Viktor Orbán : “l’identité chrétienne de l’UE est menacée par les migrants musulmans”

share on:

Hongrie – Le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, a déclaré lors du congrès du PPE à Malte que l’Union européenne devrait se défendre contre «l’invasion de migrants musulmans».

Viktor Orbán a déclaré que l’immigration se révélait être le cheval de Troie du terrorisme, une solution à court terme aux pénuries de main-d’œuvre et une bonne affaire pour les ONG. Mais le politicien de centre-droit a souligné la responsabilité européenne et américaine dans ce qui se passe. “Nous devons réformer la politique étrangère de l’UE et parler franchement, même si cela est s’avère pénible. Nous commettons d’énormes erreurs et nos politiques infructueuses ont entraîné la déstabilisation de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient “.

Viktor Orbán a souligné également que le «langage libéral du politiquement correct n’est pas même capable d’identifier et de comprendre le véritable danger de la migration. Nous centre-européens pensons que si les choses se passent ainsi, il y aura une présence musulmane dominante dans la moitié ouest l’Europe, que notre génération pourrait bien connaître de son vivant“, a-t-il déclaré devant, entre autres, la chancelière allemande pro-clandestins Angela Merkel.

Le premier ministre hongrois a ensuite encouragé ses partenaires du Parti populaire européen, l’eurogroupe du PPE, à ne pas succomber aux pressions idéologiques de la gauche. “Je comprends que la gauche nous met sous pression idéologique. Pour que l’Occident se sente coupable pour les croisades et le colonialisme… mais cette politique de gauche désarme intellectuellement l’Europe contre l’invasion de migrants musulmans“.

Nous, les centre-européens, voulons réformer complètement les politiques de migration. Les frontières doivent être entièrement sous contrôle. Ne croyez pas ceux qui disent que cela est impossible. Nous, les Hongrois, protégeons les frontières de l’Union européenne sur des centaines de kilomètres sans contribution majeure de l’UE et en fait, nous souffrons même des attaques de Bruxelles. Nous sommes la preuve vivante qu’il est possible de se défendre”, a-t-il déclaré.

L’homme fort de Budapest en ensuite accusé les socialistes européens de vouloir faire venir des millions de migrants, de mettre un terme à la subsidiarité et d’augmenter les taxes. Orbán a déclaré que “l’avenir projette une ombre sur le présent” et a averti que l’UE doit changer pour sauvegarder sa compétitivité, ses valeurs familiales et son christianisme. Orbán a ajouté aux auditeurs de la conférence du PPE que “nous sommes le parti populaire, nous ne devrions pas avoir peur d’être appelés populistes”.

Le Premier ministre hongrois a également appelé à une réforme de la Cour des droits de l’Homme. “La Cour des droits de l’Homme doit être réformée de toute urgence, car ses jugements constituent une menace pour la sécurité du peuple européen et une invitation aux migrants“.

Viktor Orbán a rappelé qu’il voulait apporter de l’aide aux personnes qui en ont besoin localement et ne pas importer les problèmes.

Il a également averti que l’influence de l’Europe dans les Balkans et l’Europe de l’Est diminue par rapport à l’influence croissante de la Russie, de la Turquie et des États-Unis. Orbán a appelé à changer cette politique européenne et a déclaré que l’UE devrait donc accélérer les demandes d’adhésion du Monténégro, de la Macédoine et de la Serbie pour garantir la stabilité dans la région.

5 Comments

  1. serait-ce le dernier défenseur de l’identité judéo-chrétienne,celui par qui la contre attaque contre l’ISLAM s’organisera..!!??

    1. En tout cas, bravo à la Hongrie pour sa politique de protection des frontières, qui protège par là-même l’Europe, même si cette dernière ne cesse de vilipender l’attitude courageuse de son premier ministre et du gouvernement!
      Personnellement, je conseillerais à beaucoup d’aller faire un petit tour dans les pays où l’Islam est religion d’Etat, afin de se rendre compte par eux-mêmes des libertés qui fleurissent là-bas…

  2. Je ne suis pas sûr que M. Orban soit très cohérent.
    Il me semble que la Hongrie a signé puis ratifié un traité, celui de Lisbonne qui fait de l’immigration une politique commune de l’Union européenne. Il semble ne pas s’en rappeler. Au lieu sans cesse de jouer au matamore sur ce sujet, si grave soit-il (il n’intéresse pas seulement les seuls pays de l’UE et pas seulement l’Europe, mais d’abord l’ONU !), qu’il commence par dire qu’il ne veut plus être lié par ce traité signé par ses prédécesseurs, qu’il en demande la révision et si on le lui refuse qu’il quitte l’UE (il y a maintenant un précédent).

    En outre, il faut balayer devant sa porte : la Hongrie a un taux de natalité particulièrement faible et un taux de fécondité qui depuis plus de 25 ans et de façon plus nette que dans d’autres pays européens, l’empêche de renouveler sa population, laquelle a diminué de 1,5 millions d’habitants depuis 1990. C’est peut-être cela dont il devrait s’alarmer d’abord avant de s’alarmer de l’immigration extra-européenne, laquelle ne concerne pas seulement les pays du groupe de Visegrad.

  3. … et puis qu’est-ce que M. Orban fait au sein du PPE, lequel se moque bien de ce qui se passe en Europe centrale, et du christianisme, pour commencer ?

    Un peu comme M. de Villiers se disant anti-européiste, alors qu’il restait adhérent de l’UDF, parti notoirement européiste.

    Il y a quelque chose qui cloche….

Répondre :