L’OTAN prêt à envoyer 4.000 troupes supplémentaires en Pologne et dans les pays baltes

share on:

États-Unis, Washington – Le sous-secrétaire américain à la Défense Robert Work a dit au Wall Street Journal que la Russie a un «comportement extraordinairement provocateur». Dans le même temps, l’OTAN masse de plus en plus de troupes autour de la Russie et vise à inclure la Suède et la Finlande.

L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) est disposé à placer quelques 4.000 soldats en Pologne et dans les pays baltes dans une tentative de renforcer la frontière orientale de l’Europe, peut-on lire dans le Wall Street Journal. Les États-Unis devrait très probablement fournir deux bataillons, tandis que deux autres seront fournis par l’Allemagne et le Royaume-Uni, selon des responsables occidentaux cités par le WSJ.

Robert Work, le sous-secrétaire américain de la Défense a dit encore au WSJ que l’«accumulation de troupes était une réponse à une plus grande activité russe dans les pays baltes – la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie – où les tensions ont augmenté”. Il a ajouté que “les Russes ont fait beaucoup d’exercices d’accrochage au niveau des frontières, avec beaucoup de troupes”. “De notre point de vue, nous pourrions soutenir que ce comportement est extrêmement provocateur.”

Le renseignement estonien a rapporté des vols illégaux de drones russes sur leur territoire national au cours des dernières semaines. “Encore une fois, nous sommes confrontés à des actes de provocation qui affichent une attitude agressive envers l’ensemble de l’Alliance de l’Atlantique Nord», a commenté vice-ministre de la Défense polonais Bartłomiej Misiewicz. “Regarder ces actions passivement n’est autre qu’une récompense pour l’agresseur,” a-t-il dit.

Du côté russe, c’est l’OTAN qui est accusé d’être agressif et provocateur. La tentative d’amener la Suède et la Finlande à devenir membres de l’OTAN est considérée comme une provocation supplémentaire. Le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov estime que l’OTAN est avide d’espace géopolitique, et veut encercler ceux qui sont en désaccord. «L’infrastructure militaire de l’OTAN progresse lentement de plus en plus près des frontières de la Russie. Mais quand la Russie prend des mesures pour assurer sa sécurité, on nous dit que la Russie est engagée dans des manœuvres dangereuses à proximité des frontières de l’OTAN. En fait, ce sont les frontières de l’OTAN qui se rapprochent de la Russie, et non l’inverse,” a fait remarquer le MAE russe.

Répondre :