Le nationaliste radical Budaházy condamné à 13 ans de prison

share on:

Hongrie, Budapest – Le 30 Août 2016, la Curie de Hongrie a condamné à 13 ans de prison l’activiste György Budaházy.

Le militant nationaliste Budaházy a été accusé d’avoir fondé et dirigé l’organisation “terroriste” Magyarok Nyilai (les Flèches des Hongrois) qui a été reconnue responsable des attaques contre des hommes politiques du parti du gouvernement en 2007-2009 et responsable de l’attaque des bureaux du siège social du parti socialiste et libéral avec des cocktails Molotov. Le député du parti socialiste de Hongrie, Sándor Csintalan, aurait été battu par ce groupe, et ils ont également endommagé un point de vente de tickets et une discothèque gay.

Budaházy s’est fait connaître en Hongrie après avoir spontanément bloqué le pont Elizabeth avec son groupe sans aucune permission. Cette action a eu lieu en 2002 en guise de protestation au résultat des élections, rappelle Hungary Today. Il a également pris part aux événements de 2006, lorsque des manifestants hongrois ont commencé une émeute à Budapest et fini par attaquer le siège de la télévision nationale.

Budaházy a été interpellé en 2009 et a passé deux ans et trois mois en préventive. Il est aujourd’hui condamné à 13 ans de prison. Dix-sept personnes ont été reconnues coupables, parmi lesquels quinze ayant été accusées de terrorisme. Au total, 125 années de prison ont été données. La condamnation la plus basse revient à une femme qui a fait pull-overs pour les autres, et qui a écopé de 5 ans de prison.

La condamnation a choqué beaucoup de gens dans le pays, même au delà des radicaux de droite. De nombreux journalistes et politiciens ont souligné leur étonnement et leur colère envers cette lourde condamnation.

“Heureux le pays qui a de tels terroristes», a conclu l’avocat de Budaházy dans son discours de fin.

Le parquet a fait appel. Il avait demandé 20 ans.
Budaházy est actuellement assigné à domicile.

1 Comment

  1. La Hongrie tout comme la France persécute les vrais nationalistes, le seul but d’Orbán est de rester au pouvoir et de se remplir les poches et si pour cela il doit écraser le Jobbik et les patriotes il n’hésitera pas une seconde. Méfiance!

Répondre :