Le Monténégro rejoint l’OTAN

share on:

Monténégro – Le petit État des Balkans, anciennement partie de la Yougoslavie puis de la Serbie, le Monténégro a rejoint l’OTAN officiellement le lundi 5 juin.

Lors d’une cérémonie à Wahsington DC, des représentants du Monténégro ont signé l’adhésion du petit pays des Balkans occidentaux à l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. Le Monténégro a été formellement invité à se joindre à l’alliance en 2015 et malgré l’attente de son acceptation formelle, a participé en tant que membre à part entière lors de la réunion des dirigeants de l’OTAN à Bruxelles le mois dernier.

“L’adhésion du Monténégro envoie un message fort à la région et clair à nos alliés”, a déclaré le vice-secrétaire d’État aux Affaires Politiques, Tom Shannon.

“[Ceci] est un événement historique pour un pays et une nation qui ont subi d’énormes sacrifices aux 19ème et 20ème siècles afin de défendre leur droit à une vie libre, le droit de décider de notre avenir, le droit d’être reconnu par le monde sous notre propre nom et avec nos symboles nationaux”, a déclaré le premier ministre monténégrin Dusko Markovic. “Cela confirme également une chose qui n’a jamais été remise en question : que les Américains restent attachés à la stabilité et à la sécurité des Balkans occidentaux et de l’Europe”.

Un changement important dans la région

Comme les Balkans sont dans une situation instable, en particulier en raison de la crise des migrants et de plusieurs tentatives de coups d’État au cours des dernières années – en Bosnie-Herzégovine en 2014, au Monténégro en 2016 et actuellement en Macédoine – ce changement du Monténégro, souvent qualifié précédemment d’ami de la Russie, pourrait avoir d’importantes conséquences.

Le pays, autrefois partie de l’État serbe, et en tant que tel, bombardé par l’OTAN en 1999 durant le conflit autour du Kosovo, est encore divisé sur cette alliance.

Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré lundi que “la Russie se réserve le droit de prendre des contre-mesures sur la base de la réciprocité au regard de la position hostile des autorités monténégrines”, selon l’agence de presse de l’État russe TASS.

Selon ABC News, la Russie a également menacé des représailles économiques et politiques, y compris d’une campagne visant à saper l’industrie du tourisme monténégrin, qui dépend fortement des visiteurs russes. On estime que 200.000 Russes visitent le Monténégro chaque année, que 80.000 Russes y ont une propriété et que 15.000 y vivent en permanence.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a récemment averti les touristes russes potentiels “qu’il existe une hystérie anti-russe au Monténégro”. “Nous n’excluons pas la possibilité pour les citoyens russes de subir des provocations, des arrestations pour des raisons suspectes ou des extradition vers des pays tiers”, a déclaré Zakharova.

Bien que ces déclarations aient été rejetées par le président de la diaspora de russophone au Monténégro, Alexander Khrgian, qui dirige son bureau d’avocats dans la station balnéaire de Budva. “Les gens savent que la Russie et le Monténégro ont des liens culturels très étroits. C’est pourquoi nous sommes ici comme à la maison”.

Le Monténégro considère que Moscou était derrière une tentative de coup d’Etat déjouée en octobre qui aurait ciblé l’ancien premier ministre Milo Djukanovic, qui était la force motrice de l’adhésion à l’OTAN de son pays. La Russie réfute l’implication.

“L’une des raisons pour lesquelles nous adhérons à l’OTAN est de créer une plus grande stabilité, non seulement pour les citoyens monténégrins, mais aussi pour les investisseurs étrangers et les touristes”, a déclaré Djukanovic. “Par conséquent, notre objectif est de faire venir encore plus de touristes russes”.

Après avoir décidé de la scission avec la Serbie en 2006 lors d’un référendum, le Monténégro a pris un tournant vers l’intégration euro-atlantique.

1 Comment

Répondre :