Pologne : du charbon au nucléaire ?

share on:

Article originellement publié sur PowerMag en anglais ; traduit par le Visegrád Post. Écrit par Darrell Proctor.

Pologne – Le ministre polonais de l’Énergie a déclaré en septembre que le pays était prêt à abandonner la production d’énergie à base de charbon, qui fournit environ 90% de son électricité. Krzysztof Tchorzewski, lors du Forum économique de Krynica-Zdroj en Pologne, a déclaré que le pays, dont les entreprises énergétiques publiques gèrent actuellement trois projets de charbon, ne prévoit plus d’investissements dans le charbon et espère ouvrir sa première centrale nucléaire d’ici 2030.

“Après avoir réalisé les investissements prévus … maintenant menés dans de grandes unités alimentées au charbon, nous ne prévoyons pas de nouveaux projets basés sur le charbon”, a déclaré M. Tchorzewski lors du forum du 6 septembre. La Pologne envisageait des investissements dans le nucléaire en 2009 mais a renoncé à tout projet suite à la chute du prix de l’énergie et la défiance vis-à-vis de l’énergie nucléaire après la catastrophe de Fukushima en 2011. Le Premier ministre Beata Szydło a toutefois relancé les plans, après que son parti Droit et Justice ait remporté les dernières élections générales du pays en 2015.

La Pologne avait commencé la construction de sa première centrale nucléaire dans les années 1980, mais le chantier de la centrale nucléaire de Zarnowiec (image 1) a été arrêté et le projet a été annulé en 1990 en raison de l’économie, d’un climat politique changeant et des préoccupations dans le sillage de la catastrophe de 1986 à Tchernobyl.

1. Un réacteur nucléaire. La centrale nucléaire de Zarnowiec était censée être la première centrale nucléaire de Pologne, mais le projet a été annulé en 1990. La coque de l’usine, conçue pour accueillir quatre unités de 440 MW, reste dans la campagne polonaise. Image : Wikimedia Commons

Le ministère de l’Énergie du pays a annoncé le 15 septembre qu’il prévoyait un appel d’offres début 2018 pour choisir la technologie de ses réacteurs nucléaires. “La technologie nucléaire à utiliser lors de la construction de centrales nucléaires sera connue après l’achèvement de la procédure d’appel d’offres. La réglementation atomique ne permet d’utiliser que les technologies testées des réacteurs de génération III / III + », a écrit le ministère dans une réponse aux questions des législateurs sur les plans nucléaires du pays.

Le gouvernement de Mme Szydło a déclaré vouloir une centrale nucléaire opérationnelle au cours de la prochaine décennie. M. Tchorzewski a déclaré au forum que la Pologne “voudrait construire trois unités [nucléaires] à intervalles de cinq ans, la première venant en 2029”. Il a dit qu’il pensait que la Pologne avait besoin d’au moins 4,5 GW de capacité de production nucléaire au plus tard en 2043. Tchorzewski a déclaré que le gouvernement estime le coût de ces unités à environ 6 milliards d’euros (7,2 milliards de dollars) pour chaque réacteur.

La Pologne a déjà examiné l’option du réacteur nucléaire à très haute température (HTGR) pour certaines utilisations industrielles. Józef Sobolewski, directeur de l’énergie nucléaire au ministère polonais de l’Énergie, a évoqué le déploiement d’un HTGR pour fournir de la chaleur aux usines chimiques lors d’une table ronde organisée par l’Agence internationale de l’énergie atomique le 19 septembre à Vienne, en Autriche. Selon M. Sobolewski, l’emploi du HTGR pourrait réduire les émissions de CO2 en Pologne de 14 à 17 millions de tonnes par an.

La possibilité de pénuries de charbon dans le pays peut aussi amener le gouvernement à se détourner de l’énergie produite au charbon (image 2). La Pologne extrait une grande partie de son charbon du bassin de Silésie dans le sud du pays. Mme Szydło et le président polonais Andrzej Duda ont tous deux déclaré que le pays disposait de suffisamment de charbon pour encore 200 ans. Cependant, les analystes de l’énergie ont déclaré que le charbon le moins cher du bassin avait presque disparu et que les coûts miniers devraient donc augmenter. En outre, plusieurs centrales au charbon du pays ont signalé des pénuries de charbon cette année, et Weglokoks, l’un des principaux importateurs et exportateurs de charbon polonais, a déclaré qu’il avait l’autorisation du gouvernement d’importer du charbon russe.

2. Un monstre de charbon. La centrale de Belchatow est la plus grande centrale électrique de Pologne et l’une des 10 plus grandes centrales au charbon du monde. L’usine de lignite de 5.240 MW est également la plus grande centrale électrique d’Europe. Les autorités polonaises ont déclaré vouloir mettre fin aux investissements dans la production d’énergie au charbon et ouvrir la première centrale nucléaire du pays d’ici 2030. Image : Wikimedia Commons / Morgre

Les importations de charbon en provenance de Russie ont été une source de discorde en Pologne. En 2014, les mineurs polonais ont protesté et ont bloqué les lignes ferroviaires pour empêcher l’entrée du charbon russe dans le pays. Le président du pays de l’époque, Bronislaw Komorowski, a signé une loi visant à limiter les importations en provenance de Russie.

Les trois projets de charbon en cours de construction en Pologne se trouvent à Opole, Kozienice et Jaworzno. Un autre, à Ostroleka, a été planifié ; il s’agirait d’une unité supplémentaire de 1 GW pour une centrale au charbon existante mise en service en 1956 et agrandie en 1972. La nouvelle unité ne devrait pas être opérationnelle avant 2023, selon la société d’énergie polonaise Energa Group, qui en août de cette année a déclaré qu’il compléterait le financement du projet en septembre et choisira un entrepreneur pour la construction durant le premier trimestre de 2018.

Répondre :