Jacek Saryusz-Wolski : « Le groupe de Visegrád démontre à l’Europe Occidentale qu’une autre voie existe »

share on:

Jacek Saryusz-Wolski, député européen polonais : « Le groupe de Visegrád démontre à l’Europe Occidentale qu’une autre voie existe. »

À l’occasion du centenaire de l’indépendance recouvrée de la Pologne en 1918, le Visegrád Post est allé à la rencontre de grands acteurs de la vie publique polonaise.

Après l’entretien avec Bernard Margueritte, grande figure du journalisme français et ancien correspondant de presse en Pologne, le Visegrád Post vous propose une série d’entretiens réalisée en partenariat avec le portail Do Rzeczy (extension numérique de l’hebdomadaire conservateur polonais du même nom).

Le premier entretien que nous vous proposons a été réalisé par Olivier Bault avec Jacek Saryusz-Wolski, député européen polonais depuis 2004. M. Saryusz-Wolski a surtout été une grande figure de la Plateforme civique (PO) et l’un des artisans de l’entrée de la Pologne dans l’Union européenne dès les années 90. Il s’est ensuite éloigné de la PO et s’est rapproché des conservateurs du PiS, devenant le candidat du gouvernement polonais de Beata Szydło à la présidence du Conseil européen face à un autre polonais, Donald Tusk.

2 Comments

  1. Juste une remarque à propos des travailleurs détachés, je crois que c’est le seul sujet sur lequel je suis en accord avec Macron… et donc, ici, en opposition avec Mr. Saryusz-Wolski.

    Etre hostile à ce principe, ce n’est pas s’opposer à la libre circulation des citoyens de l’UE, mais simplement refuser une certaine manière de la concevoir qui tire vers le bas la protection sociale.

    Il se pourrait bien d’ailleurs qu’un jour la Pologne elle-même s’en plaigne si l’UE devait s’agrandir et englober certains pays en situation économique difficile.

    Cela n’engage que moi, mais je suis convaincu que la plupart des français préfèrent voir des Polonais plutôt que d’autres remplir les emplois qui ne trouvent pas preneur en France. Mais pas à n’importe quelles conditions juridiques et sociales. Cette histoire de “plombier polonais” repose sur un malentendu.

    Cela ne veut pas dire qu’il ne faut rien changer, ni qu’on doive manquer de respect à la Pologne, mais il est dommage que cette incompréhension” persiste.

  2. que les travailleurs puissent aller dans toute l’UE est normal
    mais qu’ils ne payent pas la sécurité sociale et leurs impots là où il travaillent est inadmissible

Répondre :