Une famille russe demande l’asile en Pologne pour fuir les services sociaux suédois !

share on:

Par Olivier Bault.

Pologne – Les trois filles de ce couple russe chrétien résidant en Suède avaient été placées par les autorités suédoises dans une famille arabo-musulmane originaire du Liban. Denis Lisov, le père de Sofia, 12 ans, Serafina, 6 ans et Alisa, 4 ans, a profité de sa dernière visite hebdomadaire pour tenter de rentrer avec ses enfants en Russie. Un tribunal suédois avait décidé de leur placement en septembre 2017, en l’absence du père, en raison d’un problème de schizophrénie paranoïde diagnostiqué chez leur maman, ce qui avait attiré l’attention des services sociaux sur cette famille immigrée de Russie il y a 7 ans. La famille d’accueil musulmane des trois petites vivait à 300 km du lieu de résidence de leurs parents biologiques russes.

Le lundi 1er avril, Denis Lisov est arrivé avec ses trois filles en Pologne par bateau. Il pensait prendre l’avion de Varsovie à Moscou. Seulement la famille d’accueil des trois enfants avait déjà déclaré leur enlèvement aux autorités suédoises qui ont procédé à un signalement dans le système d’information Schengen (SIS). Le père et les trois filles ont par conséquent été stoppés à l’aéroport de Varsovie par les gardes-frontières polonais. Alertés, des représentants des services sociaux suédois se sont présentés à l’aéroport, mais également le consul de Russie, puis la famille d’accueil libano-suédoise. Les policiers et les gardes-frontières ont toutefois refusé de céder aux demandes insistantes des Suédois qui avaient déjà réservé des places pour ramener les trois filles par avion en Suède. Ceux-ci n’ont en effet pas pu présenter de documents attestant que le père des trois filles aurait été privé de ses droits parentaux tandis que Denis Lisov avaient des certificats de naissance de ses enfants pour démontrer qu’il s’agissait bien de ses filles. Celles-ci manifestaient en outre leur désir de rester avec leur père et ont paniqué à la vue de leur père d’accueil venu les récupérer avec un cousin.

Grâce à l’intervention des avocats de l’organisation pro-vie et pro-famille polonaise Ordo Iuris ainsi que du médiateur polonais des droits des enfants, le Russe Denis Lisov a pu faire dans la nuit du mardi au mercredi une demande d’asile en Pologne afin de bloquer son rapatriement en Suède. La famille russe a passé la nuit au commissariat de l’aéroport sur des lits prêtés pour l’occasion par un hôtel varsovien.

Le mercredi 3 avril, un tribunal de Varsovie a confirmé que les enfants devaient rester avec leur père et a interdit à la famille russe de quitter le territoire polonais pendant la durée de la procédure d’asile. Le juge polonais a constaté que les trois filles étaient très attachées à leur père et qu’il n’était pas dans leur intérêt de les renvoyer en Suède. Pendant la durée de la procédure d’asile, la famille résidera dans un appartement prêté et sera suivie par un tuteur nommé par le tribunal.

La décision du tribunal de Varsovie a été saluée côté polonais par le secrétaire d’État aux Affaires étrangères Szymon Szynkowski vel Sęk ainsi que par le ministre de l’Intérieur Joachim Brudziński qui a félicité sur Twitter la réaction appropriée des policiers et des gardes-frontières de l’aéroport de Varsovie.

Le 4 avril, le médiateur des droits des enfants Mikołaj Pawlak a confirmé que la demande d’asile de Denis Lisov et de ses trois filles avait été remise aux autorités compétentes et que la famille russe bénéficiait désormais de la protection de la Pologne au moins pour la durée de la procédure d’asile. Le médiateur polonais a aussi confirmé que la partie suédoise n’avait présenté aucun document à l’appui de son signalement dans le système d’information Schengen et que les deux représentants des services sociaux suédois qui avaient exigé que leur soient remis les trois enfants n’avaient pas non plus présenté de documents pour étayer leur demande. Pour le médiateur polonais des droits des enfants, en Suède, « un pays qui devrait être pour nous un exemple en matière de respect de l’État de droit et de protection des droits de l’Homme, la Convention internationale relative aux droits de l’enfant n’a pas été mise en œuvre comme il faut ».

En décembre dernier déjà, la Pologne avait décidé d’accorder l’asile à une maman norvégienne et à sa fille de deux ans. Silje Garmo avait fui son pays en mai 2017 pour éviter que son enfant lui soit enlevé par les services sociaux norvégiens.

Suivez l’actualité polonaise avec Olivier Bault sur Facebook !

 

19 Comments

  1. cet article manque clarté
    Cet homme a t il fui car la garde de l enfant lui a été retirée
    ou a t il fui car ses enfants ont été placés chez des musulmans?
    S ils avaient été placés chez des non musulmans aurait il fui?

    1. “Les trois filles de ce couple russe chrétien ”
      “La famille d’accueil musulmane des trois petites ”

      Il s’agit bien d’un conflit religieux, sur fond de misère sociale. Ces gens sont des migrants économiques. Quand on émigre dans un pays étranger, on accepte de fait de respecter ses lois, ses usages… et ses décisions de justice. Ou on reste chez soi. La Russie est un immense pays à la démographie en berne !
      Il est facile, de l’extérieur et sans connaissance précise des dossiers, de polémiquer en remettant en cause le travail des services sociaux d’un pays étranger… Dans quel but exactement ? Mettre en avant des tensions religieuses, ce qui ne manquera pas de les exacerber ? Décidément, certains, qui pourtant ne sont plus des enfants, ne se lassent pas de jouer avec les allumettes !

      1. Dans quel but exactement ? Afin de débiter de telles inepties (les Russes sont chrétiens orthodoxes) dont vous vous faites le porte-parole et auxquelles je n’accorde que suspicion de vouloir davantage exacerber des velléités qui ne soutiennent aucunement la cause de la protection de l’enfance.
        Si vous souhaitez “laver votre linge sale” en politique politicienne, allez sur SPUTNIK, là, à coup sûr, vous aurez des bénis-oui-oui….. A bon entendeur.

        1. Rien compris ? Ne lisez pas qu’un mot sur deux, vous éviterez peut-être les erreurs d’interprétation de mes propos. Ni Sputnik ni RT (où je suis tricard pour avoir trop souvent asséné des vérités qui dérangent) ne provoquent chez moi les doux émois que vous supposez… Mais comme vous vous laissez facilement submerger par des émotions qui vous aveuglent, votre perception de la réalité me semble pour le moins altérée.

  2. Ouvrons les yeux, les arabo-musulmans sont en guerre contre le monde entier, ils se sentent forts depuis que nous leur avons remis les puits de pétrole. Il profitent du ravage que fait l’argent dans nos sociétés pour nous asservir en utilisant cette fausse religion que leurs ancêtres on construis.

  3. ” les arabo-musulmans”
    La plupart des musulmans ne sont pas arabes.
    “en guerre contre le monde entier”
    Pour le moment, la guerre contre le monde entier qui semble avoir le mieux réussi est celle que l’impérialisme des U.S.A. a mené, avec le soutien des conservateurs chrétiens pour lesquels il ne fait pas de doute que leur pays doit dominer le monde.
    “depuis que nous leur avons remis les puits de pétrole.”
    On leur a fait cadeau de ce qui leur appartenait, en somme. Malencontreuse générosité ! Il est vrai que lorsque Anglais et Français se sont partagé les dépouilles de l’Empire Ottoman, ils sont arrivés avec les meilleures intentions du monde mettre la main sur le pétrole et le gaz du Proche-Orient… ce que les autochtones n’ont que moyennement apprécié.
    “cette fausse religion que leurs ancêtres on construis.”
    C’est aussi ce que les plus excités parmi les musulmans pensent des autres religions.
    Finalement, vous êtes les deux faces haineuses de la même médaille, c’est ainsi que le diable vous aime.

    1. Ouhaaaa , hier comme aujourd’hui il faut éviter de se tromper de camp , je connais le mien que je défendrais jusqu’à mon dernier souffle.

      1. Il n’y a pas de camp. Il y a des campistes qui essaient de faire entrer la complexité du réel dans leurs idéologies réductionnistes en prélude à des affrontements qui doivent davantage aux pulsions de leurs cerveaux reptiliens qu’aux belles idées qu’ils prétendent défendre.

  4. Selon les franc-maçons il est dit ceci:

    “Comme ni la science ni un esprit rationnel ne sont des arguments recevables pour expliquer ce qui est hors d’atteinte de notre représentation mentale, une personne non croyante ne devrait pas exclure l’hypothèse de Dieu.
    Enfin, je me permets de rappeler que la négation de la foi est également une croyance.”

    Et Vous, qu’en pensez-vous?

    1. Je pense que vous avez de bien mauvaises lectures. Laissez tomber la maçonnerie et intéressez-vous plutôt aux progrès des neurosciences, si vous êtes toutefois capable de déplacer le centre de gravité de votre personnalité de l’affectif vers le rationnel.
      Quant à la foi, je me méfie comme de la peste des gens qui font passer leurs croyances avant tout le reste, y compris la légalité républicaine. Croisés et djihadistes même combat. Croyez ce que vous voulez mais que cela reste dans la sphère privée. Et si vous pensez que Dieu a besoin de votre aide pour rendre le monde meilleur, vous faites preuve d’un orgueil d’origine suspecte, c’est une ruse du diable pour faire couler le sang, on le constate tous les jours dans le monde, et cela concerne toutes les religions.

        1. Ce que vous appelez la foi est un mode de fonctionnement du cerveau limbique qui gère nos émotions… Nous sommes programmés pour croire, et ce n’est pas spécifiquement humain, mon chien croit en moi et il a bien raison, je lui rend bien toute l’affection qu’il me porte. La complexité du cerveau humain fait que nous sommes capables de croire à des choses qui échappent à la rationalité et même de sacrifier nos vies au nom de ces croyances dont j’oserai dire qu’elles nous possèdent… Que de sang les humains ont fait couler au nom de leurs croyances. La foi a souvent été au cours des millénaires une arme de destruction massive et je ne vois pas un changement radical poindre à l’horizon !

  5. Comme ni la science ni un esprit rationnel ne sont des arguments recevables pour expliquer ce qui est hors d’atteinte de notre représentation mentale, une personne non croyante ne devrait pas exclure l’hypothèse de Dieu.
    Enfin, je me permets de rappeler que la négation de la foi est également une croyance.

  6. Ceci étant dit, je suis croyante et au nom de ma FOI chrétienne, il est justifié de rappeler ce que les droits de l’Enfant impliquent pour la majeure partie des Etats ayant cautionnés, ratifiés ce que cette protection à leur égard implique, dont la Pologne fait honneur:
    “Les droits de l’enfant sont des droits humains spécifiquement adaptés à l’enfant car ils tiennent compte de sa fragilité, de ses spécificités et des besoins propres à son âge.
    Les droits de l’enfant tiennent compte de la nécessité de développement de l’enfant. Les enfants ont donc le droit de vivre et de se développer convenablement tant physiquement qu’intellectuellement.
    Les droits de l’enfant prévoient ainsi de satisfaire les besoins essentiels au bon développement de l’enfant, tels que l’accès à une alimentation appropriée, aux soins nécessaires, à l’éducation, etc.
    Les droits de l’enfant prennent en considération le caractère vulnérable de l’enfant. Ils impliquent la nécessité de leur apporter un cadre protecteur. Il s’agit d’une part, d’accorder une assistance particulière aux enfants, et, d’autre part, une protection adaptée à leur âge et à leur degré de maturité.
    Ainsi, les enfants doivent bénéficier des services d’aide et de soutien dont ils ont besoin et doivent être protégés contre l’exploitation par le travail, l’enlèvement, la maltraitance, etc.”
    Ainsi soit-il!

    1. Tout cela est bel et bon ! Il s’en suit que tout état a le devoir de protéger les enfants qui vivent sur le territoire qu’il administre. Et lorsqu’une famille est défaillante, pour quelque raison que ce soit, l’état doit intervenir pour mettre les enfants en sécurité. C’est en somme la moindre des choses, et tout à l’honneur des autorités compétentes. Les familles d’accueil ne sont pas tirées au hasard dans l’annuaire, mais sélectionnées pour leur aptitude à remplir la mission qui leur est assignée, et encadrées. Peu importe la religion ou l’absence de religion de ces familles, et c’est leur faire un mauvais procès que de prétendre qu’elles risquent d’endoctriner les enfants qu’elle accueillent. Quand les religieux cesseront-ils de verser à flots continus de l’huile sur le feu ? Quand ils comprendront qu’en faisant cela ils ne servent pas le bon maître et sont victimes des ruses du diable ?

  7. Merci, Maîîîître…Mais il semblerait que vous y croyiez, vous, au Diable???? Et qui, selon vous est ce “bon” maître! Citez-le, mettez-lui un nom afin que l’on soit éclairé, sans pour autant “mettre de l’huile sur le feu”…

    1. Vous connaissez peut-être cette belle histoire…

      “Un soir, un vieil indien Cherokee raconte à son petit-fils l’histoire de la bataille intérieure qui existe chez les gens et lui dit :

      Mon fils, il y a une bataille entre deux loups à l’intérieur de nous tous.

      L’un est le Mal : C’est la colère, l’envie, la jalousie, la tristesse, le regret, l’avidité, l’arrogance, la honte, le rejet, l’infériorité, le mensonge, la fierté, la supériorité, et l’égo.

      L’autre est le Bien : C’est la joie, la paix, l’amour, l’espoir, la sérénité, l’humilité, la gentillesse, la bienveillance, l’empathie, la générosité, la vérité, la compassion et la foi. »

      Le petit fils songea à cette histoire pendant un instant et demanda à son grand-père :

      Lequel des deux loups gagne ?

      Le vieux Cherokee répondit simplement : Celui que tu nourris. »

      Alors, lequel de vos deux loups choisirez-vous de nourrir ?”

      Un conte philosophique à méditer…

  8. Le bon maître est celui qui nous incite à ne pas accepter de nous soumettre aux lois de la nature, d’essence luciférienne, autour de nous et en nous puisque nous sommes en prise directe avec le mauvais maître qui exerce sa puissance maléfique à travers les pulsions impérieuses de notre cerveau reptilien, le plus souvent à notre insu ce qui le rend d’autant plus redoutable.
    Le moyen le plus simple de lutter contre ses manigances est de refuser d’accepter peurs colères haines et violences et les émotions négatives qui nous nuisent et nous transforment peu à peu en zombies manipulés…

Répondre :