Des sociétés de l’UE emploient des esclaves nord-coréens

share on:

UE – L’ONG Alliance européenne pour les droits de l’homme en Corée du Nord (EAHRNK) a signalé que des sociétés emploient des travailleurs nord coréens de manière semi-légale – voir le rapport à propos du cas polonais. Leurs salaires sont directement versés au régime de Kim Jong-un.

La mort de Chŏn Kyŏngsu en 2014, un Nord-Coréen qui travaillait sur un chantier naval polonais, le chanter Crist à Gydnia, a été l’élément déclencheur de l’enquête de l’EAHRNK. Cet homme travaillait 12 heures par jour, 6 jours par semaine. Son salaire était le strict minimum pour survivre et le seul trajet qu’il était autorisé à faire était pour aller au travail et rentrer chez lui. Toujours selon l’ONG, ces conditions sont imposées par Kim Jong-un et sont sytématiques pour les Nord-Coréens travaillant à l’étranger. Chŏn Kyŏngsu n’a jamais eu de contrat de travail. Chŏn Kyŏngsu soudait des tuyaux lorsqu’il a pris feu, un collègue polonais est venu à son aide et l’homme est allé à l’hôpital avec 95 de son corps couvert de brûlures. Le corps a été renvoyé à sa famille en Corée du Nord ainsi que 637 euros.

Les permis de travail délivrés sont tout à fait légaux ; ce sont les conditions de travail qui ne sont pas légales. L’ambassade nord-coréenne à Varsovie a déclaré que personne ne prenait les salaires des travailleurs. Mais un employé a dit de manière anonyme à l’EAHRNK : “Un manager nous a dit que les entreprises étrangères nous recrutaient en raison de nos faibles coûts personnels, et qu’ils déduisaient les frais de voyage, logement, gaz et électricité de nos salaires mensuels. Ils ne nous ont jamais dit combien nous gagnions.” Aussi, l’ambassade confisqué les passeports, et ne les rend que pour des raisons exceptionnelles comme un séjour à l’hôpital.

Selon un autre témoignage, pour travailler à l’étranger en étant Nord Coréen, il faut être marié et que la famille du travailleur reste en Corée du Nord, pour le pays garde le contrôle. Les ONG estiment que, juste en Pologne, entre 500 et 800 Nord Coréens travaillent, la plupart sur des chantiers navals ou des sites de construction. Aussi, en Pologne, “il n’y a aucune distinction entre les nationalités et catégories de travailleurs, ce qui signifie qu’il n’y a pas de procédure supplémentaire requise pour les travailleurs nord-coréens” a déclaré Jacqueline Sanchez-Pyrcz, directrice du département des étrangers de la région de Mazovie à Varsovie. Ce système est donc autorisé par la loi polonaise. Des travailleurs nord coréens sont aussi employés dans de nombreux autres pays européens comme Male, la Tchéquie, …

Le 6 juillet, les Etats Unis ont sanctionné économiquement la Corée du Nord pour violations graves des droits de l’homme. Pour la première fois Kim Jong-un a été affecté par ces sanctions. Selon Remco breuker, professeur d’études coréennes a l’université de Leyde “Ce qu’il se passe à malte et en Pologne enfreint directement les les nationales et de l’UE, ainsi que les traités internationaux, comme l’OIT. Cela remet en cause les sanctions envers la Corées du Nord, infligées par les Nations Unies et l’Union Européenne, même si les proportions sont discutables. Tout bien considéré, il y a assez de raisons pour que l’UE intervienne, mais, jusqu’à présent, ce n’est pas arrivé.”