Au sein des pays de l’ECSE, seule la République tchèque a un prix moyen plus élevé pour le mètre carré (m2) d’un appartement dans le centre-ville (2 327 euros) que la Lituanie, et les prix sont encore plus bas en Slovénie (1 859 EUR) ou en Pologne ( 1 772 euros). Cependant, parmi les États baltes, l’Estonie a le prix moyen le plus élevé d’un mètre carré d’appartement en dehors du centre-ville.

Bien que le salaire net mensuel moyen en Lettonie soit le plus bas parmi les États baltes, ses citoyens ont théoriquement besoin de travailler le moins de temps pour acheter un appartement de 60 m² en dehors du centre-ville : cela coûterait 91,4 salaires mensuels moyens. Ceci est évidemment déterminé par des prix relativement bas des appartements en Lettonie. En Estonie, un tel appartement coûterait 94,1 salaires mensuels moyens; alors qu’en Lituanie, il s’agirait de 118,3 salaires mensuels moyens, montrant parfaitement l’exorbitant prix dans ce pays, ce qui n’incite pas les jeunes à rester dans leur patrie.

Salaires nets mensuels moyens et prix d’appartements au m². De haut en bas, Estonie, Lettonie, Lituanie. De gauche à droite, Salaire moyen mensuel en euros (après impôts), prix en euros au mètre carré d’un appartement en centre-ville, prix en euros d’un appartement excentré, nombre de salaires mensuels nécessaires pour acheter un appartement de 60m² excentré.

Aliments et boissons

Les prix des aliments et des boissons dans les pays baltes sont relativement élevés par rapport aux salaires moyens, en particulier en Lettonie. Selon Eurostat, parmi les membres de l’UE, les prix des aliments et des boissons non alcoolisées étaient les plus bas en Pologne et en Roumanie, avec un indice de prix de 62. En Lituanie, il était de 80 alors qu’en Estonie et en Lettonie il est de 91. À titre d’exemple, l’indice de niveau de prix au Royaume-Uni était de 98, il y a donc une différence plus faible dans les prix des aliments et des boissons non alcoolisées entre la Lettonie et le Royaume-Uni qu’entre la Lettonie et la Pologne, malgré le fait que les salaires en Pologne sont nettement plus élevés qu’en Lettonie. Ainsi, il est assez difficile d’économiser de l’argent pour un appartement en Lettonie, même si le prix d’un appartement est très bas par rapport à d’autres États de l’UE, y compris les pays d’Europe centrale et orientale.

Sans aucun doute, les gouvernements de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie sont confrontés à d’importants défis pour regagner légitimement le nom de Tigres baltes. Bien que la croissance économique soit stable, elle est relativement lente et nécessite des impulsions pour augmenter son rythme. Tout d’abord, il faudrait persuader les citoyens de rester dans leur pays, ce qui ne peut pas être une tâche facile avec les prix de l’immobilier et les coûts de la vie élevés. Dès lors, il semble difficile d’appeler aujourd’hui l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie de “Tigres baltes”.

Index de niveau des prix pour les aliments et les boissons non-alcoolisées, 2016. De gauche à droite, Pologne, Lituanie, Hongrie, Tchéquie, Slovaquie, Estonie, Lettonie, Royaume-Uni.

Article publié originellement sur le Financial Observer.
Traduit de l’anglais par le Visegrád Post.