Elections législatives en Slovénie : l’heure illibérale est-elle venue pour Ljubljana ?

share on:

Par Thibaud Cassel.

Slovénie – Suite à la démission du Premier ministre Miro Cerar le 14 mars dernier, des élections anticipées se déroulent en Slovénie ce dimanche 3 juin. L’occasion de s’interroger sur les probables évolutions de ce pays frontalier du groupe de Visegrád (V4), alors qu’une recomposition politique inédite travaille les pays européens.

Tourner la page yougoslave

L’histoire politique de la Slovénie s’est longtemps confondue avec celle de la république de Venise ou de l’Empire d’Autriche. L’orientation balkanique fut une exception du siècle passé, de même que la coloration idéologique du pays, en l’occurrence marxiste après la résistance antifasciste de la 2ème Guerre mondiale. La Yougoslavie titiste a entretenu une caste socialiste omnipotente pendant 45 ans, et rien n’a changé lors de l’indépendance d’avec Belgrade en 1990 : les mêmes élites recyclent alors leur idéologie dans la social-démocratie et le social-libéralisme. Un timide centre-droit s’est imposé en 2000, entre 2004 et 2008 et en 2012-2013, soit 7 années sur les 27 de l’époque post-socialiste. Notons enfin que cette tendance « de droite » n’était que l’antithèse du socialisme de façade façon slovène.

La Slovénie face à des épreuves inédites

Entrée dans l’UE en 2004, la Slovénie est le premier pays post-socialiste à intégrer la zone euro, dès 2007. Cette idylle ne dure guère. L’économie slovène subit de plein fouet la crise de 2008, rivée qu’elle est au standard monétaire allemand. Les exportations baissent fortement et la mise sous tutelle des institutions internationales est évitée de justesse en 2013.

La marge de manœuvre de ce pays de deux millions d’habitants est limitée. La question migratoire agit alors comme un révélateur. Pour une fois, les résultats de la politique européenne sont nettement visibles. Pour une fois aussi, une volonté de Bruxelles se heurte à un refus catégorique d’États de plus en plus nombreux. C’est le moment de comprendre pour de nombreux Slovènes que leur élite politique gère plus qu’elle ne gouverne, et de la façon la plus docile vis-à-vis de Bruxelles.

60.000 migrants seraient en transit pour l’Europe occidentale via les Balkans. 1.300 tentatives d’entrée illégales ont déjà été relevées de janvier à avril 2018, soit quatre fois plus qu’en 2017 à la même période. Depuis que la Hongrie protège sur sa frontière sud l’intégrité de l’espace Schengen, l’accès à ce dernier par la route des Balkans se fait par la Slovénie. On comprend que cette problématique ait été au centre de la campagne électorale qui s’achève.

La question migratoire, l’agenda sociétal des lobbys libertaires et les difficultés économiques : voilà les trois vecteurs du renouvellement politique dans le pays, en face desquels la vieille garde de gauche ou centre-gauche est complètement démunie.

L’heure du renouvellement politique, à gauche comme à droite

Voilà qui explique la victoire probable du Parti démocratique slovène (SDS), crédité de 25 % des intentions de votes, 16 points devant le SMC du premier ministre démissionnaire. Le président du SDS, Janez Janša, est un homme politique chevronné, chef du gouvernement de 2004 à 2008 et de 2012 à 2013. Il représente la montée en puissance d’une droite de conviction dans le pays, qui regarde Viktor Orbán comme un précurseur. Bien sûr, une orientation politique inspirée du Fidesz hongrois ou du PiS polonais n’annulera pas immédiatement la mainmise des « post-socialistes » sur l’appareil d’État, les médias, les grandes entreprises et la mairie de la capitale.

Il existe d’ailleurs un renouvellement idéologique à gauche, qui est l’affaire du parti Levica (la gauche) qui a émergé en 2014, avec 6% des voix. Proche de Die Linke ou Siriza, ce parti est à la fois opposé à l’ordo-libéralisme allemand et favorable aux quotas de répartition de migrants comme aux réformes sociétales (mariage homosexuels, etc.). Son rôle dans l’opposition consiste à tirer vers l’extrême-gauche le gouvernement de gauche. Levica est surtout populaire parmi la jeunesse citadine et cosmopolite, et les sondages récents le cantonnent à 6% des intentions de votes.

Côté droit, plusieurs partis sont liés au Parti populaire européen (PPE), et pressentis pour rallier le SDS, notamment le Parti populaire chrétien (NSi), du député européen Alojz Peterle. Mais dans le flou idéologique du PPE, c’est bien la ligne politique inspirée par le Fidesz de Viktor Orbán qui séduit. Elle permet enfin aux tendances conservatrices de se doter d’un contenu politique ambitieux, et de ne plus exister qu’en opposition à la gauche.

C’est pourquoi la visite de Viktor Orbán en Slovénie le 11 mai a tant marqué les esprits.

Le SDS, épaulé par son voisin hongrois, est crédité de 25% des intentions de vote, et distance ainsi largement les 12 autres partis en lice. Notons que l’abstention massive en Slovénie confère toujours au scrutin une grande incertitude. De plus, la coalition gouvernementale imposera sans doute une ligne politique plus mitigée. Mais une première victoire est déjà là : il existe un parti conservateur en Slovénie, ni caricatural, ni archaïque : une nouvelle pierre à la construction politique de l’Europe centrale.

4 Comments

  1. Serait-il possible d’avoir quelques précisions sur la liste Marjan Šarec, dont le leader avait semble-t-il été soutenu par le SDS lors de la présidentielle de 2017, et que beaucoup de sondages donnent en deuxième position ?

    Merci d’avance

  2. Bon, on croise les doigts pour le SDS, et on compte sur vous pour nous tenir informer, car mon petit doigt me dit qu’une victoire de ce parti ne fera pas la une des médias de l’Ouest.

  3. Les sondages sortie des urnes donnent le SDS à 24,4 % (+3.7 %), la Liste Marjan Šarec (+ 12.& %) – que certains disent centriste, tandis que d’autres la classent de centre-gauche – tandis que le parti du premier ministre sortant, troisième est tombé à 9.8 % (- 24.7 %). C’est donc une victoire très nette de l’illibéralisme et une mauvaise nouvelle supplémentaire pour l’oligarchie bruxelloise

Répondre :