« Stop Soros » : coup dur pour les ONG pro-migrants en Hongrie

share on:

Hongrie – Le 29 mai,  le gouvernement hongrois a présenté son projet de loi annoncé plus tôt, « Stop Soros », visant à empêcher les ONG immigrationnistes de poursuivre leurs activités anti-nationales en toute impunité.

Fort du résultat des élections d’avril, Viktor Orbán a présenté son projet de loi pour contrer l’influence et les activités des Organisations Non-Gouvernementales (ONG) favorables à l’immigration de masse et incontrôlée.

Le projet de loi vise à modifier la Loi Fondamentale (constitution hongroise), ce que la majorité des deux-tiers du parlement acquise à l’homme fort de Budapest lui permet d’envisager sans crainte. « Stop Soros » devrait être voté aux alentours du 20 juin.

La loi « Stop Soros » criminalisera les ONG actives dans l’aide aux clandestins et demandeurs d’asile abusifs. En effet, il est prévu par exemple que toute aide apportée à un clandestin dans le but de lui permettre d’acquérir un dossier d’asile ou un permis de résidence sera passible de 5 à 90 jours de prison. Si ce genre d’activité est régulière et/ou monnayée, l’intéressé pourra aller en prison pour un an.

Une mesure qui inquiète les ONG concernées. Leurs documents expliquant aux migrants clandestins comment déjouer les règles de l’Union européenne – par exemple, ceux les incitant à mentir systématiquement sur leur âge pour être inexpulsables – sont particulièrement visés par cette loi.

Autre raison d’inquiétude pour les ONG pro-immigration : les cours de justice pourront bannir les activistes et salariés des ONG immigrationnistes d’une zone de 8 km de la frontière. Certains craignent que cela concerne tous les points de passages frontaliers, y compris ceux de l’aéroport international de Budapest, interdisant ainsi l’accès à la capitale hongroise aux activistes concernés. Le risque d’expulsion pour les activistes étrangers collaborant avec les ONG pro-immigration est également fortement accru.

En parallèle, le gouvernement de Viktor Orbán cherche avec cette loi à redéfinir le statut juridique des demandeurs d’asile afin de limiter les abus. Selon la loi « Stop Soros » présentée au parlement, la Hongrie n’acceptera que les demandes d’asile des personnes persécutées – la Hongrie a un programme actif d’aide aux Chrétiens persécutés dans le monde – et en grave danger. Ce qui selon les observateurs exclurait tout demandeur arrivant de Serbie, pays considéré comme sûr.

Cette loi est la première étape des mesures annoncées par Viktor Orbán durant sa campagne électorale visant les réseaux mondialistes et anti-nationaux de George Soros, affirmant ainsi sa volonté de souveraineté nationale concernant les questions migratoire et démographique. La lutte contre les réseaux organisés de passeurs et d’ONG est ainsi dotée d’un nouvel attirail juridique, permettant à Viktor Orbán d’anticiper une nouvelle crise migratoire venant des Balkans, bien que la nouvelle Route des Balkans semble éviter la Hongrie.

L’annonce de cette loi ainsi que le projet de taxe à hauteur de 25% des revenus des ONG pro-migrants ( taxes servant à financer la protection des frontières) ont fait partir le mois dernier l’Open Society Foundations de Budapest.

11 Comments

  1. Magnifique. Bravo.

    Maintenant il va falloir s’armer de courage car les provocations et autres campagnes de calomnies vont encore s’accentuer.
    Si on ajoute à cela la voie que prend l’Autriche sur ce même sujet, on a de bonnes raisons d’espérer.

  2. Très bien. Ça devrait comme ça dans toute l’Europe. Sinon ça va mal finir. Les traitres a notre civilisation doivent être punis très durement.

  3. Bravos Madjarska !

    Il y a quelques jours un van remplit de 24 clandestins extra-européens a franchi en force un poste frontière Croate, le van a été freiné et dérouté par la herse à pointes posée sur la route, la Police Croate a aussitôt ouvert le feu blessant la plus part d’entre eux dont certains grievement…

  4. Est-il possible de se procurer une traduction en anglais ou français de ce projet de loi ? Car d’autres pays pourraient s’en inspirer…

  5. bravo Viktor Orbán .je veux bien devenir citoyen de hongrie.bien que de nombreux hongrois viennent travailler en france,et que les petits gamins hongrois apprennent à lire et écrire le francais dans les écoles de village et sont des exemples pour les petits francais dans leur propres pays car ils travaillent mieux qu’eux ,
    HONGRIE..veut-tu nous acueillir?

  6. Bravo à la Hongrie. Macron devrait en prendre de la graine. Trop de nouveaux étrangers en France, sans pouvoir les accueillir dignement.

    1. Je pense qu’il ne s’agit a pas de la manière de les accueillir.
      Il y a quelque temps, il était difficile d’obtenir même un visa avec un passeport en règle.
      Maintenant, il suffit de se pointer sans papier aucun. Il suffit de raconter l’histoire qui va bien et on est reçu sur parole donnée.
      Tout à coup, c’est devenu un “devoir moral” de légaliser tous ceux qui le désirent. Puisqu’Ils ont décidé ainsi. Eux. Qui nous gouvernent caché, en silence.
      Ne rentrez pas dans leur “logique” à rebours. Il ne s’agit pas de “moral humaniste” (pour ne pas dire “chrétienne”) mais de légalité de base. De la plus élémentaire légalité qui soit. Oui, celle qui s’attache à toute souveraineté, à toute Etat nation (n’en déplaise…).
      Quelle drole de volte face! Quelle farce de nous avoir par les “sentiments” de charité. Afin qu’on s’abandonne et qu’on se livre sans compter (et sans réfléchir).
      En nous crachant au visage, ils trouvent encore assez de brebis zombifiés pour éviter la chute. Big Data a déjà tout calculé pour eux. Ils savaient qu’ils pouvaient y aller.
      La Hongrie d’Orban (et les 4 de Visegrad) les insupporte.
      Non, il ne faut y voir que par ce qu’on était (pays souverain) et non pas par ce qu’ils voudraient qu’on soit à l’avenir (bisounourses écervelés, d’un Etat “hôtel” mondialiste – dixit J.Attali).

Répondre :