Vladimir Poutine en visite à Vienne

share on:

Autriche – Le président russe Vladimir Poutine a effectué ce mardi une courte visite dans la capitale autrichienne où il s’est entretenu tour à tour avec le président autrichien Alexander Van der Bellen, puis avec le chancelier Sebastian Kurz (ÖVP) ainsi qu’avec le vice-chancelier Heinz-Christian Strache (FPÖ).

Vienne – Accompagné de plusieurs ministres et gouverneurs ainsi que du président de la banque russe VTB, le président russe Vladimir Poutine a tout d’abord été reçu à la Hofburg où la délégation russe a été accueillie par une délégation autrichienne également composée de ministres ainsi que des gouverneurs de Vienne, de Basse-Autriche et du Burgenland. Cette réception à été suivie d’un premier entretien en tête-à-tête avec le président Van der Bellen puis d’une conférence de presse, la même procédure se poursuivant ensuite dans l’immeuble d’en face, à la chancellerie, avec cette fois-ci le chancelier Sebastian Kurz puis le vice-chancelier Heinz-Christian Strache comme interlocuteurs.

Les deux pays entretenant traditionnellement des relations cordiales, les entretiens et rencontres ont eu lieu dans une atmosphère sereine et détendue. Tandis que le président Van der Bellen évoquait les origines « russes » de sa famille – des Allemands de Russie originaire des Pays-Bas – ayant émigré en Estonie en 1919 puis en Allemagne en 1940, le chancelier Kurz et le président Poutine se sont notamment entretenus au sujet des sanctions de l’Union européenne à l’encontre de la Russie.

C’est ainsi que Sebastian Kurz qui prendra la tête du Conseil européen le 1er juillet prochain, a exprimé son espoir que lesdites sanctions puissent « bien évidemment » être « progressivement levées ».

En marge du sommet, le groupe énergétique autrichien OMV et la société gazière russe Gazprom ont renouvelé leurs accords de livraison de gaz russe à l’Autriche, les prorogeant de 2028 à 2040.

En début de soirée, M. Poutine a retrouvé la ministre autrichienne des Affaires étrangères Karin Kneissl (FPÖ) sur la Place Schwarzenberg où ils ont procédé ensemble à un dépôt de gerbe au monument de l’Armée rouge.

Tags : 

3 Comments

  1. “C’est ainsi que Sebastian Kurz qui prendra la tête du Conseil européen le 1er juillet prochain, a exprimé son ESPOIR que lesdites sanctions puissent « bien évidemment » être « PROGRESSIVEMENT levées ».

    Ce monsieur Kurz est autrichien mais parle avec la modération d’un Suisse. Grrrrr…
    Heureusement qu’il n’a pas épousé une normande…

    PS: J’aime bien les Suisses, mes compatriotes Normands, et Sebastian Kurz aussi d’ailleurs. Il faudrait juste lui mettre un excitant (naturel) dans le café, et tout irait encore mieux. 🙂

    1. nous aimerions que la FRANCE ait le même langage que SEBASTIAN KURZ…….ainsi un peu plus de voix chaque fois ferait l’union et comme
      celle-ci fait la force nous nous en sortirions mieux et plus vite…….

  2. Ce que nous apprend la fin de cet article est surréaliste et consternant ; V. Poutine et la ministre autrichienne des affaires étrangères ( FPÖ ! ) sont allés fleurir un monument à l’armée rouge au coeur de Vienne ! Imaginerions-nous A. Merckel fleurir un monument à la Wermacht au coeur de Paris ?… Mais qu’en pensent nos amis Polonais et Hongrois qui ont “goûté” aux “délices” de l’occupation soviétique ? Il est vrai qu’en Pologne, par exemple, les monuments aux “libérateurs” soviétiques ont heureusement disparu, contrairement à l’Autriche semble-t-il…

Répondre :