Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’essentiel de l’actualité du 15 juin 2020 dans le V4 et en Autriche

Temps de lecture : 3 minutes

Hongrie

  • Le portail d’information – politiquement progressiste – Index.hu a annoncé que son chiffre d’affaires avait continuellement baissé depuis quatre ans et que son bénéfice a chuté de 80% dans le même temps. Index est le site le plus lu de Hongrie.
  • Budapest et la Hongrie ont été frappés par une très forte tempête cette fin de semaine. De nombreuses rues et routes ont été inondées. Des arbres ont été arrachés et se sont notamment effondrés sur des lignes électriques qui ont dû être réparées. On déplore également la mort d’une dame de 66 ans surprise par une crue à Tótvázsony dans le comitat de Veszprém.
  • Le premier ministre hongrois Viktor Orbán a déclaré que la Hongrie était prête à apporter un soutien financier à Audi pour aider son usine de Győr à fonctionner à pleine capacité et sauvegarder ainsi des emplois.
  • Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, a estimé devant le parlement que « la Hongrie [avait] achevé avec succès la première phase de protection sanitaire contre l’épidémie de coronavirus […] la Hongrie a pris les bonnes mesures dans le temps et, tout en se procurant l’équipement de protection nécessaire auprès de la Chine, elle a également renforcé les capacités de sa production nationale ». 

Pologne

  • Le groupe PSA avait décidé d’employer provisoirement en France 500 de ses salariés polonais de Gliwice (Silésie). En effet leurs usines polonaises tournent actuellement au ralenti tandis que des usines du groupe ont besoin de main d’œuvre. « Je comprends l’émotion que ça a pu susciter. […] Mais c’est un sujet complexe, parce que c’est un sujet de solidarité européenne », avait déclaré le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, sur RTL, avant d’ajouter que « ces salariés-là sont en sous-activité en Pologne, et le risque, c’est qu’il y ait un plan de licenciement en Pologne. […] On serait en France, il y aurait une usine en sous-activité à Montbéliard et une usine en suractivité à Hordain, on déplacerait les gens pour trois mois, ça ne poserait pas de problème ». Suite à des réactions fortement négative des syndicats et du gouvernement français, le groupe PSA a fait marche arrière et a renoncé à ce projet.
  • Le magazine CEO World classe la Pologne au troisième rang (derrière Singapour et le Royaume-Uni) des pays bien placés pour la reprise économique pour la deuxième partie de cette année 2020. Toujours dans le V4, la Tchéquie a été placée dixième dans ce même classement. 

Slovaquie

  • La présidente slovaque Zuzana Čaputová a salué aujourd’hui la mémoire de l’ancien dissident et homme politique Ján Langoš, décédé il y a 14 ans jour pour jour. « J’ai […] déposé une couronne sous le buste de Ján Langoš, dissident, homme politique, fondateur de l’Institut de la mémoire de la nation et co-auteur de la loi sur le libre accès à l’information. […] Tout au long de sa vie, Ján Langoš a combattu les régimes totalitaires que notre pays a traversés au XXe siècle », a-t-elle déclaré. 

Tchéquie

  • La Russie vient de répondre à l’expulsion récente par la Tchéquie de deux diplomates russes – qui avaient contribué à faire circuler des rumeurs sur un possible assassinat de personnalités politiques tchèques suite à l’enlèvement de la statue du maréchal soviétique ayant libéré la ville en 1945. Les autorités de Moscou viennent à leur tour de déclarer deux diplomates tchèques personæ non gratæ en Russie.
  • Les frontières intra-Schengen de la Tchéquie, de la Pologne de la Slovaquie, de la Hongrie et de l’Autriche (sauf avec l’Italie à l’exception du Tyrol du Sud) sont désormais à nouveau ouvertes sans restrictions à partir d’aujourd’hui. 

Autriche

  • La commission d’enquête parlementaire sur le scandale dit d’Ibiza a refusé d’accepter l’offre de l’avocat des auteurs de la vidéo de la lui fournir – vraisemblablement pas gratuitement – avant que les autorités autrichiennes ne mettent à disposition de la commission la version qu’elles ont saisie en Basse-Autriche il y a deux mois et dont la transcription n’est, paraît-il, pas encore achevée.
  • L’opposition de gauche social-démocrate (SPÖ) et libérale (NeOs) exige que le chancelier Sebastian Kurz apporte le soutien de l’Autriche au plan de reprise économique concocté par la Commission européenne. « En aidant l’Italie, on aide également l’Autriche. Le facteur temps est crucial », a ainsi déclaré la présidente du SPÖ, Pamela Rendi-Wagner, « 90 000 emplois autrichiens dépendent du commerce extérieur avec l’Italie. L’Autriche est étroitement liée économiquement à l’Italie. C’est dans notre propre intérêt. Si nous aidons l’Italie, nous nous entraiderons ». De son côté, la députée européenne du NeOs, Claudia Gamon a déploré que le gouvernement ÖVP-Verts reste « sur la voie radine […] Si l’économie d’autres pays européens comme l’Italie s’affaiblit, cela ne signifie rien de bon non plus pour nous en tant que pays exportateur. La devise “l’Autriche d’abord” ne nous aidera ni en Autriche ni en Europe ».