Des centaines de miliciens chassent les migrants à la frontière bulgare

share on:

Bulgarie – Au moins 800 personnes suivent un entraînement paramilitaire intensif à la frontière bulgare. Environ la moitié d’entre eux a fait l’armée, et leur entraînement serait en partie assuré par des Russes, gratuitement. Si le phénomène n’est pas nouveau, puisqu’il avait déjà fait parler de lui notamment grâce à Dinko Valev, le risque d’un afflux important de migrants venant de Turquie cet automne lui donne de l’ampleur.

mapbulg

Le site internet d’une de ces brigades, Vassil Levski Military Union – Shipka Bulgarian National Movement, donne davantage d’informations quant au programme des entraînements :  techniques de mouvements coordonnés en équipes, mise en place d’embuscades, encerclement et destruction de formations armés étrangères pénétrant le territoire, théorie et tactiques des guerres de libération nationale, parcours physiques visant à l’endurcissement du corps et de l’esprit, topographie, orientation, mais aussi construction de bases et postes d’observation temporaires…

La télévision publique allemande avait diffusé une enquête, au début du mois de juin, sur ces milices paramilitaires évoluant principalement à la frontière bulgaro-turque. On y apprend qu’elles augmentent en taille, s’arment plus lourdement, et l’un des hommes patrouillant déclare : “si l’accord avec la Turquie échoue, nous sommes prêts pour la guerre aux migrants”.

 dinko-valev

Si les médias mainstream semblent alarmés, tout comme Amnesty International, les médias bulgares quant à eux restent plutôt silencieux, et même, lors de la popularisation de Dinko Valev, l’homme avait été qualifié de “super héros” à la télévision.

10 Comments

  1. Décidément, il y en a qui aiment servir la soupe de la propagande néo-soviétique, ici …
    Les Bulgares feraient mieux de se méfier un peu car l’arrivée de Russes dans la région sous prétexte de les “aider” à contrôler leurs frontières – et il ne s’agit vraiment que d’un prétexte puisque la mafia Poutine participe activement à l’invasion migratoire de l’Europe – n’est absolument pas fortuite. Il s’agit bien évidemment pour ceux-là de préparer les prochaines déstabilisations de la Bulgarie alors que le président actuel, lucide sur le rôle belliqueux de Poutine et de sa clique, quittera ses fonctions l’année prochaine. Même si ces milices peuvent être composées d’une majorité de VRAIS patriotes, la Russie pourra commettre de sérieux dégâts dans un pays en proie à des difficultés économiques, rien qu’en s’assurant de la complicité de quelques centaines de traîtres et collabos surentrainés.
    Alors, ce sont les Bulgares qui deviendront les cibles de ces milices bien entraînées et il pourrait être trop tard pour réagir.
    Les autorités bulgares seraient donc bien avisées de faire leur travail de garde frontière contre les migrants en commençant immédiatement par expulser la soldatesque russe, tout en remettant à l’Ukraine ceux qui auraient participé à l’invasion de leurs provinces du sud et de l’est.

  2. Et tous ces gens-lā feraient bien d’apprendre diligemment ā parler l’Esperanto, la langue internationale facilitant la compréhension mutuelle des peuples et la paix, car sa culture et ses locuteurs sont la voix d’un peuple de paix. La compréhension des autres cultures est grandement facilitée par cet outil linguistique élaboré par un consensus de longue haleine qui gagne les coeurs des hommes et femmes de bonne volonté.

  3. Renard,
    l’article parle d’une invasion de migrants et de milices prêtes à défendre leur pays de leur arrivée. Ce sont bien des civils, forcés de quitter leur pays en guerre dont on parle? Ne trouvez vous pas cela scandaleux? Il semble que de VRAIS patriotes bulgares voient ces gens comme des fauteurs de guerre. Pourquoi? La faute à Poutine?

    1. Où voyez vous que je nierais le droit des Bulgares de se garder de toute immigration ? Je dis simplement qu’en appeler à la soldatesque russe est une funeste erreur puisque ceux-là ne viennent pas pour rendre service à la Bulgarie. Le président et les principaux dirigeants bulgares savent que Poutine a des vues expansionnistes sur l’Europe du sud comme en avaient tous les autres dirigeants russes avant lui ; vous, vous ne connaissez bien évidemment rien à l’histoire européenne.

    1. Oui, d’une manière légale d’abord ; c’est l’état qui doit surveiller ses frontières en y affectant des moyens et des troupes formées à la sécurité. Ensuite les citoyens doivent faire de leur mieux pour contribuer à faciliter l’action gouvernementale, y compris par leur participation à des patrouilles d’observateurs. Mais certainement pas en invitant illégalement une soldatesque étrangère qui elle-même a des intentions et des intérêts particuliers qui n’ont rien à voir avec la solidarité.
      Quoi qu’il en soit, il est possible que ces annonces d’une éventuelle présence russe sont destinées à alarmer les autres dirigeants européens afin qu’ils apportent leur aide au gouvernement bulgare.

Répondre :