Orbán réhabilite Horthy

share on:

Hongrie, Budapest – Le premier ministre Viktor Orbán a déclaré que le controversé régent de Hongrie durant de l’entre-guerres, Miklós Horthy, était un héros national.

Le premier ministre hongrois a prononcé un discours lors d’une cérémonie d’inauguration d’une luxueuse maison récemment rénovée, anciennement détenue par Kuno Klebelsberg, ministre de l’Éducation entre 1922 et 1931, pendant l’ère Horthy.

« Les deuxième et troisième décennies du vingtième siècle ont été des épreuves sérieuses dans l’histoire hongroise. Le fait que la guerre mondiale perdue, les 133 jours de Terreur Rouge et le Traité de Trianon ne nous ont pas écrasés sous le pied de l’histoire, eh bien, c’est grâce à une poignée d’hommes d’État exceptionnels : le régent Miklós Horthy, le premier ministre István Bethlen et le ministre Kuno Klebelsberg. Sans régent, il n’y a pas de premier ministre. Et sans un premier ministre, il n’y a pas de ministre. Cela ne peut être mis en doute, même malgré la triste participation de la Hongrie dans la Seconde Guerre mondiale », a déclaré Viktor Orbán.

Au-delà de la déclaration du premier ministre, il semble que le gouvernement soit disposé à s’approprier le personnage de l’amiral Horthy. Un jour plus tard, János Lázár, ministre du Cabinet du premier ministre, a qualifié Miklós Horthy de « grand patriote hongrois ».

Une position controversée

Cette déclaration démontre un changement d’opinion chez Viktor Orbán. En 2015, le Fidesz (le parti de centre-droit d’Orbán) n’avait pas soutenu l’inauguration d’une statue du dernier régent hongrois, soutenant que le gouvernement ne pouvait pas soutenir l’érection d’une statue d’un homme ayant collaboré – quelles que soient les raisons, l’intensité et la qualité de cette collaboration – avec les envahisseurs. Dans ce cas, le troisième Reich allemand.

Mais plus tôt cette année en mai, un maire Fidesz a inauguré un buste de l’amiral. La figure du régent Horthy est généralement évoquée par les monarchistes, les militants radicaux de droite et le parti Jobbik, ou du moins certains de ses personnages principaux tels que László Toroczkai, le célèbre maire à la frontière serbe ayant demandé la barrière frontalière.

La déclaration de Viktor Orbán n’a pas beaucoup fait de bruit, même si le Mazsihisz – l’homologue hongrois de l’ADL aux États-Unis ou du CRIF français – a dénoncé l’appréciation du premier ministre. Selon son président, András Heisler, si la qualité de l’amiral en tant que souverain est discutable, sa responsabilité ne l’est pas. “En raison de l’antisémitisme de l’ère nommé d’après [Horthy], c’est une erreur d’en faire un exemple pour la prochaine génération”, a déclaré le président de la Fédération des communautés juives de Hongrie.

Un coup de plus pour combattre le Jobbik ?

Depuis la crise des migrants en 2015, le gouvernement de centre-droit de Viktor Orbán a fait de plus en plus de coups politiques et de déclarations qui peuvent être considérés comme fortement patriotiques, voire nationalistes pour certains. Durant ce même temps, un changement politique s’est opéré au sein du parti Jobbik, principal parti d’opposition, le tirant de la droite radicale au populisme, faisant du parti une structure politique moins radicale et plus encline à se soucier des problèmes sociaux plutôt que des sujets nationalistes habituels comme le traité de Trianon, la question des Tsiganes, etc.

Avec les élections à venir au printemps 2018, le Fidesz et le Jobbik semblent avoir échangées leurs positions sur de nombreux sujets, et il semble que la “radicalisation” du Fidesz soit bien en cours, avec maintenant avec la récupération de la figure emblématique de Miklós Horthy.

Répondre :