Le premier ministre polonais s’oppose aux “élites de Bruxelles”, reponsables des morts du terrorisme

share on:

Pologne – Suite aux attaques islamistes de Manchester, où 22 personnes sont mortes, dont deux citoyens polonais, le premier ministre polonais, Beata Szydło, a fait une déclaration forte concernant les élites politiques et les Européens de l’Ouest.

“Nous ne participerons pas à la folie de l’élite bruxelloise. Nous voulons aider les gens, pas les élites politiques”, a déclaré Szydło.

“Relevez-vous, ne restez pas à genoux et sortez de votre léthargie ou vous pleurerez tous les jours pour vos enfants.”

“Si vous ne pouvez pas voir cela, si vous ne pouvez pas voir que le terrorisme a actuellement le potentiel de frapper tous les pays en Europe, et que vous pensez que la Pologne ne doit pas se défendre, vous allez de pair avec ceux qui pointent cette arme contre l’Europe, contre nous tous.”

“Il faut le dire clairement et directement : c’est une attaque contre l’Europe, contre notre culture, contre nos traditions”. Elle a ensuite demandé: “Voulons-nous des politiciens forts qui peuvent voir le danger et lutter efficacement contre cela ?”

Parallèlement aux autres pays du groupe Visegrád, Tchéquie, Slovaquie et Hongrie, mais aussi avec l’Autriche, la Pologne s’oppose aux quotas obligatoires des migrants voulus par Merkel et la Commission européenne.

Le gouvernement de Szydło a balayé un engagement de son prédécesseur qui prévoyait que la Pologne accepterait jusqu’à 6.200 migrants. La Commission a menacé de sanctions si le nombre requis n’est pas pris en juin 2017.