“L’OTAN ne cherche pas le conflit avec la Russie” selon Stoltenberg

share on:

Belgique, Bruxelles – Le secrétaire général de l’OTAN a exprimé une profonde inquiétude suite aux mouvements des pilotes russes au-dessus de la Baltique. Stoltenberg n’a cependant pas voulu parlé des récents accrochages avec le gouvernement russe. Plus encore, il n’a pas voulu dire clairement si les forces US avaient l’autorisation de faire feu ou non sur les Su-24 russes.

“C’est un comportement dangereux et non-professionnel de la part des pilotes russes. Et ce n’est pas le seul exemple,” a dit aux journalistes britanniques le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. Il a ensuite fermement insisté pour dire que la Fédération de Russie n’avait aucune raison de se sentir menacée ou provoquée dans la région de la mer Baltique. “L’OTAN ne cherche pas le conflit avec la Russie, nous ne voulons pas d’une nouvelle Guerre Froide,” a rajouté Stoltenberg.

Le secrétaire général n’a dit clairement si les Américains étaient autorisés à attaquer les chasseurs russes. Au lieu de cela, il a rappelé qu’un chasseur russe avait été récemment abattu en Turquie, et que du fait d’incidents de ce genre, il était urgent d’assurer transparence et réduire les risques.

85 Comments

  1. Les approches et survols russes ont de fait commencé lundi alors que le destroyer américain se trouvait à environ 70 miles nautiques (près de 130 kilomètres) de l’enclave de Kaliningrad, le territoire le plus à l’ouest de la Russie, situé entre la mer Baltique, la Pologne et la Lituanie….. Un navire de guerre russe à 130 km des côtes américaines, ça serait la guerre….
    L’OTAN aurait dû disparaître avec l’effondrement de l’URSS. Que veulent les américains? Pourquoi un tel déploiement de forces autour de la Russie? Y a-t’il vraiment un risque d’invasion russe en Europe? Les marchands d’armes ont toujours fait de bonnes affaires sur le dos des peuples. Il suffit d’une étincelle…

    1. ” Un navire de guerre russe à 130 km des côtes américaines, ça serait la guerre…. ”

      Vous n’avez bien évidemment aucune connaissance du droit maritime pour dire une telle ineptie.
      130 kilomètres, c’est bien entendu hors des eaux territoriales, ainsi que hors de la zone contiguë.
      Ce bateau aurait éventuellement été en infraction s’il avait lancé des filets de pêche ou cherché à exploiter le sous-sol, certainement pas dans le cas présent.

  2. STOLTENBERG est payé pour répéter en boucle toujours les mêmes inepties principalement a propos des russes! Il faut qu’il change de disque,ça devient lassant….

  3. Très intéressant site.
    Dommage néanmoins qu’il soit déjà envahi par les empoutinés et autres collabos ataviques.
    Concernant l’OTAN, j’ai moi-même, en tant que militant patriote, longtemps cru qu’elle était devenue inutile et même contre-productive pour une vraie politique de défense européenne. Je reconnais m’être lourdement trompé sur cette question.
    1 Les dirigeants actuels d’Europe occidentale sont les vrais obstacles à une telle politique.
    2 C’est assurément le ministre polonais de la Défense qui a raison : la Russie poutinienne fait peser une menace sur l’Europe bien plus dangereuse que l’état islamique.
    J’espère donc que la Pologne prendra l’ascendant sur la politique extérieure du groupe de Visegrad.

    1. Cela n’a strictement aucun rapport avec le patriotisme, mais étant donné que la France est membre de l’OTAN, le fait est que reconnaître cet état de fait, c’est déjà accepter le monde tel qu’il est et non pas le fantasmer tel qu’il ne sera jamais.
      Ne vous en déplaise.
      C’est bien l’OTAN qui a protégé l’Europe occidentale des appétits soviétiques – nul patriote français n’a jamais remis en cause cette réalité – et maintenant protège l’Europe centrale des prétentions poutiniennes.
      Indéniablement.
      Nul patriote

      1. Je reprends :
        Nul patriote ne plus se permettre de nier cette nouvelle réalité depuis l’agression russe en Ukraine. La représentation du monde tel qu’on pouvait le penser entre 1993 et 2014 n’existe plus.

        1. Quoi qu’il en soit, l’OTAN reste la seule option pour garantir les libertés et la souveraineté des peuples d’Europe centrale, tant qu’il n’existera pas d’alternative européenne viable.

          1. A Renard : je ne fais que collecter et reproduire ce que disent les principaux soutiens étrangers et ukrainiens à la “révolution” du Maïdan, de Brzezinski au Kyiv Post en passant par Soros. Voyez avec eux si vous pensez qu’ils se trompent, mais a priori ils sont bien placés pour savoir de quoi ils parlent.
            « Interview with George Soros », CNN, 25/05/14.
            « Well, I set up a foundation in Ukraine before Ukraine became independent of Russia. And the foundation has been functioning ever since and played an important part in events now. »
            http://transcripts.cnn.com/TRANSCRIPTS/1405/25/fzgps.01.html

  4. Vous êtes vraiment bien français !!!

    Au lieu de critiquer les agissements de Poutine en Ukraine, mêlez-vous de ce que fait la France ! Est-ce que vos dirigeants ont fait mieux quand ils ont annexé Mayotte ? Ils ont fait pareillement !

    Quant à dire que la Russie est une menace plus grande que l’islamisme, je souhaite que vous pâtissiez de ces gens qui habitent dans vos villes, dans vos quartiers, dans vos immeubles. Si aujourd’hui vous les caressez dans le sens du poil, demain ils vous égorgerons c’est tout ce qu’ils savent faire.

    Non, je n’ai pas peur de la Russie. Je n’ai pas peur des Russes, chrétiens orthodoxes.

    Mais vous, les français, vous êtes bouchés à l’émeri.

    1. Oui, madame, je suis Français. Et patriote avec cela.
      Sûrement pour cette raison que je ne bave pas de haine en permanence contre ceux qui défendent – tant bien que mal et malheureusement plus mal que bien – les intérêts de mon pays et mes libertés.
      Et parce qu’héritier de tout ce qui (a) fait la grandeur de la France, la raison aussi pour laquelle je n’ai aucun respect pour des potentats criminels qui maintiennent leur population sous le joug de leur paranoïa revancharde et frustrée.

      Et vous, au lieu de vouloir me donner des leçons de soumission à des intérêts étrangers et prétendre m’imposer vos attentes névrosées envers Poutine vous feriez mieux d’apprendre à lire le français : je n’ai fait que reprendre les mots du ministre de la défense polonais, donc ministre d’un pays qui sait à quoi s’en tenir concernant les méthodes de la Russie.

      Quant au reste de vos abjections, vous me diffamez madame, où aurai-je fait l’apologie du terrorisme islamique ?

      Et si vous le faisiez à visage découvert ?

      Pourquoi m’en étonner, c’est toujours la méthode de vos semblables que d’inventer des propos chez ses contradicteurs pour mieux se draper ensuite dans son indignité.
      Grand bien vous fasse de croiser un jour la route de vos futurs amis Kadyrovtsy, hommes de main de votre grand Poutine tant admiré.

      Mayotte annexé ?
      Un peu de sérieux, s’il vous plait : c’est cette île qui a refusé l’indépendance offerte par la France à l’archipel des Comores.
      Décidément, votre inculture vous trahit : vous haïssez la France et tout ce qu’elle représente alors n’hésitez surtout pas à vous détourner à jamais d’elle et de sa langue.
      Apprenez le russe, ou plutôt le tchétchène et … engagez-vous là où ils auront besoin de vous …

  5. Et en Crimée, ce n’est pas par referendum que les criméens ont choisi ?

    Quant à apprendre le Russe, je le connais par coeur. Mais puisque vous aimez tant l’Otan des amerloques, gardez-les bien au chaud et fichez-nous la paix

    1. Il n’y a pas eu de referendum en Crimée : le referendum est un acte légal mis en place par les autorités officiellement et internationalement reconnues.
      Un canular organisé par des bandes armées et masquées n’a rien d’un referendum. D’ailleurs, le “résultat” de cette imposture avait été rapidement remis en cause par une organisation gouvernementale russe, le “Conseil du Président de la Fédération de Russie” dont le directeur avait pourtant été mis en place par le clan Poutine.
      A part une demi-douzaine de dictatures à titre temporaire, personne ne reconnaît la légalité et la validité de cette annexion.
      Rien à voir avec le cas de Mayotte : les referendums ont bien été mis en place par l’autorité internationalement reconnue. L’avis de l’assemblée générale de l’ONU n’est que consultatif et se substitue pas à celui des nations souveraines. Aucun état, aucune organisation internationale n’a jamais bloqué le moindre traité, commerciale ou politique, à l’encontre du territoire litigieux de Mayotte.
      C’est exactement le contraire avec l’annexion de la Crimée. Personne (à part les dictatures précitées) ne commerce avec le territoire annexé par la Russie, aucune compagnie aérienne, navale ou autre ne prend le risque de traiter avec les “autorités”, c’est à dire les forces d’occupation russes, civiles ou militaires, sur ce territoire sans en assumer par avance les sanctions qui en découleront le plus légalement et sans recours possible.
      La différence est quelque peu immense, n’est-ce pas ?
      Ne vous en déplaise !

  6. C’est bien l’OTAN qui a protégé l’Europe occidentale des appétits soviétiques – nul patriote français n’a jamais remis en cause cette réalité
    Le général DE GAULLE appréciera…lui qui a viré L’OTAN et les américains !

    1. Oui et alors ?
      Quel rapport entre Charles De Gaulle et les militants politiques patriotiques ?
      Pour rappel, Charles De Gaulle n’était pas vraiment apprécié dans ces milieux nationalistes qui eux, étaient farouchement antisoviétiques.
      L’ignoriez-vous ?

      L’une des raisons du retrait de la France de l’OTAN, en dehors d’autres heureusement un peu plus nobles (retrait des troupes américaines et canadiennes, maintien de l’autonomie de la force de dissuasion nucléaire), c’était aussi le renoncement de la France à la solidarité et la protection des autres pays européens démocratiques.
      En conséquence, c’est bien Charles De Gaulle qui le premier a contribué à l’abaissement de la cote de confiance de la France en Europe.

  7. Au troll qui s’est glissé ici, il est bon de rappeler : il y a patriote et patriote.
    Le patriote “1945” c’est celui qui se bat pour sauver son pays de tout impérialisme, quel qu’il soit, fut-il d’abord nazi, puis américain
    Le patriote “1914” c’est celui qui réagit au quart-de-tour dès qu’on sonne le tocsin, et qui s’entretue avec son voisin, patriote comme lui.
    En France, les patriotes “1945” sont pro-russes, les patriotes “1914” sont pro-américains.
    Les premiers déplorent l’injustice du système basé sur le dollar, les seconds l’ignorent.
    Les premiers se navrent de cette narration journalistique qui, si on se souvient, n’a jamais autant aimé la Russie que lorsqu’elle était vendue aux oligarques et meurtrie par les salafistes ; les seconds en sont les perroquets.
    Les premiers respectent toutes les nations dignes de ce nom. Les seconds sont les patriotes de pseudo-patries en réalité gouvernorats de Washington, de Wall Street, et d’un monde de chaos.
    Il y a un monde entre les uns et les autres. C’est l’armée de libération mentale face aux petits gendarmes de l’Empire.

    1. Le troll, c’est le type qui humilie les empoutinés, collabos ataviques qui se donnent du “patriotes” entre eux ?
      Je ne commenterai même pas tes bouffonneries. je me contenterai de te faire enrager avec mes rappels à la réalité contre vos fantasmes.

  8. A toutes fins utiles, rappelons une relation de cause à effet élémentaire : s’il n’y avait pas eu l’EuroMaïdan, la Crimée serait toujours en Ukraine.

  9. Peu importe, c’est Maïdan qui est l’événement déclencheur de ce qui s’est passé en Crimée au printemps 2014. D’un point de vue strictement factuel et chronologique, ce n’est pas la Russie qui est à l’origine du séparatisme de la Crimée, à moins de considérer que c’est Moscou derrière Maïdan. L’expression “annexion de la Crimée” est donc inexacte si l’on s’en tient aux faits et à leur chronologie : 1) coup d’État à Kiev, 2) refus des conséquences de ce coup d’État en Crimée, 3) contestation de l’autorité de Kiev en Crimée, 4) rattachement de la Crimée à la Russie.

    1. Répéter la désinformation russe 1000 fois ne fera pas de vos mensonges une vérité : un renversement de pouvoir par un peuple, c’est une révolution, certainement pas un coup d’état.
      Il faut vraiment avoir l’âme d’un esclave pour penser le contraire.

      Pas plus que nier le réel ne le changera :
      Personne ne reconnaît la légalité de l’annexion de la Crimée. Pour quelle raison ? Simplement parce que c’est une annexion opérée par des bandes criminelles.

      Vous pouvez toujours vous rouler en boule et hurler à l’injustice en frappant l’air de vos poings impuissants comme le font presque les officiels russes, cela ne changera rien aux faits. La Russie subit et subira de plus en plus les conséquences des crimes commis par ses dirigeants.
      D’ailleurs, les premiers à subir l’incompétence criminelle de ces dirigeants sont surtout les Russes eux-mêmes, comme dans tous les potentats violents et paranoïaques envers leur propre population…

  10. Mais oui, c’est cela même …
    On ne juge des choses qu’à partir de ses seuls états d’âme.
    Si vous pensez qu’un peuple ne peut pas se soulever contre ses dirigeants corrompus et affronter la mort alors, c’est votre problème. Mais cessez d’insulter ces peuples en osant juger des choses du monde du point de vue de votre seule lâcheté individuelle.
    Les dirigeants paranoïaques de la Russie savent eux-mêmes que vos élucubrations n’engagent que vous.

    1. À Renard : je vous invite à consulter la chronologie des événements. La fuite du président Ianoukovitch a lieu le 22 février 2014, et les événements en Crimée et dans le Donbass commencent en mars et avril 2014, donc après, pas avant le coup d’État – ou la révolution si vous préférez. De toute façon, une révolution est un coup d’État. Le terme de coup d’État signifie que le régime en place au sommet de l’État est renversé. Une révolution sans le renversement du régime, donc sans coup d’État, n’est pas une révolution, elle est ratée, c’est une tentative de. Par ailleurs, de nombreux acteurs étrangers à l’Ukraine ont reconnu avoir joué des rôles substantiels dans cette révolution-coup d’État, de même que pendant la “révolution orange” de 2004.

      1. Rien à battre de vos croyances irrationnelles et moins encore de vos carences intellectuelles …
        La propagande et la falsification historique des Russes poutiniens et des Serbes miloseviciens, j’ai eu la faiblesse de les relayer entre 1999 et 2009 (et j’ai encore mis cinq ans avant de reconnaître “publiquement” avoir été trompé par ces gens-là), certainement pas par soumission à des intérêts étrangers mais par anti-américanisme qui avait besoin de faire feu de tout bois pour s’alimenter.
        Cette époque est définitivement révolue.
        On ne combat pas l’influence américaine par le mensonge et la négation des crimes. Bien au contraire !

        Modération : attention de ne pas déraper, et rester courtois svp. Votre participation est intéressante tout comme les échanges qui ont lieu sur le site sur divers sujets. Mais la vulgarité ou les insultes ne seront pas tolérés.

        1. ” On ne combat pas l’influence américaine par le mensonge et la négation des crimes.”

          Oseriez-vous soutenir que l’Amérique est vierge de tout mensonge et de tout crime commis par elle dans les pays étrangers ?

        2. Toujours le même mode de fonctionnement “intellectuel” : je vous avais cernée depuis la première lecture :
          ” c’est toujours la méthode de vos semblables que d’inventer des propos chez ses contradicteurs pour mieux se draper ensuite dans son indignité. ”

          On parle des crimes poutiniens, ici ; ceux que VOUS Niez !

          1. A Renard. Il faut raisonner sur des cas concrets : quand vous parlez des “crimes poutiniens”, de quoi parlez-vous exactement ?
            Si vous parlez de l’affaire de la Crimée, il se trouve que c’est une conséquence de Maïdan, on ne peut donc pas l’imputer à Poutine.

        3. CL
          Votre déni du réel ne m’intéresse pas : on ne met pas sur le même plan une révolution qui se débarrasse d’un tyran et les crimes de masse organisés par le maître d’œuvre du tyran …

          Tiens, ce n’est pas vous qui plus bas pleurnichez pour parler d’ingérence …
          Décidément, vous apportez vous-même de l’eau au moulin de votre indignité …

  11. Bonjour à tous, ravi de découvrir ce nouveau site très bien fait et qui apporte des informations intéressantes de nos frères d’Europe centrale.
    Je vois que le débat est animé dans les commentaires…; au moins ici le débat existe, loin d’une vision manichéenne et simpliste que l’on trouve ailleurs…
    Je formule tous mes voeux de réussite au groupe de Visegrad, et exprime mon espoir à le voir aider les états d’Europe occidentale à changer leur politique européenne dans de nombreux domaines ou hélas nos gouvernements trahissent leurs peuples,;
    – souveraineté nationale, libertés fondamentales politiques d’expression et de représentation ( “démocratie” réelle ),
    – politique de préférence nationale et européenne en matière d’immigration et lutte commune contre les réseaux mafieux d’immigration “clandestine”, création d’une Force Européenne de controle et de défense de ses frontières extérieures,
    – défense et promotion des fondements spirituels et civilisationnels chrétiens communs à nos nations, protection de la vie, de l’enfance et des faibles, et de la Famille traditionnelle comme socle de la société.
    – réveil culturel et identitaire européen face au “multiculturalisme” cosmopolite, ou mondialisme, et à l’invasion des produits d’exportation de la sous-“culture” américaine,
    – refus de l’islamisation de notre continent, lutte contre l’islamisme chez nous, retour aux vertus religieuses et morales chrétiennes, et, loin de tout idéologie “universaliste” et de toute manipulation machiavélique géopolitique, dialogue diplomatique et “pragmatique” avec les états du proche et moyen Orient ,
    – politique diplomatique apaisée, bienveillante et amicale, mais prudente, exigeante et ferme, vis-à-vis de la Russie; celle-ci doit respecter ses engagements internationaux passés, tel le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de ses état voisins issus de l’ex-URSS,
    – élaboration d’un IIIème plan pour l’Ukraine et le Bélaruss; souveraineté, indépendance, et intégrité territoriale respectées, statut spécial de double partenariat-association avec l’Union Européenne et l’Union Eurasiatique.

    Voilà déjà quelques pistes qui méritent d’etre explorées…

    1. Le problème du partenariat-association avec l’Union Européenne, c’est que l’UE nie la totalité des points de revendication que vous mentionnez.

      1. Toujours dans le déni du monde réel, CL. Qu’attendez-vous pour aller vivre dans votre pays de lait et de miel ?
        A classe sociale équivalente, s’entend …

        1. Ce sont les Européens, de l’ouest et de l’est, qui commencent à en avoir assez du LGBT, de l’immigration clandestine et des valeurs multi-culti et cosmopolites de l’Union européenne. D’où l’émergence de revendications identitaires et nationalistes légitimes, dans le groupe de Visegrad ou ailleurs.

          1. Oui mais contrairement à vous, la grande majorité de ceux-là ne se soumettent pas à des intérêts étrangers …

          2. Si vous êtes dans l’UE, vous êtes déjà soumis à des intérêts étrangers. La question est : comment en sortir, c’est-à-dire comment sortir de l’UE?

          3. Je n’ai aucune intention de discuter “Grand complot mondial dont les maîtres dirigent tout dans l’ombre” avec vous, ni avec quiconque d’ailleurs …
            Je préfère vivre dans le monde réel, combien même celui-ci m’oppresse.

          4. Quel rapport avec ce que j’ai dit ? Je mentionne des points essentiels de la politique officielle et publique menée par la Commission européenne de Bruxelles.

    2. Entièrement d’accord avec tous vos points. A ceci près que je pense de mon côté que l’Union eurasiatique n’a pas vraiment d’avenir.

    3. Voilà un programme qui a lui seul prendra certainement plusieurs dizaines d’années. Si nous avancions, déjà, sur une préférence nationale et un refus de l’islamisation, nous aurions fait un bond en avant !

      En ce qui concerne le partenariat avec l’ UE, je rejoins l’avis de CL.

      L’UE ne nous dirige pas. Derrière elle se trouvent les multinationales (très américaines) qui imposent leur diktat. Vous voyez bien qu’elle ne nous est d’aucun secours, bien au contraire !

  12. Chers amis, bonsoir !
    Je pense que pour faire avancer les choses dans une meilleure direction, il conviendrait déjà de faire preuve de dialogue, franc et sincère, mais courtois et respectueux entre gens civilisés,
    Notre continent n’a que trop souffert des guerres fratricides qui l’on épuisé et affaibli, au profit apparent de nos “concurrents”, mais en réalité pour le malheur du monde entier; l’Europe, dans la belle diversité de ses nations, a apporté beaucoup aux hommes du monde entier et porte encore en Elle toutes les potentialités et les promesses de la renaissance de sa brillante Civilisation pluriséculaire.
    C’est sur la base de cette civilisation européenne “hélléno-chrétienne” commune que nos nations doivent construire leur avenir commun; de leur bonne entente et coopération entre elles dépend leur avenir dans le contexte menaçant mais imprévu de la mondialisation et de la lutte entre puissances continentales.
    L’U-E a, de fait, pris une tournure technocratique et “oligarchique” contre ses peuples et au seul profit d’une petite minorité cosmopolite coupée des réalités nationales, apatride et sans racine; c’est parce que cette U-E portait déjà en elle dés ses débuts tous les germes de cette dérive mortifère. Celle-ci c’est construite sur des bases purement économiques, matérielles donc, et politiquement sur une idéologie faussement “universaliste” dite “démocratique”, celle des “droits de l’Homme et du Citoyen”, principes idéalistes et utopiques, créant ainsi toutes les conditions de sa dissolution future…
    Faut-il débattre sur la nécessité ou non de sortir de cette U-E pour repartir enfin sur des bases plus saines et donc plus solides ? Je ne répondrai pas à cette question mais ferai remarquer que le groupe de Visegrad répond, lui, par la négative; la priorité passe, à l’exemple de la Hongrie ou de la Pologne, par l’accession au pouvoir dans chaque états européens ( ou le maximum ) de gouvernements réellement soucieux du bien commun de leurs nations, de la défense de leurs souveraineté, libertés, identité, et prospérité. Des gouvernements authentiquement libres et nationaux, ne dépendant plus, par leur seule et simple volonté, des directives de quelques technocrates “bruxellois” non-élus ni des intimidations de quelques puissances étrangères que se soit!
    Concernant la Russie, et ceci n’est qu’une modeste proposition, il serait envisageable de l’associer aussi, sous la forme d’un partenariat, à la construction de cette Europe future que nous appelons de nos voeux;
    – une Europe de l’Esprit, de la Culture, et de la Civilisation,
    – une Europe alliance stratégique, diplomatique, sécuritaire et militaire,
    – une Europe, Continent et Civilisation, de la subsidiarité, respectueuse des souverainetés, libertés, et identités culturelles et historiques nationales,
    une Europe des peuples, des patries, et des nations.

    1. Une association Europe-Russie, c’est ce dont on débattait durant les deux décennies précédentes, lorsqu’on pensait que l’impérialisme de la Russie était derrière elle, mais il est évident que cette question est en suspens aujourd’hui. Son principal écueil s’appelle “Poutine et sa clique”.
      On ne discute pas “avenir de l’Europe” avec un individu qui s’attaque à ses voisins, les tue et s’empare de leurs biens, surtout quand ces voisins sont Européens …
      D’une manière plus générale, on ne peut pas exiger que Polonais, Baltes, Finlandais, Ukrainiens et d’autres oublient le passé que la nostalgique et revancharde Russie glorifie.

      Concernant les vraies valeurs européennes, rappelons qu’il y a quelques exigences formelles tout de même : respect de l’état de droit, de la démocratie, de l’individualité des citoyens, et lutte contre la corruption des représentants étatiques …
      Tout ce qui disqualifie la clique actuellement au pouvoir en Russie, comme vous en conviendrez si vous avez accès à une information libre sur ce qui se passe vraiment dans ce pays.
      Ce qui n’est bien évidemment pas le cas des autres intervenants sur ce site.

    2. Pour l’UE, nous sommes d’accord puisque contrairement aux autres intervenants, vous et moi avons une bonne idée de son armature institutionnelle et ne fantasmons pas sur son domaine d’intervention.
      Nous savons qu’elle n’est que la projection des constitutions nationales des états membres, soumise à la même partitocratie qu’eux, à l’exception près que son statut d’association d’états permet une distanciation supplémentaire de ses fonctionnaires et dirigeants, qu’ils soient élus ou nommés.

  13. Je suis en total accord avec vous.

    Je souhaiterais que les chefs de gouvernements européens prennent exemple sur les chefs de Hongrie et Pologne.

    Et, aussi, sur la Russie dirigée aujourd’hui par Poutine qui a démontré sa sagesse en même temps que son inflexibilité devant les ennemis de NOS libertés.

    Merci

    1. Je vous rappelle que dès votre première intervention, vous vous êtes permise de baver sur la France et les Français …
      On fait mieux dans le genre “épris de la sauvegarde de NOS libertés”
      Je tente un 😆 !

  14. @Renard & Danièle
    Je vois à la lecture de vos réponses que vous n’etes pas d’accord sur la forme mais plutot d’accord sur le fond!
    – concernant la Russie, voici mon opinion personnelle; je considère Poutine, si je me place du point-de-vue russe, comme une sorte de “moindre mal” au regard de la période qui a précédé son accession au pouvoir. Il a redonné confiance en eux-memes et fierté aux Russes, ce qui est une très bonne chose pour tout peuple. Cependant, ce reveil patriotique en Russie c’est aussi accompagné vis-à-vis de ses voisins d’un retour à une forme de néo-“impérialisme” forcément problématique et potentiellement conflictuel comme on le voit en Ukraine.
    – concernant l’Ukraine, si des officines américaines et des oligarques cosmopolites se sont sans doute ingérés dans les affaires intérieures de ce pays et ont joué un jeu d’influence dangereux poussant à une rupture frontale et totale avec la Russie, il n’en demeure pas moins qu’une partie importante du peuple ukrainien n’a pas eu besoin de ces gens-là pour éprouver un “raz-le-bol” et de l’exaspération vis-à-vis d’un pouvoir corrompu et velléitaire, incapable de rompre avec les méthodes du passé, avec ses lourdeurs administratives et sa brutalité policière.
    La Crimée est un cas particulier; il eut été préférable de mon point-de-vue qu’elle demeure au sein de l’Ukraine avec un respect de son autonomie et des droits pour la majorité russophone tout en conservant un partenariat stratégique et militaire avec la Russie ( flotte de la Mer Noire et port de Sébastopol ). Il est évident que le référendum de rattachement à la Russie qui s’y est tenu s’est réalisé après une prise de controle des points “névralgiques” et stratégiques ( politiques, administratifs, militaires, aéroportuaires, etc…) de la région par les forces armées russes présentes sur le territoire et renforcées par d’autres éléments armés venus directement de Russie ( le visionnage des vidéos de l’époque, tout comme le film officiel russe sur le déroulé de ces événements, ainsi que les aveux meme du président russe, démontrent amplement la véracité de ces faits ) en violation totale et flagrante de la souveraineté de l’Ukraine et des engagements russes à la respecter; ce référendum ne peut légalement etre reconnu comme valide, meme si une majorité d’habitants semblent maintenant plutot satisfait d’etre revenu dans le giron russe. Faute de revenir à son statut antérieur, il serait envisageable de négocier avec la Russie un statut particulier de double souveraineté ou de dominion russo-ukrainien ( administratif, économique, sécuritaire, stratégique et militaire, identitaire et culturel ), avec une large autonomie et la protection des droits des autres minorités ethno-culturelles, en particulier les Tatars. Les Criméens auraient ainsi une double nationalité et citoyenneté russo-ukranienne. En échange de quoi la Russie pourrait abandonner toute prétention sur la Transnistrie qui intégrerait l’Ukraine tout en gardant un statut bilingue ukraino-russe ( comme la Crimée ), la Moldavie ( sans la Transnistrie donc ) ayant vocation à réintégrer la Roumanie dans un futur proche.
    Pour le reste de l’Ukraine, il me semble que pour apaiser les tensions et surtout prendre en compte les réalités actuelles, il conviendrait que l’Etat ukrainien se “subsidiarise” ou se décentralise, en se régionalisant et en se fédéralisant. Il conviendrait de redécouper intérieurement et administrativement le territoire par un retour aux anciennes grandes régions historiques ( Galicie, Volynie, Podolie, Zaporogie, Méotide, Tauride, etc…) tout en accordant ( après la seule langue nationale officielle que demeurera l’Ukrainien ) un droit d’usage à la langue russe dans les régions du sud et de l’est ( ainsi que localement pour les autres minorités ethniques autochtones; Hongrois, Roumains, Polonais, etc…). L’étatisme centralisateur et le jacobinisme finissent par desservir et diviser une nation en niant la complexité du réel et les identités locales et en interdisant tout droit élémentaire aux “minorités” régionales autochtones.
    Voilà donc encore quelques suggestions que vous ne tarderez pas à commenter! 🙂

  15. Concernant Poutine, je le considérais comme un moindre mal entre 2005, date de ma première visite en Russie, et 2010, date à laquelle j’ai eu confirmation du virage politique que prenait le pays.
    Donc à titre personnel, j’ai plutôt tendance à considérer qu’il est le pire qui pouvait arriver à la Russie. Pour information, le redressement économique est un fait conjoncturel auquel le Kremlin n’est pour rien. Même si le successeur d’Eltsine avait été un bonobo, la Russie eut été tirée d’affaire, et la crise de 1998 jugulée.

  16. Concernant l’Ukraine (où il ne faut pas confondre Ukrainiens russophones et Russes ethniques installés par Staline après l’holodomor), je pense que votre vision des choses est un peu tardive : Poutine a fait l’unanimité des Ukrainiens contre lui et les russophones constituent la majorité des volontaires pour libérer le Donbass.
    Il restera finalement le véritable unificateur de l’Ukraine.

  17. J’oublie plein de choses.
    Il n’a jamais été question pour le pouvoir ukrainien d’empêcher les russophones de parler russe. La seule proposition qui a été faite au parlement après la Révolution du maïdan avait été immédiatement rejetée par la majorité parlementaire.
    Quoi qu’il en soit, les jeunes générations russophones sont aujourd’hui elles-mêmes demandeuse de l’ukrainisation de l’enseignement et les chrétiens pratiquants veulent “l’autocéphalisation” de l’Eglise.
    Le meilleur promoteur d’une politique de dé-russification spontanée de l’Ukraine s’appelle Vladimir Poutine.

  18. Concernant la Russie et Poutine, dont j’avoue ne pas etre suffisamment bien informé, et que vous me semblez bien connaitre, je vous fait confiance.
    Concernant l’Ukraine, que je connais un peu contrairement à la Russie, vous avez finalement raison; c’est la propagande russe qui a agité le spectre d’une “persécution” de la langue russe et, comme vous dites, Poutine aura été un “bon” unificateur de l’Ukraine bien malgré lui, ou plutot un élément ( contre lui ! ) d’une plus grande cohésion et homogénéité de la nation ukrainienne.

    1. Cela ne remplace pas des connaissances directes sur le terrain mais vous pourrez trouver quelques informations supplémentaires sur internet.
      Pour l’Ukraine, Il y a deux très bons sites francophones que vous connaissez probablement :

      Ukraine2014 et forum-ukrainien.

      Ils y parlent aussi beaucoup de la Russie, certes à travers une pensée ukrainienne en partie mais surtout ukrainophile (il s’agit de Français généralement issus de Flandre-Artois et Picardie … Oups des “Hauts-de-France” puisque c’est le nom de la région désormais …). S’ils sont volontiers contempteurs du poutinisme et de tous ses attributs, ils restent néanmoins russophiles d’une manière générale et apportent quelques informations fondamentales, comme la traduction des minutes les plus notables (c’est à dire affligeantes) du procès Savchenko .
      Concernant la Russie, il y en a vraiment très peu dans le monde francophone mais voilà un site qui remet quelques pendules à l’heure :
      c’estpasecretc’estdicret.org.
      Vous pourrez aussi trouver quelques informations supplémentaires sur un site fermé aujourd’hui mais toujours accessible ;
      Verslarévolution.hautetfort
      Très poutinophile à ses début, jusqu’à mars 2014 …

  19. A propos de l’Union européenne : l’immigrationisme et le LGBT sont dans son ADN, comme on dit. Le groupe de Visegrad devra sortir tôt ou tard de l’UE, ou devra se plier à l’immigrationisme et au LGBT.
    A propos de l’Ukraine : lire “Le grand échiquier” de Z. Brzezinski, point de départ de toute discussion géopolitique sérieuse sur le sujet.
    Si vous n’avez pas le temps, voici un article qui récapitule l’ingérence américaine en Ukraine depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale. Publié par le Kyiv Post, que l’on ne suspectera pas de “propagande russe”.
    “How America played a central role in Ukraine becoming independent”
    http://www.kyivpost.com/article/opinion/op-ed/how-america-played-a-central-role-in-ukraine-becom-112603.html

    1. CL
      😆
      Toujours le blablabla complotiste habituel.
      Je n’ai pas attendu sur vous pour mettre tout cela à la poubelle depuis longtemps ni même pour me former en matière géopolitique avant même que vous ne connaissiez l’existence du mot.
      Inutile donc de jouer au Grand Initié avec moi ; ce n’est pas dans les livres de Brzezinski – que vous n’avez pas lu comme les trois quarts de ceux qui l’évoquent – que vous trouverez matière à nourrir vos fantasmes sauf à interpréter “à votre manière” ce dont il parle.

      Je vais vous démontrer que la géopolitique, c’est trop compliqué pour vous :

      Il n’y a pas “ingérence” lorsque des états démocratiques luttent par tous les moyens pour affaiblir un empire criminel comme l’était l’URSS.
      Il n’y a pas “ingérence” lorsque l’aide est sollicitée par des patriotes et résistants qui luttent contre cette menace de l’intérieur, ou qu’elle est le fait d’une diaspora qui répond aux attentes de ceux qui sont restés sur place.
      Il n’y a pas “ingérence” lorsque le résultat est la libération de tout un peuple et la fin d’un univers concentrationnaire cauchemardesque.
      Et c’est exactement ce qu’a été la déclaration d’indépendance ukrainienne.

      Le mouvement indépendantiste existait en Ukraine bien avant l’existence de l’URSS, bien avant que les Etats-Unis ne se préoccupent de ce qui se passait en Europe.
      C’est exactement ce qui s’est passé dans les autres pays européens qui ont obtenu leur indépendance.
      L’Ukraine est indépendante selon la volonté de sa seule population, POINT.
      NE VOUS EN DEPLAISE !

      Des milliers d’Ukrainiens sont morts – et continuent à mourir – pour y parvenir. La moindre des choses est de leur témoigner notre respect et non pas de servir la propagande de leurs assassins.

    1. A Renard : je ne fais que collecter et reproduire ce que disent les principaux soutiens étrangers et ukrainiens à la « révolution » du Maïdan, de Brzezinski au Kyiv Post en passant par Soros. Voyez avec eux si vous pensez qu’ils se trompent, mais a priori ils sont bien placés pour savoir de quoi ils parlent.
      « Interview with George Soros », CNN, 25/05/14.
      « Well, I set up a foundation in Ukraine before Ukraine became independent of Russia. And the foundation has been functioning ever since and played an important part in events now. »
      http://transcripts.cnn.com/TRANSCRIPTS/1405/25/fzgps.01.html

  20. Au modérateur : désolé, j’ai posté une réponse deux fois. D’ailleurs, comment faire pour effacer le doublon ?
    A propos de l’OTAN, le “rempart de la civilisation”, on y travaille sérieusement à la trans-sexualisation des armées.
    « LGBT Perspectives in the NATO & Armed Forces », The Hague Centre for Strategic Studies, 03/10/14.
    « From 30 July to 2 August the 4th NATO LGBT (Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender) Working Group took place in Stockholm (Sweden), with the support of the Swedish Minister of Defence and the Swedish armed forces. The aim of this 4th meeting was to focus on efforts to promote acceptance and equality for LGBT people in the armed forces in both NATO and non-NATO countries. The working group also discussed the LGBT Military Index recently published by The Hague Centre for Strategic Studies and its implications to achieve these goals. »
    http://www.hcss.nl/news/lgbt-perspectives-in-the-nato-amp-armed-forces/1073/

    1. CL.
      J’ai répondu à vos risibles diatribes : c’est votre interprétation grossière des faits qui est en cause ici, ainsi que vos croyances irrationnelles, rien d’autre.

  21. A Renard : vous avez le droit d’être progressiste, cosmopolite et pro-LGBT, comme l’UE et l’OTAN, et comme les artisans des deux “révolutions colorées” de Kiev, mais pourquoi vouloir forcer toute l’Ukraine à rentrer là-dedans ? Si la Crimée et le Donbass disent “non”, il faut respecter leur choix. Idem en France. Tout le monde n’est pas de gauche et pro-Maïdan, d’où le vote de cet après-midi à l’Assemblée pour lever les sanctions anti-russes.

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2016/04/28/25001-20160428ARTFIG00178-l-assemblee-vote-par-surprise-une-resolution-pour-la-levee-des-sanctions-contre-la-russie.php

  22. Décidément, tous les empoutinés sont de la même rinçure :
    Toujours à inventer des propos chez leurs contradicteurs qui les renvoient à leur néant pour mieux se draper ensuite dans leur indignité …

    Quoi qu’il en soit, qu’espérez vous changer à la réalité du monde : personne ne reconnaît à la soldatesque russe la moindre légitimité à ses actes.
    Ne vous en déplaise.
    Quant aux justes – mais malheureusement bien trop modérées – sanctions infligées à l’état agresseur, qu’espérez vous que le vote d’une minorité de députés soumis à des intérêts étrangers pourra changer ? C’est le seul gouvernement qui décidera de la suite, certainement pas ces agents de l’étranger déshonorant leur fonction.

    1. Et puis soyons réaliste ; si j’avais vraiment une quelconque sympathie pour les idéologies gauchistes et les homosexuels militants, il me serait plus judicieux de prendre ma carte au FN …

      1. L’immigrationisme et le LGBT sont les piliers de l’UE et de l’OTAN, d’où les tensions avec le groupe de Visegrad et la Russie, justement. D’où la progression des “droits LGBT” en Ukraine depuis Maïdan (cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Droits_LGBT_en_Ukraine), ainsi que de l’immigration et de l’émigration dans ce pays. Le FN est aujourd’hui plutôt sur une ligne de sortie de l’UE et de l’OTAN, comme toute la droite nationale.

          1. La politique se fait avec des lois. L’abrogation de la loi Taubira sur le “mariage homo” est au programme du FN. En Ukraine, depuis la “révolution”, des lois LGBT sont votées, le “mariage homo” est en débat chez les députés de la Rada et un festival du genre “gay pride” patronné par le Parlement européen et la mairie de Munich se tient à Kiev tous les ans. Bienvenue dans l’UE et l’OTAN. L’Ukraine est en train de nous rejoindre effectivement, voir “Munich-Kiev Queer” :
            http://www.munichkievqueer.org/home/

  23. La réalité est que la clique d’homosexuels du bureau politique du FN n’abrogera bien évidemment pas la loi Taubira et empêchera s’ils ont en l’occasion la présidente du FN de la faire, à imaginer que celle-ci devienne un jour présidente, s’entend.
    Les silences sur cette question de Florian Philippot sont particulièrement éloquents …
    Ne vous en déplaise.

    La réalité est qu’en Ukraine, les organisations homosexuelles, et tutti quanti, sont actuellement empêchées de se donner en spectacle dans les rues, et ce depuis deux ans, sans que les autorités légales légitimes ne s’en préoccupent, ni ne s’en émeuvent.
    Ne vous en déplaise.
    Vous aurez beau nier la réalité des faits, ils n’en restent néanmoins des faits !

    1. Depuis cette “révolution” pour entrer dans l’UE de février 2014, les autorités en Ukraine appliquent des directives européennes pro-LGBT en liens avec la libéralisation du régime des visas, ce qui n’était pas le cas avant cette “révolution” pro-UE, évidemment.
      http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P7-TA-2012-0507+0+DOC+XML+V0//FR
      http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/content/20130412IPR07192/html/Le-Parlement-approuve-la-facilitation-des-visas-avec-l’Ukraine-et-la-Moldavie
      Avant la “révolution”, la gay pride à Kiev était simplement interdite sous Yanoukovitch. Après le putsch, la gay pride est autorisée officiellement ainsi que d’autres événements LGBT, même si les groupes d’extrême-droite qui ont participé au putsch sont en colère du résultat, comme pour la Crimée ou le Donbass. Mais il fallait réfléchir un peu avant de faire n’importe quoi.

      Philippot s’est exprimé à plusieurs reprises très clairement pour l’abrogation de la loi Taubira, mais il a tendance à s’énerver sur le sujet et à répondre ironiquement quand les journalistes reviennent dessus lourdement.
      http://www.nationspresse.info/multimedia/florian-philippot-fn-manif-pour-tous-nous-sommes-contre-le-mariage-et-ladoption-pour-les-couples-homosexuels

      1. Contrairement à ce que vous affirmez, la première “gay pride” à Kiyv a eu lieu quand Yanoukovitch était encore président. Certes l’U-E et tous les organes mondialistes genre ONU militent pour les “droits” des invertis, mais ça sert à la Russie pour sa propagande plus qu’elle ne s’y oppose vraiment et avec conviction…; la meme décadence morale frappe les russes, malgré un apparent vernis chrétien orthodoxe…

        1. – Avant Maïdan, sous Yanoukovitch, la “gay pride” prévue à Kiev le 25 mai 2013 (le même jour que la fête de la ville) fut interdite à la demande des autorités municipales. D’après le Kyiv Post (23/05/13) : « Kyiv’s District Administrative Court has satisfied a petition by the city authorities to ban the holding of any events, other than those envisaged by the program for the celebration of Kyiv City Day, on May 25 in the central part of the city. »
          http://www.kyivpost.com/content/kyiv/court-bans-gay-pride-parade-in-kyiv-on-may-25-324713.html
          Cette interdiction officielle de la “gay pride” 2013 à Kiev fut transgressée par une centaine de manifestants LGBT, qui furent protégés malgré tout pendant 20 minutes par les forces de l’ordre afin d’éviter tout débordement exploitable par l’opposition. D’après Pinknews (25/05/13) : « Despite a ban by a local court, more than a hundred LGBT rights activists held the first gay pride demonstration in the capital of Kiev. (…) “This can be considered a historic day”, Elena Semyonova one of the organisers told reporters after the activists held a 20-minute-long march along a street near the centre of the Ukrainian capital. (…) The peaceful protest was maintained by a heavy police presence surrounding the pro-equality demonstrators. »
          http://www.pinknews.co.uk/2013/05/25/ukraine-lgbt-activists-in-kiev-holds-first-ever-peaceful-gay-pride-march/
          La fondation de George Soros a commencé à faire de l’entrisme LGBT en Ukraine dès 2012 et travaille activement avec le gouvernement euro-atlantiste post-Maïdan, comme on le voit sur le site des Open Society Foundations (29/10/15) : « LGBTI groups like Tergo, founded in 2012, have established themselves as significant civil society activists in post-Maidan Ukraine, attempting to seize a window of opportunity with a new government eager to bolster its Western credentials. »
          https://www.opensocietyfoundations.org/voices/parents-lgbti-ukrainians-push-movement-forward
          Aujourd’hui, la Kyiv Pride LGBT 2016 se prépare depuis des mois et se tiendra cette année non pas pendant 20 minutes mais du 6 au 13 juin, avec l’accord officiel des autorités ukrainiennes issues de la “révolution” : « On 6-13 June, 2016 Kyiv will host the Fifth International LGBT Forum KyivPride-2016 featuring educational events, documentary film screenings and discussions. »
          http://kyivpride.org/en/our-team/kyivpride2016/

          – A propos des homosexuels du FN : le seul moyen de savoir ce qu’ils feront est de mettre ce parti au pouvoir, sinon ce sont des spéculations gratuites. Dans la mesure où la plupart des homosexuels sont parfaitement indifférents au “mariage homo” – a fortiori ceux qui sont politiquement conservateurs comme c’est le cas au FN – ils ne feront probablement rien, ni pour, ni contre, mais laisseront ce parti politique abolir la loi Taubira sans sourciller.

          – Par ailleurs, le débat n’est pas sur les homosexuels ou sur la décadence occidentale qui s’infiltre partout jusqu’en Russie, mais sur les gouvernements qui font passer des lois LGBT et qui soutiennent “officiellement” la décadence libérale-libertaire. C’est le cas en France depuis un certain temps et en Ukraine depuis 2014 et la “révolution” (taper “droits LGBT Ukraine” sur Google). Ce n’est pas le cas en Russie, ni dans le groupe de Visegrad.

      2. CL.
        Vous avez définitivement tort sur la position réel des homosexuels militants du bureau politique du FN. Ils refusent d’en parler car c’est pour eux un sujet tabou : si l’occasion se présente pour le FN de décider du destin de la France, ils refuseront en bloc de revenir sur ces “acquis” communautaires.

        Etant donné que de son côté, Volodymyr Bellovak vous a infligé un démenti sévère sur l’Ukraine annihilant ainsi vos prétentions à me faire la leçon avec de simples mensonges, je resterai bon prince et n’en rajouterai pas plus à votre humiliation publique.
        😆

    1. Vous êtes vraiment tordant vous : c’est vous-même qui vous vous êtes ridiculisé en venant parler d’une prétendue “homosexualisation de l’Ukraine” et maintenant vous prétendez me rappeler à l’ordre sur ce sujet … 😆

      Grand bien vous fasse de nier le réel et accorder publiquement votre confiance en une “assemblée d’homosexuels souverainistes” mais au final vous ne m’empêcherez pas de rire en vous regardant vous enfoncer davantage à chacune de vos risibles interventions …

      1. Je doute que ce soit tordant pour les Ukrainiens. A cause des putschistes de Maïdan, ils devront supporter les lois LGBT que leur gouvernement est en train de faire passer dans le cadre de la “Stratégie nationale pour les droits de l’Homme 2020”. La LGBTisation en cours de l’Ukraine résulte directement de son rapprochement avec l’UE et l’OTAN depuis 2014. Quant au FN, il n’est pas au pouvoir et ne fait passer aucune loi, donc inutile d’en parler.

        “Ukraine may adopt same-sex partnership in 2017”
        https://www.lgbt.org.ua/en/news/show_3650/

        “The LGBT component in the Action Plan (2016–2020) to the National Strategy on Human Rights”
        http://www.gay.org.ua/conference2016/actionplan-e.pdf

        “Anti-gay activists rally against equal rights for LGBT Ukrainians”
        http://www.kyivpost.com/photo/?id=412362

        1. Vos mensonges, votre déni de la réalité et vos interprétations ridicules des faits ne changeront rien à la réalité :
          Il n’y a aucune “homosexualisation” de l’Ukraine mais il y a indéniablement une multiplication des homosexuels à tous les postes clés du Front National, dans les secrétariats locaux comme au bureau politique.
          L’homophobe obsessionnel que vous êtes ferait bien de s’en alarmer plutôt que de continuer à fantasmer à propos de pays dont vous ne connaissez rien, sous les quolibets des trop rares lecteurs de ce site …

  24. Quoiqu’il en soit, il est bien évident que les “officines” mondialistes du style Commission Européenne et les USA font tout pour imposer partout de nouvelles lois en faveur de la décadence morale; lgpt, avortement, etc…
    Leur but: transformes les etres humains en consommateurs déracinés, déboussolés, interchangeables et manipulables à souhait, les nouveaux esclaves de demain !

    1. Non, je ne pense pas cela du tout.
      Je considère de mon côté que ces gens vivent dans une bulle politicienne et juridique déconnectée de toute réalité. Ils n’imposent rien du tout à personne mais tentent de faire coïncider les déclarations officielles d’égalité en droit avec une idéologie égalisatrice en complète contradiction avec les réalités naturelles fondamentales.
      Le problème vient aussi de la puissance souveraine réelle d’avoir abandonné son destin en ces mains par simple conformisme. Lorsqu’un peuple ne se défend pas lorsqu’on l’humilie, il ne peut s’en prendre qu’à lui-même.

Répondre :