Après la fin de la crise parlementaire polonaise, le PiS toujours largement en tête dans les sondages

share on:

Par Olivier Bault.

On pourrait parler d’une crise parlementaire pour rien du point de vue de l’opposition « totale », c’est-à-dire des deux partis libéraux libertaires soutenus par Bruxelles depuis un an dans leur tentative d’organiser un Maïdan en Pologne, « par l’étranger et par la rue », pour reprendre les mots de Grzegorz Schetyna, le leader de la Plateforme civique (PO). Pour rappel, le PO gouvernait avec le parti agraire PSL de 2007 à 2015. Quant au deuxième parti libéral-libertaire, c’est le parti Nowoczesna (« Moderne », tout un programme) de Ryszard Petru, un ancien économiste de la Banque mondiale qui est aussi passé par plusieurs grosses banques privées.

Malgré plus d’un an d’attaques répétées de Bruxelles et de manifestations de rue (généralement modestes mais au ton très agressif et très relayées par les médias) organisées par le « comité de défense de la démocratie » (KOD, dont on apprend aujourd’hui qu’il a rapporté au moins 120.000 zlotys / 28.000 € à son leader Mateusz Kijowski), un sondage CBOS publié le 16 janvier montre que les conservateurs du PiS obtiendraient aujourd’hui le même résultat que lors des élections législatives d’octobre 2015 : 37 %, contre 16 % pour la Plateforme civique (PO) et 9 % pour Nowoczesna, qui perd 5 points. Les partis Nowoczesna et PO sont les deux partis qui ont occupé l’hémicycle de la Diète pendant près d’un mois, en se relayant jour et nuit.

Le graphique ci-dessous montre l’évolution des résultats des sondages de l’institut CBOS depuis plus d’un an par rapport aux résultats des élections du 25/10/2015 (carrés sur la gauche) :

Prawo i Sprawiedliwość = Droit et Justice (PiS, social-conservateur, disposant de la majorité absolue au parlement depuis les élections d’octobre 2015)
Plateforma Obywatelska RP = Plateforme civique (PO, anciennement libéral-conservateur mais devenu libéral-libertaire sous Donald Tusk puis Ewa Kopacz)
Nowoczesna Ryszarda Petru = le parti Nowoczesna de Ryszard Petru créé avant les élections de 2015 pour récupérer les déçus d’un PO miné par les affaires, libéral-libertaire
Kukiz’15 = un groupement hétéroclite de conservateurs, patriotes et nationalistes
SLD = sociaux-démocrates (gauche post-communiste)
PSL = parti agraire/paysan, plutôt conservateur sur le plan social, pratique pour former des coalitions quand il n’y a pas de majorité absolue (ce qui est généralement le cas) puisqu’il gouverne généralement avec le plus offrant en termes de postes

30 Comments

  1. OUI! Une crise parlementaire pour rien.Heureusement ce gouvernement vient de démontrer son intelligence politique,le peuple polonais ne s’y trompe pas.Il ne s’agit pas de claironner et faire de nombreuses promesses comme le fait l’opposition en Pologne ou celle dans certains pays occidentaux. Il faut savoir mettre ces promesses en pratique….c’est aujourd’hui ce que fait le PIS.Je ne peux que lui souhaiter bonne chance car le mandat que le peuple lui a confié sera scrupuleusement respecté, je le crois fermement.Enfin ce pays qu’est la Pologne reprendra sa place en Europe,car depuis de nombreuses années elle en a été bannie.Aujourd’hui c’est un pays souverain qui s’exprime et il n’arrêtera pas de nous étonner.

  2. Malheureusement, M. Bault présente de nouveau une vision fortement biaisée de la politique polonaise en pratiquant pratiquement la ligne de propagande du parti au pouvoir, populiste et national-socialiste. M. Bault est chroniqueur pour deux titres de presse étroitement associés et, dans un cas, partiellement détenus par ce parti. Il n’est pas vrai qu’il y ait eu des tentatives pour créer un autre Maidan en Pologne. La situation en Pologne et en Ukraine est très différente, même si, dans les deux cas, l’intérêt des Russes derrière la caste dirigeante est d’affaiblir le pays et de rompre ses liens avec l’UE. Toujours la Pologne est un membre de l’UE et l’Ukraine n’est pas. Bruxelles n’attaque pas la Pologne, mais exige que le gouvernement ne brise pas la constitution et démanteler les institutions démocratiques dans le pays. PiS n’a pas beaucoup gagné depuis les élections en dépit des offres sociales sans précédent et de la campagne de propagande dans les médias contrôlés par l’État. Ces médias sont totalement subordonnés au parti au pouvoir et faussent flagrantement la réalité. M. Bault ne rapporte pas que lui-même semble faire partie de cette scène.

    1. Un peu de sérieux : l’UE n’était pas si formelle lorsque Tusk et ses sbires ont nommé des juges illégalement à cette même cour constitutionnelle. Vous pourriez faire illusion si ceux que vous soutenez avaient la moindre vertu mais ce n’est définitivement pas le cas …

      1. Eh bien, je crains que vous ne soyez sérieux vous-même. L’UE n’a rien à craindre lorsque le Parlement dominé par la précédente coalition a nommé 5 juges de la Cour constitutionnelle. Aucun d’entre eux n’a été assermenté par le président. Et deux d’entre eux ont été jugés inconstitutionnels. Personne n’a contesté la décision. Cependant, le gouvernement PiS et le président ont enfreint la constitution en nommant et en jurant dans trois juges supplémentaires qui ont été nommés pour prendre les sièges déjà pris.

        1. Les manœuvres de Tusk et ses complices ont été frappées d’annulation dans leur ensemble. Une fois pris la main dans le sac, on ne peut pas décortiquer un acte illégal en ce qui enfreint la légalité et ce qui ne l’enfreint pas. Le tout, l’acte dans son entier, est frappé de nullité !
          Ces trois juges ont participé à une manœuvre illégale, leur révocation était donc parfaitement normale sauf pour le président du tribunal constitutionnel, principal complice de Tusk, qui se voyait ainsi désavoué dans sa tentative de garder la main sur ce tribunal.

          1. 538/5000
            Vous semblez être obsédé par Tusk. Tusk avait été longtemps à Bruxelles lorsque la loi modifiée sur la Cour constitutionnelle a été adoptée. Donc il n’a rien à voir avec ça. Et votre opinion est sans importance puisque la Cour constitutionnelle a statué que le droit n’a pas été rompu par l’élection des trois juges. Et ils n’étaient pas complices de quoi que ce soit. Et personne n’a dit que le président de la cour constitutionnelle était l’allié de Tusk quand il a jugé contre la décision de la Plateforme Civique. C’était un stratagème inventé par PiS pour discréditer M. Rzeplinski de cette façon.

          2. La cour constitutionnelle, par l’entremise de son président putschiste Rzeplinski complice de la PO, était partie prenante de l’opération illégale consistant à nommer 5 juges au lieu de 3.
            Cette mesure parfaitement illégale a été annulée dans sa totalité et les 5 juges ont ensuite été nommés pendant la législature suivante.
            Je répète donc :
            Peu importe que ce président Rzeplinski et ses complices aient tenté de sauver les meubles du putsch constitutionnel et considéré que la nomination de 3 juges aurait pu être maintenue : l’opération consistant à nommer 5 juges – dont 2 avant terme – d’un coup était illégale donc frappée de nullité dans sa totalité.
            Ils ont essayé mais ont échoué malgré le soutien actif de Martin Schulz.

            Ce président de la cour constitutionnelle Rzeplinski n’a démontré qu’une seule chose : sa partialité et son illégitimité à occuper ce poste, son esprit partisan et sa soumission aux intérêts de ceux qui l’ont installé.
            Il n’avait donc plus aucune légitimité pour prétendre dire le droit constitutionnel. Il a aidé à commettre un putsch contre cette cour constitutionnelle dont il était le président afin de permettre à la PO désavouée par les urnes d’user illégalement d’un pouvoir de nuisance et de prétendre continuer à dicter ses volontés en dehors du parlement national.
            Heureusement son pouvoir de nuisance au service exclusif des intérêts de la clique Tusk et de la PO est arrivé à son terme fin 2016.

          3. Répétez les arguments erronés et cela ne vous donne pas raison. Répéter des mensonges ne fait pas de vérité. Rzepliński n’a pas participé à la nomination des juges. Il a été consulté au sujet de l’amendement, ce qui est une pratique parfaitement normale.
            Le processus consistant à vérifier si une loi est constitutionnelle n’exige pas que la loi soit rejetée dans son intégralité si un élément est inconstitutionnel. L’ensemble du processus a été revu par un tiers impartial, la Commission de Venise. Et les conclusions et les recommandations montrent clairement que le président et le gouvernement ont violé la Constitution.
            PiS utilise la stratégie des attaques personnelles et accuse ses adversaires d’intentions ou d’actions politiques. Cela se voit clairement dans les attaques contre Rzepliński et ne pas remarquer que dans ce cas, il avait un soutien unanime des autres juges.

          4. Je vous renvoie vos slogans, Larsen.

            Même si c’est très difficile d’avoir de la vraie information en français (merci à Olivier Bault) sur cette affaire, il reste quelques évidences :
            Il y a bien eu tentative par la PO de s’assurer l’entier contrôle de la cour constitutionnelle. Elle a échoué.
            Quant à la prétendue légalité de la nomination des trois juges par ceux qui étaient partie prenante de ce coup, restons sérieux :
            La décision s’est prise sans que ne soient présents les deux juges qui auraient dû être nommés lors de la législation suivante ni même avec leurs prédécesseurs mais bien avec ces trois juges nommés au cours de cette lamentable manœuvre, alors que ce sont les trois prédécesseurs qui auraient dû délibérer …
            Récapitulons : le quorum est de 15 membres mais seuls 13 étaient présents et parmi ceux-là 3 étaient juges et partis, décidant eux-mêmes de leur propre “légalité” …
            Comme il fallait – me semble-t-il – neuf juges pour bloquer cette manœuvre qu’il savait évidemment illégale, Rzeplinski s’est simplement assuré que le nombre ne puisse être atteint en aucune manière.
            Rappelons aussi que Rzeplinski était un ancien apparatchik – jusqu’en 1981 – du parti communiste au pouvoir avant de se découvrir une conscience démocratique soudaine en adhérant à Solidarnosc. 🙂
            A moins que ce fut sur ordre dans une tentative de prise en main de ce syndicat, tant étaient courantes ce genre de “conversions” en milieu soviétoïde lorsque les événements échappaient en partie au pouvoir central …
            Retrouver un tel type à la barre d’une telle galère n’a rien d’étonnant. Les milieux libéraux-libertaires ont les alliés qu’ils méritent. Et comme la plupart des hommes de main de l’ancien pouvoir communiste se retrouvent “bizarrement” aux côtés des milieux affairistes et encore une fois contre le peuple, les anciens opposants au système communiste n’ont aucune raison de s’y laisser prendre, pas plus cette fois qu’auparavant.

          5. Rectification : il aurait fallu au moins 7 juges pour bloquer cette prétendue “légitimation”, et non pas 9.
            Rzeplinski s’est assuré du contrôle total d’au moins cinq voix : les trois litigieux qui étaient juges et partis et les deux qu’il a empêché d’être présents.
            Parmi les neuf restant, combien étaient sous son contrôle direct ? Je n’en sais rien. Quoi qu’il en soit, la manœuvre était par trop évidente puisque bien établie dans les méthodes de son parti d’origine.

          6. En fait, vous semblez pour prouver mon point, mais cette fois vous seulement prenez un peu plus loin la question le brouillage et à défaut de prouver quoi que ce soit.
            Et vous mentez. Rzepliński n’était pas un apparatchik du parti, il a été membre du parti et il a été jeté en 1981 parce que son implication dans la solidarité syndicat. Non pas qu’il a beaucoup à voir avec le sujet à portée de main. Sauf si vous voulez parler du procureur Piotrowicz.

          7. Vous êtes à bout d’argument et ma position est claire pour tous ceux qui lisent ce débat … 🙂
            Quoi qu’il en soit, la réalité est que le gouvernement polonais n’a fait que son devoir pour mettre fin à une tentative de putsch constitutionnel de la part de la PO et de ses alliés issus de l’ancien régime. Cette reprise en main a bien été comprise par la majorité des Polonais qui ne se sont bien évidemment pas mobilisés derrière l’opposition enragée.
            Ce sont des faits indéniables. Ne vous en déplaise …

          8. Ce que vous ne comprenez pas à plusieurs reprises, c’est que ce que vous pensez ne crée pas des faits, mais seulement des opinions. Le manque de doute est une caractéristique de qualité des esprits vides.
            Les sondages d’opinion ne vous rendent pas juste vérifier seulement si quelque chose est populaire ou non.
            Ce qui est sans doute difficile à remettre en cause, c’est l’avis de la Commission de Venise – impartial, impartial et extérieur au conflit. Et extrêmement critique des actes anticonstitutionnels du régime PiS.

          9. La commission de Venise est aussi “indépendante” que ne le sont les membres désignés de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

            Il n’y a fondamentalement aucun intérêt à multiplier ce genre d’organisation centrée autour de la même partitocratie, sinon à prétendre se coopter et s’auto-légitimer éternellement et s’imaginer pouvoir décider de tout, partout et tout le temps.

            Le parlement légitime de Pologne et son gouvernement n’ont que faire de ces bouffonneries et y ont répondu fort légitimement, EUX, d’un simple haussement d’épaules.
            Quelles rétorsions pourrait-il y avoir à part un trépignement de haine impuissante de la part de ceux qui enragent de voir leurs prétentions de gouvernance supranationale s’effondrer une à une ?

            Un geste fort de la part des états d’Europe centrale – et de tous les états européens qui se libéreront de la tutelle partitocratique libérale-libertaire – serait qu’ils se retirent de ces commissions illégitimes à prétention supranationale et ne conservent que l’UE à condition de la rénover de fond en comble selon les aspirations des peuples européens.

          10. Je ne sais pas pourquoi tous les partisans de PiS doivent sonner comme ils ont été tous élevés sur la propagande communiste. Je vous entends, c’est comme la lecture de journaux communistes d’autrefois. Et vous êtes tellement pathétique prévisible. J’ai mentionné la Commission de Venise et il était déjà evindent que vous essaierez de dénigrer il. Oui, la Commission de Venise est indépendante et il ne représente pas tous les intérêts. Ce genre de critique est habituellement preuve révélateur que vous représentez un régime ou une autre qui viole la règle de droit et l’ordre constitutionnel dans un pays en question.
            Et vous avez trouvé dangereusement proche de M. Bault répétant son non-sens sur tutelle libéral-libertaire.

          11. Ne répétez pas que vous me connaissez parce que si c’était le cas, vous n’oseriez même pas me demander l’heure …
            Pour ma part, j’ai été anticommuniste dès l’âge de 12 ans. Oh, certainement pas un grand résistant, non, je n’oserais jamais usurper un tel rôle, MOI !
            Je me suis contenté de rester définitivement sourd à leur boniments puis plus tard de mettre toute mon intelligence à comprendre leurs manipulations pour les contrer partout où ils imposaient leur mufle haineux et menteur.
            Il en faut pourtant des gens comme moi pour motiver ceux qui ont combattu ce crime contre l’humanité les armes à la main !
            Et la réalité est que les vrais combattants anti-communistes n’ont jamais désavoué ma présence à leurs côtés.

            Les boniments communistes, je les retrouve dans votre prose abjecte ! Et les vrais combattants anticommunistes de l’époque, je les retrouve encore à mes côtés, à fourbir leurs armes en attendant que vous montriez votre vrai visage d’ennemi de la liberté des peuples, à faire exactement comme vos amis de l’ancien régime.
            30 ans après la fin de la mainmise soviétique sur l’Europe centrale et de l’est, les mêmes personnes se retrouvent dans le même camp opposé aux mêmes ennemis !

            Non, vous ne me connaissez pas et ne faites pas comme si vous dominiez le débat, personne ne fera seulement semblant d’y croire.
            Le fait est que vous ne convaincrez jamais personne ici ; tous vos boniments ont déjà été lus 100 fois dans tous les journaux français subventionnés. Vous n’apportez absolument aucune nouveauté, aucune information.
            Les seuls que vous pourrez embarquer dans votre croisade anti patriotique, ce sont plus sûrement les adorateurs de Poutine, très sensibles à la haine anti-Polonais et même prêts à trahir leur pays au nom d’intérêts étrangers.
            Exactement comme vous !
            Réjouissez vous, ils sont nombreux vos alliés potentiels mais la qualité humaine n’est pas vraiment au rendez-vous … 🙂

          1. Quelle belle joute verbale!!! Bravo Renard…tout a été dit.Encore un monsieur Larsen a la solde de Poutine. On essaye de désinformer,mais qui se laissera prendre? Ceux qui ont vécu sous les régimes communistes connaissent bien toutes ses manipulations et fourberies.Que Mr Larsen aille jouer ailleur! Bon vent.

  3. ” soutenus par Bruxelles depuis un an dans leur tentative d’organiser un Maïdan en Pologne, « par l’étranger et par la rue », ”

    Effectivement aucune chance de réussite ; le Maïdan ukrainien s’est fait uniquement par le peuple, certainement pas par ceux qui avaient l’habitude de tenir la rue, c’est à dire les institutions officiellement reconnues mais qui n’ont jamais regroupé que d’infimes minorités, encore moins par l’étranger. Les étrangers, c’est à dire les Russes soutenaient le gouvernement corrompu et tyrannique.

  4. Larsen
    Moi aussi, je peux chercher des références journalistiques. Et alors ?
    je viens même d’en trouver une qui annihile votre prose en répliquant directement à votre lien du Washington Post. 😉
    http://theweek.com/articles/669439/poland-not-descending-into-tyranny-just-defying-eu
    Tiens, en plus, l’auteur dit quasiment la même chose que moi : l’idéologie qui régissait le monde depuis près de 50 ans est en train d’imploser et ses adeptes sectaires et haineux – ceux qui vous tiennent en main – se raccrochent à tout ce qu’ils peuvent …

    1. Merci pour ce lien. Il est emblématique de ce genre de pensée ou son absence. J’aime simplement la façon dont elle est construite sur des allégations vaines (“Ils résistent simplement à la direction qu’Angela Merkel, les eurocrates à Bruxelles, et les autres internationalistes du courant ont pour eux.”) Ou les opinions d’un eurodéputé hautement conservateur et europhobe de PiS Et ses assertions qu’il ne se «voit pas lui-même ou le droit et la justice comme ennemis de l’Europe». C’est vraiment drôle, mais seulement si vous ne connaissez pas M. Legutko. La crédibilité de M. Legutko est construite par certaines histoires exagérées de son passé dissident. Malheureusement, l’Encyclopédie du Syndicat de la Solidarité ne mentionne pas son nom. Et oui, il est professeur de philosophie. Peut-être aurait-il dû expliquer à l’auteur de l’article que le fait qu’il soit professeur ne signifie pas qu’il a raison.
      Ann Applebaum n’a pas à mentionner qu’elle est la femme de Sikorski chaque fois qu’elle écrit sur la Pologne. Et même étant la femme de Sikorski ne pas affaiblir ses arguments.
      Legutko répète la même histoire PiS a vendu à ses plus fidèles supporters depuis plus d’un an. Malheureusement, ils sont les seuls à l’acheter. Il s’appuie sur des allégations selon lesquelles la Cour constitutionnelle pourrait bloquer les réformes du nouveau gouvernement. Il n’y avait aucun signe de cela. Sa réflexion sur la Cour constitutionnelle reflète l’attitude de son parti à l’égard de l’état de droit. Vous avez vos juges et l’autre partie a ses juges. Il n’existe pas d’indépendance de la magistrature. Mais la majorité des juges élus avant le conflit ont également été élus par PiS. Et personne n’a contesté leur impartialité. Tout à fait contrairement aux juges élus par PiS maintenant qui sont manifestement partial et suivre les ordres du parti. À l’exception de M. Pszczółkowski qui ne pouvait pas supporter le mépris flagrant de la loi lors de la nomination du nouveau président de la cour.
      L’affirmation que PiS vise à dépolitiser l’état n’est rien d’autre qu’une plaisanterie. La purge radicale dans toutes les institutions de l’Etat après les élections prouve que ce n’est qu’un mensonge. Il en va de même pour les médias publics, qui ne sont publics que par leur nom, mais ne transmettent en réalité que la propagande PiS.

      1. Larsen, vous étiez simplement comique, vous devenez risible.

        La réalité est que vous et vos partis de référence s’accrochent comme des poux au pouvoir, comme s’ils incarnaient “la démocratie” alors qu’ils sont corrompus jusqu’à la moelle, et refusent le simple résultat des urnes.
        Ils ont cherché à mettre la main sur la cour constitutionnelle et ont été sanctionnés pour cela.
        Sans que le peuple souverain ne s’y oppose, ne vous en déplaise !

        Vous n’avez aucune dignité mais il faudra cependant vous y faire, en Pologne et aux Etats-Unis, et bientôt peut-être en France : les gens comprennent enfin qui vous êtes réellement.
        Je ne sais pas s’ils ont fait le bon choix en élisant les représentants actuels mais ils ont fait le meilleur choix possible en évinçant du pouvoir la canaille libérale-libertaire que vous soutenez ; Vous ainsi que les partisans de l’ancien régime, ne vous en déplaise !
        Il y en a même parmi vous qui commencent à mettre en cause les principes des élections au nom de leurs “valeurs démocratiques”. 😆
        Exactement comme vos amis de l’ancien régime, qui se proclamaient républicains, démocratiques et populaires et n’avaient pas besoin d’élections libres pour affirmer incarner la liberté ! 😆

        1. Vous pouvez dire tout ce que vous voulez. Et vous pouvez affirmer que vous êtes la voix du peuple. Heureusement, plus de gens en Pologne et plus de gens aux États-Unis ont voté contre les candidats populistes. Ce qui est vraiment drôle, c’est que vous ne remarquez pas que le libéralisme a besoin de liberté et que le populisme finit généralement par restreindre la liberté.
          Vous avez peut-être été anticommuniste quand vous aviez 12 ans, mais que pouvez-vous vraiment comprendre du système quand vous avez 12 ans? J’ai risqué ma liberté personnelle agissant contre le communisme en tant qu’adulte et je suis fidèle à ces idéaux opposés au régime PiS maintenant. Alors vous pouvez vous vanter d’être anticommuniste quand vous aviez 12 ans, mais la vraie question est ce qui est devenu de vous. Vous soutenez un régime qui pousse la Pologne vers le totalitarisme. Déjà, maintenant, la télévision d’État ressemble au communisme. Le gouvernement PiS et son président marionnettes cassent la Constitution choisie par le peuple. La police chasse les gens qui ont manifesté contre le régime.

          1. Je suis toujours le même : opposé à tous les mensonges qui restreignent les libertés des peuples, dont les vôtres.
            Les lois actuellement votées par le PiS ne restreignent pas ces libertés. Elles visent surtout à casser un système mis en place par la clique libérale-libertaire, qui est le même qu’en France, un système qui s’imaginait pouvoir imposer son idéologie mortifère de toute éternité, en marginalisant toute opposition qui refuse les normes sociales imposées par cette clique.

            Les temps changent, il faudra vous y faire !

    2. Le problème avec vous et les autres comme vous est que vous ne comprenez pas qu’il ne suffit pas de dire «j’ai raison» d’avoir raison. Il ne suffit pas de dire «tu mens» pour faire mentir quelqu’un. Vous devez le prouver. Et vous êtes particulièrement faible dans ce domaine.
      Il suffit de voir que lorsque vous regardez le programme principal d’information de télévision. Il suffit de regarder ce que la police et les procureurs font pour traquer les manifestants pro-démocratiques. Il suffit de voir comment le bureau du Procureur, les médias appartenant à l’État et la fonction publique ont été subjugués à un seul parti.
      Parler de la clique libérale-libertaire vous met dans la même ligue avec les propagandistes communistes de Trybuna Ludu. Vous ne vous rendez pas compte simplement que vous regardez et sonnez le même. Le seul problème est que vous ne pouvez pas être envoyé aux pays qui vivent déjà selon vos normes: la Russie, la Biélorussie, le Venezuela. C’est là que ces méthodes ont déjà été testées.

      1. Vos propos sont de plus en plus ridicules et vous commencez à sérieusement délirer :
        Il n’y a pas de traque des manifestants mais seulement de nouvelles lois pour empêcher vos amis et alliés gauchistes, communistes et nostalgiques de l’ancien régime de perturber des cérémonies religieuses ou des réunions politiques patriotiques, ainsi que les empêcher de bloquer des institutions officielles.
        La liberté d’association et de réunion, c’est pour tout le monde. Pas seulement pour les chiens de garde de l’idéologie libérale-libertaire.

        Il n’y a pas de programme unique des medias officiels, seulement l’exigence d’apporter une information non biaisée sur les actes réels du gouvernement. La propagande pro-gouvernementale était le lot quotidien de l’ancien régime ainsi que de celui qui a pris sa place sans réellement réformer le pays. Il est bien évident que le PiS qui avait déjà fait l’expérience du sabotage systématique de ces medias publiques aux ordres de ses opposants, qu’ils soient au gouvernement ou dans l’opposition, n’allait pas laisser réitérer l’expérience.
        Ils ont bien eu raison de s’attaquer au problème de la propagande idéologique des médias publiques.
        Il n’y a pas non plus de licenciements de journalistes trop peu enclins à s’acharner contre l’opposition (le PiS), contrairement à ce qui s’était passé sous la législation précédente, dans l’indifférence au mieux et parfois avec la complicité de leurs alter ego d’Europe occidentale.
        Seuls les idéologues apatrides et saboteurs de l’identité polonaise qui avaient été placés à des postes à haute responsabilité, et tous ceux qui font commerce – avec de l’argent publique ! – du masochisme national sont remplacés.
        Tant mieux !
        Il y aura peut-être des tentatives de racheter des journaux privés par des manœuvres un peu cavalière.
        Et alors ? Cela est aussi arrivé sous la législation Tusk sans que personne ne s’en émeuvent lorsqu’ils jouaient à la baisse les recettes publicitaires pour racheter à vil prix des journaux conservateurs et en remplacer le chef de la rédaction.

        La réalité est que la clique libérale-libertaire a besoin de régimes comme la Russie et le Venezuela pour faire croire qu’il n’y a pas d’alternative à leur idéologie autre que ces dictatures liberticides et moralement esclavagiste. Le PiS démontre fort justement le contraire : on peut mettre en échec votre idéologie mortifère sans verser le sang, seulement en vous remplaçant, en détruisant vos niches réservées au sein du service publique et de la société civile.
        On comprends que ceux qui vous tiennent en laisse haïssent ce parti bien plus qu’ils ne haïront jamais des dictatures sanguinaires comme le “Poutinistan”.
        Et alors ?

  5. Vous utilisez le langage de la propagande communiste. À cet égard, vous êtes tout à fait semblable à la ligne officielle de parti de PiS qui rappelle la langue et l’imagerie de Władysław Gomułka et Edward Gierek. Et il montre aussi que le communisme et le néo-fascisme sont les deux faces d’une même médaille. Le nom est totalitarisme. Voler l’État du peuple, prétendument pour le peuple. Mais en réalité seulement pour créer une autre caste de parti apparatchicks. Et c’est exactement ce qui se passe maintenant.
    Les médias d’Etat sont totalement serviles envers PiS. Vous ne pouvez pas trouver d’opinions impartiales dans le programme principal de nouvelles. Il n’y a que des histoires de réussite blafard ou des attaques contre l’opposition. Tout est commenté par les journalistes des médias détenus ou parrainés par PiS. Voilà pour l’impartialité.

    1. Toujours les mêmes bobards, les mêmes mensonges, bref les hurlements de désespoir du type qui a compris qu’il perdait – en réalité, plutôt ses maîtres que lui – sur tous les tableaux, réduit à se réfugier dans l’insulte virtuelle :

      Des décennies de mainmise sur les affaires de l’Europe et le monde qui partent en fumée en quelques mois, sans que personne ne s’y oppose dans la rue à part quelques pitres idéologiques.
      Et aucun “bastion” ne semble pouvoir être à l’abri. Pas même l’Allemagne. Les Etats-Unis eux-mêmes ont franchi le pas après la Grande-Bretagne. Vos espoirs en “la fin de l’Histoire” ne sont plus qu’un vaste sujet de plaisanterie pour l’humanité entière …
      Comme cela doit vous faire mal de vous reconnaître si impuissants alors qu’il y a encore peu, vous aviez tous les relais du pouvoir en mains ! 🙂

  6. Slogans et l’ignorance. C’est tout ce que vous avez à dire. Manque d’arguments et de pensées erronées. Vous pouvez profiter de votre petite victoire maintenant. Mais ce type de pensée est voué à l’échec. Comme les dinosaures. Evolution prendra soin de vous et de vous. Il faudra du temps et des efforts, comme toujours. Tôt ou tard vous vous retrouverez sur le tas de cendres de l’histoire où vous appartenez.

Répondre :