Journalistes, procès et ministres – un regard sur l’état de droit en Serbie

share on:

Par Miloš Milojević.

Si vous êtes un étranger qui sait à peu près lire le serbe, à votre arrivée en Serbie, en regardant les premières pages des journaux locaux, vous pourriez être très surpris. «Phantom de Savamala», des ministres qui ont poursuivi des journalistes, des personnalités politiques qui ne savent pas s’ils veulent ou non être candidats aux prochaines élections présidentielles, des tentatives d’assassinat et des armes – voilà un échantillon de ce que vous allez probablement pouvoir lire.

L’étranger mal informé pourrait supposer que les conditions à Belgrade sont très difficiles ou du moins politiquement instables. Je peux vous assurer que la première hypothèse est fausse – ni à Belgrade ni ailleurs en Serbie il n’y a un danger significatif dans les lieux publics. Mais si l’on considère la stabilité politique, la situation est plus ambiguë : même si le gouvernement a une nette majorité à l’assemblée nationale, il existe une large conviction publique que l’année prochaine il y aura une autre élection parlementaire (pour la quatrième fois en cinq ans) .

Nous vous informerons en temps voulu de cette élection hypothétique combinée parlementaire et présidentielle qui, selon la loi, aura lieu l’année prochaine. Dans cet article, je tenterai brièvement de mettre en lumière un procès qui a eu lieu à Belgrade dans le cadre d’un procès privé déposé par le ministre de la police Nebojša Stefanović contre une journaliste du prestigieux hebdomadaire NIN, Sandra Petrušić, le rédacteur en chef Milan Ćulibrk et le journal lui-même ! Ce procès illustre certains des principaux problèmes de la vie politique serbe – le pouvoir du Premier ministre Aleksandar Vučić et ses associés, la fragilité de l’état de droit, la question de la liberté des médias et le fonctionnement du capitalisme de connivence.

Les dramatis personae sont : le ministre de la police Nebojša Stefanović, un proche associé du Premier ministre Aleksandar Vučić, et les journalistes susmentionnés. Étape : Cour supérieure à Belgrade. Heure : 29 novembre 2016.

Le ministre de la police serbe  Nebojša Stefanović a déposé une plainte en tant que citoyen contre la journaliste Sandra Petrušić et le rédacteur en chef du NIN, Milan Ćulibrk, selon les médias à cause de la souffrance psychologique qu’il aurait subi à la suite d’un article du NIN en juin 2016. L’hebdomadaire avait choisi pour sa couverture, une photo du ministre intitulée «Le fantôme principal de Savamala».

Qu’est-ce que tout cela ? Le quartier de Savamala fait partie du centre historique de Belgrade, sur la rive de la Sava (il a été nommé d’après elle). Même si elle fait partie du centre-ville, elle était moins qu’optimalement utilisée du point de vue architectural et financier. Cependant, le gouvernement serbe avait décidé de changer cette situation et il a conclu un accord avec un partenaire d’affaires d’Abu Dhabi pour y construire des immeubles résidentiels et commerciaux exclusifs. Peu après que cette intention ait été rendue publique des professionnels de différents domaines, y compris l’urbanisme, l’architecture, les transports, l’économie et le droit,ont critiqué le projet. Les urbanistes ont indiqué que ce projet modifierait fondamentalement l’apparence du centre-ville de Belgrade. Entre-temps, les juristes ont souligné que le contrat entre l’homme d’affaires arabe et le gouvernement serbe était contraire aux lois et à la Constitution de la République de Serbie. Les protestations des experts n’avaient pas de résonance particulière avec les autorités.

Cependant, il y avait des obstacles physiques à la mise en œuvre du contrat. À Savamala, le long de la rue Hercegovačka, il y avait plusieurs structures dont le statut juridique n’était pas clair. En particulier, en Serbie, de nombreuses structures ont été construites sans permis au cours des dernières décennies, les propriétaires ayant le droit de les «légaliser» sous certaines conditions. Jusqu’à ce que la procédure soit terminée (et cela peut durer plusieurs années) la structure ne peut pas être démolie légalement.

Alors que les votes étaient comptés après les élections législatives de 2016, dans la nuit du 24 au 25 avril, des personnes inconnues, comme on l’a officiellement affirmé, utilisant des équipements lourds, ont détruit ces structures. Les policiers n’ont pas réagi même si les citoyens les appelaient. Pendant ce raid, plusieurs citoyens ont été séquestrés ou harcelés de diverses façons.

A première vue, des informations semblaient manquer sur ce qui était exactement arrivé. Lorsque certains détails ont été connus et que les médias ont rapporté ce qui s’était passé, la réaction des institutions officielles était modérée et apparemment inappropriée. Jusqu’à présent, l’enquête n’a donné aucun résultat. Le Premier ministre serbe Aleksandar Vučić a d’abord dit que seuls les “idiots complets” pouvaient faire une telle chose et a peu après reconnu que certaines personnalités importantes du conseil municipal de Belgrade étaient impliquées dans ce crime. Mais jusqu’ici, c’est pratiquement tout ce que le gouvernement a annoncé au sujet du raid de Savamala.

Parce qu’il s’agissait d’un cas clair de rupture de l’ordre juridique, les citoyens ont organisé plusieurs manifestations durant les mois d’été. Même si, dans certains cas, plus de 15 000 personnes ont assisté à ces manifestations, elles n’ont pas eu d’impact politique plus large. En outre, aucun progrès n’a été réalisé dans l’enquête officielle de Savamala. Les médias pro-gouvernementaux et les fonctionnaires ont déclaré que les protestations avaient un fond politique suspect. Même si cela est peut-être vrai, on a vu des protestations contre le gouvernement pendant les manifestations, le gouvernement reste sourd aux principaux messages des manifestants et n’a pas annoncé les noms des auteurs ni même si l’enquête a fait du progrès.

La question des résultats inexistants de l’enquête et de l’inaction de la police à des moments cruciaux a rendu assez difficile pour la journaliste Sandra Petrušić de publier son article sur ces événements. Il a provoqué, cependant, un procès privé par le ministre de police Nebojša Stefanović. Il est intéressant de constater que certains des hauts fonctionnaires de Belgrade et certains membres dirigeants du Parti progressiste serbe au pouvoir étaient présents dans la salle d’audience, certains d’entre eux étant peut-être les “idiots complets” mentionnés plus tôt par le Premier ministre serbe. Il a été annoncé que le tribunal rendra sa décision le mois prochain (ce qui est inhabituellement rapide selon les normes judiciaires serbes). À ce moment-là, nous découvrirons la valeur monétaire de la «souffrance psychologique» infligée au ministre serbe de la police Nebojša Stefanović. Au moins, nous saurons où se situent les limites de la liberté journalistique en Serbie. Cependant, nous ne découvrirons probablement pas qui a effectivement démoli plusieurs bâtiments à Belgrade dans la nuit du 24 au 25 avril 2016.

Traduit de l’anglais par le Visegrád Post.