La Hongrie demande à l’UE de payer la moitié de sa barrière anti-migrants

share on:

Hongrie – Le jeudi 31 août, le gouvernement hongrois a officiellement demandé à la Commission européenne de faire preuve de « solidarité » et de payer la moitié des coûts engagés par la Hongrie pour la gestion des frontières.

Le Premier ministre Viktor Orbán a demandé à Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, que la Commission contribue à hauteur de 50% (soit 440 millions d’euros) au financement de la barrière protégeant la frontière extérieure de Schengen le long de la frontière sud de la Hongrie, rapporte le site d’information gouvernemental About Hungary.

« Nous souhaitons que la solidarité se manifeste à travers des actions bien précises, plutôt qu’en paroles », a déclaré János Lázár, ministre responsable du Cabinet du Premier ministre, à la presse. « La Hongrie a adhéré à la protection des frontières de l’espace Schengen de l’UE dès le début de la crise migratoire et la construction de la barrière à la frontière et la formation des gardes-frontières – financés par les contribuables hongrois – la Hongrie ne se protège pas seulement elle-même, mais également tous les citoyens du continent contre l’afflux d’immigrants clandestins, » a déclaré le ministre.

« Il n’est pas exagéré de prétendre que la sécurité des citoyens européens est en partie assurée par des policiers et des soldats hongrois », a-t-il ajouté.

Le ministre Lázár a souligné que la Commission avait déjà aidé plusieurs pays : « La Grèce a déjà reçu la moitié du milliard d’euros promis, l’Italie a reçu 656 millions d’euros et la Bulgarie recevra 100 millions d’euros. Il est temps que la Hongrie, à son tour, soumette sa demande », a-t-il déclaré.

La Hongrie doit en effet protéger ses frontières … mais pas avec une barrière

La Commission européenne a donné le vendredi 1er septembre une réponse ouverte au gouvernement hongrois. Le porte-parole de la Commission, Alexander Winterstein, a déclaré que la Commission pourrait considérer la demande, mais que « [la Commission] ne finance pas la construction de barrières ou de clôtures aux frontières extérieures. Nous soutenons les mesures de gestion des frontières aux frontières extérieures – cela peut être des mesures de surveillance, des équipements de contrôle aux frontières. Mais des clôtures, nous n’en finançons pas. »

« La solidarité est une voie à double sens et tous les États membres devraient être prêts à contribuer. Ce n’est pas une sorte de « menu à la carte » où vous choisissez un plat, par exemple la gestion des frontières, tout en refusant un autre plat, comme … les quotas », a ajouté M. Winterstein.