Le groupe de Visegrád soutient l’Italie face à une crise migratoire grandissante

share on:

Hongrie, Budapest – Le V4 est prêt à contribuer aux efforts italiens et européens visant à stopper les flux illégaux de migrants venant de Libye et d’autres parties de l’Afrique du Nord vers l’Europe – et surtout vers l’Italie.

Les premiers ministres du groupe de Visegrád ont envoyé une lettre au premier ministre italien lui indiquant qu’ils lui prêtent leur soutien dans la crise croissante des migrants.

Dans une lettre envoyée mercredi au premier ministre italien Paolo Gentiloni, les pays V4 ont assuré l’Italie de leur soutien et ont souligné cinq façons dont ils ont l’intention de soulager la pression des migrants sur l’Europe.

Selon la lettre, les membres du V4 sont prêts à contribuer aux efforts italiens et européens visant à stopper les flux illégaux de migrants de Libye et d’autres parties de l’Afrique du Nord vers l’Europe – et surtout vers l’Italie.

Les premiers ministres sont convaincus que les causes profondes des migrations devraient être abordées efficacement et que les politiques européennes concernant les migrants devraient refléter le fait que la grande majorité de ceux qui arrivent dans la vague migratoire sont des migrants économiques.

“Nous croyons que les demandeurs d’asile authentiques devraient être identifiés avant d’entrer sur le territoire de l’Union européenne. Nos frontières extérieures doivent être protégées “, ont déclaré les premiers ministres Viktor Orbán, Robert Fico, Bohuslav Sobotka et Beata Szydło.

Selon les rapports, la position des pays V4 est que l’Union européenne et ses États membres devraient mobiliser des ressources financières et autres pour créer des conditions sûres et humaines dans des centres de tri ou des centres de réception en dehors de l’UE.

Le groupe de Visegrád est prêt et disposé à aider dans la crise des migrants de cinq manières :

1) Contribuer aux activités de l’UE sur les frontières méridionales de la Libye

2) Aider à mettre en place, protéger et créer des conditions humanitaires dans les centres de tri pour les demandeurs d’asile hors du territoire de l’Europe

3) Contribuer à la formation de la Garde côtière libyenne

4) Renforcement des capacités du Bureau européen d’appui en matière d’asile (BEAMA)

5) Aider à l’élaboration d’un code de conduite pour les ONG

Article publié à l’origine sur About Hungary.